VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Marie + Now I can talk, no one gets off [PM]
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Valentin S. Dampierre
this is the wizzarding world of
Je suis à Zeus et je gère la fougère
informations
Je suis à Zeus et je gère la fougère

star : Ian Nelson
crédit : freckles slot
date d'entrée : 06/07/2013
âge du personnage : 17 ans
épîtres postées : 550
gallions : 1244



Message Posté Dim 15 Sep - 16:29.



Now I can talk, no one gets off
hey looking at you i wanna take you to the back of the room..

★ noms des participants: MARIE A. GAUMONT + ADNAE O'CONNELL
★ statut du sujet: Privé
★ date: Début du mois de janvier
★ heure: Vers 13 heures
★ météo: Ce RP se déroule en intérieur
★ saison: 2
★ numéro et titre de l'intrigue globale en cours: 2x05
★ numéro et titre de l'intrigue en cours: 2x05
★ intervention de dominus: Non merci
★ récompenses:  





avatar
Valentin S. Dampierre
this is the wizzarding world of
Je suis à Zeus et je gère la fougère
informations
Je suis à Zeus et je gère la fougère

star : Ian Nelson
crédit : freckles slot
date d'entrée : 06/07/2013
âge du personnage : 17 ans
épîtres postées : 550
gallions : 1244



Message Posté Dim 15 Sep - 16:34.

Now I can talk, no one gets off


(two doors cinema club) ▽It's hard to compromise, When I see through your eyes
Gueule de bois, mon amie... Grâce à toi, ma matinée qui aurait pourtant dû se dérouler facilement avait été un enfer. Tout d'abord, c'était Blake qui était venu me réveiller un peu avant le début des cours. J'étais l'un de ceux qui s'étaient couchés le plus tard la nuit précédente, mais également certainement celui qui avait le moins bien dormi. Je me souviens, lorsque, à quatre heures du matin après un petit quart d'heure d'un sommeil pourtant profond j'avais été réveillé par un camarade de chambre qui avait eu la mauvaise idée d'aller se vidanger. Si bien que, alors que ce dernier était retourné à sa couche et roupillait depuis une bonne demi-heure j'étais toujours réveillé avec un bon mal de crâne qui montait. J'avais du me rendormir très tôt -oui, le matin, évidemment, sinon c'est pas drôle-, et ce, après de longues minutes à me tourner et me retourner dans mon lit sans ne savoir que faire pour que Morphée m'ouvre enfin le creux de ses bras afin de m'y réfugier. Cependant, ce temps de sommeil avait été loin de me suffire et pour couronner le tout, mes maux de tête faisait leur come-back. Alors que j'avais enfilé quelques affaire j'avais contemplé mon visage dans une glace qui me rendait un reflet me donnant la sérieuse envie d'aller me terrer au fond d'un trou. J'avais comme la bouche de travers et les yeux marqués de profondes cernes. En d'autres termes, j'aurais ri devant mon apparence mais... La situation ne me donnait en rien l'envie de sourire. Je n'avais même pas eu le temps de manger quelque chose. J'étais comme alourdi, ce qui ralentissait chacun de mes mouvements et ma courte toilette avait suffi à utiliser tout le temps qu'il me restait. Si je ne m'étais pas pressé, j'aurais manqué le début de la classe. Ainsi, j'avais dû suivre trois heures de défense contre les forces du mal en luttant contre le sommeil et pour que mon ventre gargouille de la manière la moins audible possible, le tout en attendant que ma tête -dont les aux diminuaient peu à peu- cesse d'être douloureuse. Et dés lors que la dernière seconde du cours s'était achevée, j'avais couru jusque dans le réfectoire afin de pouvoir manger au plus vite. Et c'est de cette manière là que je me suis, en quelque sorte, retrouvé à dévorer tous les plats qu'il m'était possible d'avaler. D'ailleurs, les petites sucreries disposées de façons supposées élégantes sur les tables n'avaient pas non plus échappées à la règle. Enfin bon, j'exagère certainement un peu...

Je suis resté avec quelques amis à table, bien que nous ayons déjà fini notre repas -oui, aussi étonnant que cela puisse paraître à un moment j'ai fini par caler (et puis, j'avais juste manqué un repas, donc fallait pas abuser quand même). Au départ, notre sujet principal de discussion était la fête de la nuit précédente. J'en ai donc profité pour leur compter la fantastique aventure qu'avait été ma matinée et le désastre qu'elle avait représenté. Comme d'habitude, une fois que l'on m'avait donné la parole, il fallait que je la garde, raison pour laquelle je ne sais plus trop pourquoi -c'est toujours comme ça en fait, je fais des liens entre tout et n'importe quoi, surtout avec le ministre- je m'étais retrouvé à aborder le sujet du ministre. Une fois de plus. Oui, je dois avouer pouvoir fatiguer les gens avec ça, je pense que l'on m'a suffisamment fait remarquer que je radotais, mais il me semblait et me semble toujours aussi important de partager ce genre de convictions. Alors je contais à mes voisins de table les dernières nouvelles de la politique magique anglaise apprises dans un journal un ou deux jours auparavant :

« Le ministre a annoncé qu'il était sur le point de mettre fin, d'éradiquer complètement à la résistance. Je pense que ce sera pour bientôt, ces fous furieux doivent-être arrêtés au plus vite. »

Aucun d'entre eux n'a d'opinion politique bien figée. Ils hochent seulement la tête quand on leur dit quelque chose à ce sujet où reconnaissent un nom dans ceux que je cite mais de façon générale je pense qu'ils se fichent complètement de ce que je dis, ou alors qu'ils ne souhaitent pas le partager avec moi. Cependant, je leur demandai :

« Vous en pensez quoi ? »
(c) AMIANTE

Marie + Now I can talk, no one gets off [PM]

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: rps

Sujets similaires

-
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Marie Fouquet [Terminé]
» Bienvenue à Marie-Cé
» Arrestation de Pierre Sardi [PV Marie Bergman]
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: