VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

[PM][Fête] No joy without annoy.
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 3 Nov - 18:33.



i wanna live like music, rolling down the streets.
hey looking at you i wanna take you to the back of the room..

★ noms des participants: a. zaïsinya vladaïeva & Mathew McFaden
★ statut du sujet: privé
★ date: Jour de l'ouverture des JOs
★ heure: le soir après 22h
★ météo: Nuit fraîche
★ saison: Saison 2
★ numéro et titre de l'intrigue globale en cours: 2x02
★ numéro et titre de l'intrigue en cours: 2x02
★ intervention de dominus: Non merci ^^
★ récompenses: non



avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 3 Nov - 21:21.
Parle moi, explique moi
… je ne comprend pas.




J'étais perdu. Dans le noir complet. Comment en étais-je arrivé là ? J'étais partis pour me changer les idées, passer une bonne soirée, espérer trouver Zaïsynia parmi la foule et qu'avais-je gagner ? Rien. Je n'avais fait qu'aggraver les choses. Je restais figés sur place, trempé jusqu'aux os. Le regard fixe, je ne pouvais m'empêcher d'admirer la femme que j'aimais, s'éloigner de moi. Encore une fois. Avais-je retenu la leçon ? ... Non, je n'avais pas bougé, je ne l'avais pas rattrapé, elle m'échappait une nouvelle fois. Son regard emplit de colère m'avait frappé et ces paroles résonnaient en moi comme un adieu.

« J'ai cru que t'étais au moins quelqu'un d'intègre et d'honnête, je vois que non. »

De ... ? Quoi ? Si la situation était déjà assez étrange et elle venait d'atteindre un point de non retour. Qu'avais-je donc fait pour mériter ce jugement ? Que s'était-elle imaginer ? Pensait-elle vraiment que j'avais agi de façon incorrecte avec la jeune française ?

J'étais abattu, j'avais l'impression que tout était fini. Tu veux vraiment que ce soit fini McFaden ? ... Satané raison ! Bien sûr que non. Je ne voulais pas que cela se termine avant même d'avoir commencé. J'avais remué ciel et terre pour la retrouver et maintenant qu'elle m'avait adressé la parole, que je l'avais retrouvé, je restais planté là comme un pantin ? Il fallait que je me ressaisisse, que je me bouge, que je me batte si je voulais conquérir son coeur.

Alors que j'allai partir à la suite de Zaïsynia, Angélci vient se poster devant moi. Le regard noir elle me fixa comme si j'étais coupable d'un crime. Je ne l'avais jamais vu ainsi. Cette expression de dégout et de honte marquait son visage.

"Angélic, il faut que ..."

D'un mouvement, sa main se déposa violemment sur ma joue. J'étais estomaqué. Angélic, ma cousine venait de me gifler devant une foule de visiteur. Je ne comprenais pas ... Ma joue me brulait, je devais avoir une sacré marque. Elle n'y était pas allée de main morte. Elle tourna les talons sans plus d'explication. Cette intervention n'avait fait que me faire perdre du temps. J'avais un but et je me devais de l'atteindre. Je parlerais avec ma cousine plus tard.

Sans un mot, je pris la même direction que Zaïsynia. Elle avait traversé la masse de danseur quelques secondes plus tôt et je tentais de me frayer un chemin. Beaucoup râlant à mon passage à cause de mon costume mouillé, mais peu m'importait ce qu'ils pensaient de moi, seul ZaÏsynia comptait.

Elle ne devait pas être parti bien loin. Je scrutais la pièce avec espoir en prenant soin de vérifier le visage que chaque demoiselle. Aucun signe ? Avait-elle quitté la soirée ?

Non, je ne voulais pas. Il fallait qu'on parle. Il fallait que je lui explique que c'était qu'un malentendu. J'avais tant de choses à lui avouer. Je tremblais, j'avais peur, j'avais envie de crier son prénom pour la retrouver. Je voulais la prendre dans mes bras, lui dire qu'il n'y avait qu'elle qui comptait pour moi. Malgré mes espoirs, elle restait introuvable. Je n'étais qu'un imbécile.

Je devais avoir fait trois fois le tour de la salle sans succès. Le seul endroit que je n'avais pas visité était les toilettes pour dame et l'extérieur. Ma tête bourdonnait. Il fallait que je sorte pour respirer. Je pris la porte pour finir à l'extérieur de la salle. La nuit était fraîche et ma tenue humide n'arrangeait rien à ma situation. Avec mon malheur, j'allais surement tomber malade. Je profitais pour me poser sur le rebord d'une fenêtre et réfléchir calmement.

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 3 Nov - 23:36.

beautiful love, but yyou can destroy me

Il y a ces moments de pure incompréhension. Votre tête tourne dans tous les sens, des voix sont là quelque part dans votre tête, et chacune dit le contraire de l’autre. Complètement embrouillé, on tente de trouver la bonne réponse avant de sombrer dans la folie la plus complète. Alors comment en sortir ? Ne demandez pas à Arizona. Elle criera et tombera dans ses sanglots. Placée devant le miroir des toilettes, elle essuyait rapidement à l’aide d’un mouchoir trempé, le maquillage noir qui coulait le long de ses joues. Heureusement pour elle, Les filles se prêtaient toujours leur maquillage entre elles, ainsi, l’étudiante pouvait retrouver la tête des bons jours, avec les yeux encore rougis par ses larmes qui avaient littéralement détruit son visage angélique. De l’eau sur ses joues, elle se rafraichissait les idées et ressortait des toilettes, comme si de rien n’était. Ils riaient tous, la vie était belle pour eux, ils avaient raison. Au fond, elle les enviait. Et quelle idée stupide de tomber amoureuse elle avait eue. Un verre attrapé au passage sur le bar, l’américaine se faufilait à travers les fêtards qui étaient de plus en plus nombreux ce qui rendait les lieux d’autant plus oppressants. Plus de place pour se déplacer correctement, comme bon lui semblait, plus d’espace pour respirer tout simplement. Elle poussait enfin les portes de la boite de nuit et prenait une bouffée d’air frais. Elle pensait qu’il était parti, que sa soirée était terminée, qu’elle allait très vite rentrer dans sa chambre spécialement mise en place pour les jeux olympiques. Mais la vie n’en avait pas décidé ainsi. Elle voulait la pourrir, du moins c’était la première pensée que la brune eut en voyant Mathew appuyé sur le rebord d’une fenêtre. Sa première idée était de courir dans l’autre sens, éviter la discussion, être lâche et fuir comme d’habitude. Mais il n’avait pas l’air bien, il n’était pas dans son assiette c’était pourtant évidant, ça pouvait se lire sur son visage. Arizona avait du caractère, mais elle n’était pas un monstre et surtout elle voulait comprendre, une fois calmée. Chose qui allait donc arriver à ce moment-là. Mais comment aborder un homme qui vous fait perdre tous vos moyens ? Et qu’en plus vous avez humilié quelques minutes auparavant ? Honteuse. Elle avait honte de ce qu’elle avait fait, même si elle lui en voulait toujours, c’était certain. A quelques mètres de lui, elle tournait le visage comme si elle attendait quelque chose. Il ne l’avait pas vue, elle le savait, elle devait faire le premier pas et tenter de comprendre, et expliquer son comportement étrange. Elle n’avait pas le cœur contenu dans une boite, il était bien là, elle le sentait battre jusqu’à vouloir s’expulser de sa poitrine, jusqu’à en avoir mal. Oui, elle souffrait de son attirance, de l’amour qu’elle avait pour lui alors qu’ils ne connaissaient finalement pas beaucoup. La tête tournée vers lui, elle se perdait dans ses sentiments, trop dans les nuages pour réagir et aller lui parler et pourtant il le fallait. Soudainement sortie de ses songes par un fêtard expulsé de la boite qui la bouscula, elle secoua la tête et se dirigea enfin vers Mathew. Pour une fois, elle n’avait pas les mots, elle n’avait pas de phrases toutes faites. Tout simplement car elle n’avait vécu cette situation délicate, avec Mathew tout semblait perdu d’avance, tout était compliqué. Au final, ce n’était pas elle qui compliquer la chose ? Elle sortait un mouchoir de sa pochette et s’asseyait à côté de lui, doucement et sans bruit, sans un mot. Elle tendait le mouchoir à Mathew. « Je pense pas que ça te sèche complètement mais bon. » Elle ne souriait pas, bien qu’elle en mourrait d’envie. Encore une fois sa méfiance prenait le dessus, quand allait-elle comprendre qu’elle pouvait lui faire confiance ? Sa fierté prenait le dessus et surtout elle ne pouvait pas changer de comportement toutes les deux secondes. Il n’allait jamais comprendre ce qu’elle ressentait si elle changeait de tête à chaque fois qu’elle buvait un verre. Elle resserrait un peu plus ses jambes. La douleur que faisaient ses chaussures à talons n’était absolument rien comparé à cette envie qu’elle repoussait depuis qu’elle avait posé les yeux sur lui. Cette envie de l’embrasser et de ne penser à rien. Etre simple, pour une fois, et faire confiance. Elle ouvrait la bouche une nouvelle fois, elle allait enfin passer ce cap avec lui, avoir une vraie discussion et elle allait tenter de garder son calme. « Tu lui voulais quoi à celle-là ? » Très mauvais départ pour engager une discussion courtoise et calme, mais ses mots venaient tous seuls, et au fond, elle ne pouvait pas le dire autrement. Elle était jalouse, profondément rongée par cette possessivité, et le fait qu’elle avait surement laissé passer sa chance dans la taverne au village bordant l’institut russe. Elle était rongée par ses regrets. Comment cette histoire allait se finir ? Une nouvelle allait-elle commencer ? Tout était flou dans sa tête. Le regard plongé dans le vide, elle évitait le regard de Mathew tant elle savait le pouvoir qu’il avait sur elle. Le pouvoir de la faire fuir ou celui de l’attendrir, qu’elle baisse ses gardes. Elle refusait et préférait avoir toutes les cartes en main pour engager la discussion. Elle pose ses mains sur le rebord et frôla celle de Mathew. Ses joues commençaient à rougir. C’est bon, elle perdait ses moyens, seul dieu savait combien elle s’en voulait…


avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 4 Nov - 1:10.
J'ai une question
… Et je ne partirai pas sans ta réponse.




Je m'appuyais contre le mur comme pour trouver du soutien. Après ce que j'avais vécu j'en avais bien besoin. Un mur ou quoique ce soit d'autres, cela n'avait pas d'importance. En cet instant, je prenais tout ce qu'on voulait bien me mettre à disposition. Je fixais le sol cherchant une réponse aux évènements qui venaient de se produire. Je cherchais désespérément une solution, une explication. On était sorcier et malgré nos capacités je n'avais pas la faculté de revenir en arrière. Eviter que cela se produise.

Je soupirais. J'étais exténué. Fatigué de passer mes nuits à me ressasser le passé. Autour de moi, la vie continuait, inconsciente de l'existence de nous, pauvre mortel. De nos soucis. De nos ennuis. Le temps passait tel les tics-tacs d'une horloge. Je n'avais aucune notion du temps, cela pouvait bien faire des heures que j'attendais ou seulement quelques minutes. J'aurai pu rentrer à ma chambre mais je n'en avais pas la force, pas maintenant, pas de suite. Bizarrement, je gardais encore espoir de voir Zaïsynia. Moi ? déterminé ou simplement fou ? ... Certainement un peu des deux.

Je pensais être seul dans mon coin. D'ailleurs, je ne souhaitais voir personne. Pas même Angélic. Surtout pas après la gifle qu'elle m'avait si gracieusement offerte. Je ruminais seul dans mon coin comme un gamin qu'on venait de punir. J'observais mes pieds comme si c'était devenu la chose la plus intéressante du monde. Puis contre toute attente, je sentis une présence près de moi.

C'était elle. Elle était là. Pourquoi ? Je ne pensais pas qu'elle aurait envie de me revoir. Je pouvais sentir son parfum envahir l'espace autour de moi. Cette subtile odeur qui me faisait tourner la tête. Je m'égarais, sentant mon corps irrésistiblement attirer par elle. Mon coeur se gonfla d'espoir mais aussi de méfiance. Elle avait porté un jugement sur moi, l'avait-elle toujours ? Devais-je m'attendre à un autre verre ? Elle esquissa un mouvement et me tendit un mouchoir.

« Je pense pas que ça te sèche complètement mais bon. »

Je tendis la main pour m'en saisir enfermé dans un silence de plomb avant de me le passer sur le visage. L'alcool avait séché depuis longtemps, mes cheveux collaient et ma peau avait un gout de Vodka pomme. C'était pas pour me déplaire mais je préférais plutôt le voir dans un verre que sur moi.

Je ne savais pas comment réagir face à Zaïsynia surtout après ce qui venait de se passer. Cependant, je ne pouvais pas oublier qu'il n'y aurait peut-être pas d'autres occasions à par celle-ci. Il fallait que je m'explique même cela ne changeait rien.

« Tu lui voulais quoi à celle-là ? »

La confrontation était inévitable. Elle me permettait de m'innocenter. Le calme régnait entre nous malgré sa façon de me poser la question. On pouvait sentir la tension irradié de part et d'autres. Seul le son de la musique de la boite parvenait jusqu'à nous. Je pouvais la sentir remuer près de moi. Elle était mal installée ou peut-être mal à l'aise. Il prit appuie contre le rebord de la fenêtre non sans effleurer ma main. Ce simple contact aussi furtif soit-il, avait été des plus agréables. Comme une caresse. Je me fis violence pour ne pas la lui prendre et la serrer contre moi.

"Je pensais que ... C'était toi."

Je prenais le temps pour parler. Je remettais mes idées en place. Il fallait que je choisisse les bons mots.

"Je voulais que ce soit toi, te retrouver ... En fait, cela fait même un moment que je te cherche. Depuis la soirée à la taverne pour ainsi dire."

Dire que cela me faisait du bien de lui avouer était un euphémisme. J'avais l'impression de me décharger d'un poids, d'un mal qui me rongeait. Je me laissais porter par ce besoin. Enfin, je pouvais lui poser la question que me brûlait les lèvres.

"Je te cherche parce que j'ai une question qui me bouffe littéralement ... J'ai besoin de savoir ... Ce soir-là, à la taverne ... Avant de partir tu as dit une chose. Mais tu ne m'as pas laissé le temps d'en découvrir la signification. "

Je mettais lever pour lui faire face. Je ne voulais pas qu'elle fuit une fois encore. Je mis mes mains de chaque côté de son visage, scellant mon regard aux siens. Elle n'avait pas d'autres choix que de me répondre. Que de me faire face. Je pouvais sentir mon coeur battre à toute vitesse. Je cherchais à décrire les expressions de son visage. Je me faisais violence pour ne pas me jeter sur elle, pour ne pas goûter à ses lèvres.

" Peut-être. Probablement. Surement ... Dis-moi, à quelle question est-ce que tu répondais ? Et cette fois-ci, je ne veux pas te voir partir.

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 4 Nov - 20:06.

yyou shoot me down, but i don't fall, i'm titanium

Tout part dans tous les sens, on se perd, on s’égare, on prend souvent le mauvais chemin, pour finir au fond du trou. Il y a des choix qui ne sont pas évidents à faire tant ils vont avoir des conséquences sur le fil de nos vies. Une alliance autour d’un doigt, un enfant qui va naitre, une carrière qui fleurit. Chacun prend un chemin différent… Elle avait opté pour faire la fête, croquer la vie à pleine dent, mais le fil des évènements l’avaient empêché de croire encore en la beauté de la vie. Des obstacles devenus trop gros pour continuer à avancer, avec l’innocence d’autrefois. Elle n’avait plus rien d’une petite fille, ses premières fois étaient pour la plupart derrière elle, et pourtant face à Mathew, elle semblait toute petite. Une petite fille qui n’avait rien vécu, trop peureuse pour dévoiler ce qu’elle ressentait, c’était bien plus simple de se cacher et de fuir. Et pourtant, elle avait fait le premier pas, et elle attendait sa réponse. Une question peut-être trop directe, mais elle voulait qu’il comprenne qu’elle avait réellement besoin de savoir, de connaitre le comment du pourquoi. « Je pensais que ... C'était toi. » Elle releva les yeux et regarda Mathew. Elle ? « Je voulais que ce soit toi, te retrouver ... En fait, cela fait même un moment que je te cherche. Depuis la soirée à la taverne pour ainsi dire » Elle fronça les sourcils et évita à nouveaux les yeux de Mathew. Encore une fois, elle se protégeait, elle préférait rester dans son coin et penser qu’il était comme les autres, ceux qui l’avaient déçue par le passé. Quand allait-elle comprendre qu’il était différent ? Elle se braquait, et gardait le regard baissé, comme toujours. « Je te cherche parce que j'ai une question qui me bouffe littéralement ... J'ai besoin de savoir ... Ce soir-là, à la taverne ... Avant de partir tu as dit une chose. Mais tu ne m'as pas laissé le temps d'en découvrir la signification. » C’était comme si on l’avait pincé, qu’elle se réveillait enfin. Il voulait aussi comprendre, mais c’était plus ancien, ça durait depuis des jours, et ça le rongeait. Elle avait fuis, elle avait été lâche et avait laissé des sous-entendus avant de partir comme une voleuse. Elle espérait qu’il ne lui pose pas la question. Comment lui dire qu’il lui plaisir sans passer pour une fille facile ? Elle s’en voulait d’être tombée amoureuse aussi rapidement, elle avait pourtant lutté, mais c’était plus fort qu’elle, plus fort que lui, plus fort qu’eux. Cette chose indescriptible qui vous arrive lorsque vous posez votre regard sur l’autre. Cette attirance effrayante, cette timidité inhabituelle. Mathew se leva, elle ne savait plus où se mettre lorsqu’il posa ses mains sur son visage. Cette envie de l’embrasser prenait le dessus sur tout. Elle n’entendait désormais plus le son de la musique, elle ne sentait plus l’odeur d’alcool sur la chemise de Mathew, elle ne sentait plus le froid de l’air qui la glaçait. Elle ne voyait que lui, et cette envie de tout lui dire, de toute avouer, quitte à se prendre le râteau du siècle. « Peut-être. Probablement. Surement ... Dis-moi, à quelle question est-ce que tu répondais ? Et cette fois-ci, je ne veux pas te voir partir. » Voilà, c’était sorti, elle était rassurée d’un côté. Il s’intéressait peut être à elle, plus qu’elle ne le pensait, pas que physiquement du moins. Ses joues commençaient à rougir, son cœur s’emballait et ses jambes tremblaient de plus en plus. Les mains de Mathew lui donnaient des frissons sur la peau. Elle baissait à nouveau le regard, elle ne trouvait pas les mots, ils n’étaient pas assez forts. Et pourtant, dans un élan de courage, elle ouvrait la bouche et honteuse, elle commençait enfin à parler, la voix tremblante. « ça parait évident Mathew… » Elle relevait les yeux et prenait les mains de Mathew dans les siennes. Inspirant le plus d’air possible, elle respirait afin de se calmer. Une première larme sur sa joue, elle était terrifiée à l’idée de lui dire ce qu’elle avait sur le cœur, et pourtant elle savait que c’était le moment où jamais et que si elle repartait, elle n’allait jamais plus pouvoir lui en parler. Elle lâchait une des mains de Mathew et essuyait rapidement sa joue. « Tu m’as demandé si tu aurais eu ta chance, je t’ai répondu. » Pour elle, c’était évident, et pourtant tout était implicite. « Oui, tu aurais eu ta chance... Et à vrai dire, tu l’as toujours… ». C’était enfin sorti, elle soupirait de soulagement. Libération d’un poids énorme. Désormais, il savait tout et ils allaient enfin pouvoir mettre les points sur les i. Elle ne le laissait pas parler et enchainer. « Je suis désolée pour le verre, j’ai cru que… laisses tomber, on s’en fout ». Elle avait été stupide, elle avait été jalouse et avait très mal agi, comment avait-elle pu le juger aussi vite ? Elle s’en voulait terriblement, elle s’en mordait les doigts. Après une seconde d’hésitation, elle entrelaçait leurs doigts et levait les yeux vers Mathew. Autant tenter le tout pour le tout, avant de le voir fuir, avant de le voir s’évaporer comme les autres l’avaient fait précédemment. Elle serrait un plus ses doigts, enchainant ses mouvements pour qu’il ne puisse pas l’éviter. C’était à son tour de contrôler la situation. Elle ne le laissait pas parler et posait doucement ses lèvres contre celles de Mathew. Allait-il la repousser ? Allait-il partir en courant ? Elle l’ignorait, mais donnait tout son amour en caressant ses lèvres…


avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 23 Nov - 22:31.
In the evil's heart. In the evil's soul




La vie est une histoire porteuse d'évènement marquant. Des situations à laquelle on ne peut échapper qui font partie de nous et font ce que nous sommes. Notre existence entière. Tout le monde vit et se repassent ces souvenirs agréables ou terrifiant tel des rêves ou des cauchemars. Sans prendre garde, ils nous hantent et nous consument. Pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça ? Parce que je suis en train de vivre l'un de ces instants. L'un de ceux qui nous marque au fer rouge, façonné sur la peau.

Appuyé contre le mur, je pris conscience que le bonheur est une chose à porter de main si on prend le temps de le saisir. Je voulais cette chance avec Zaïsynia. À l'écart du bruit, de l'agitation, de tout ... dans un autre monde. Je scellais mon destin au sien.

Depuis notre dernière rencontre, je cherchais inlassablement à la comprendre, comprendre ce qu'elle m'avait dit avant de partir. C'était plus fort que moi. J'étais attiré comme un aimant mais elle avait fui. Cette fois-ci, je saisissais ma chance, je l'empêchais de s'éloigner de moi une nouvelle fois. Je prenais les devants. C'était à mon tour de chercher des explications.

Je savais que je la mettais au pied du mur. Que je m'y prenais peut-être pas de la meilleure manière qui soit mais quitte a prendre une nouvelle baffe, je n'étais plus à un verre près.

« ça parait évident Mathew... »

Elle releva ses yeux vers moi, se saisissant de mes mains. Enfin j'allais savoir, après tous ce temps. Je retenais mon souffle, j'avais peur. Peur de ce qu'elle allait me révéler. Peur de la perdre définitivement. Une larme coula le long de sa joue. Je me fis violence pour ne pas la porter à mes lèvres. Mon coeur se pinça. Souffrait-elle ? Je ne voulais pas être la cause de son malheur.

« Tu m'as demandé si tu aurais eu ta chance, je t'ai répondu. »

Je n'arrivais pas à détacher mon regard d'elle comme hypnotisé. Je scrutais le moindre mouvement de ses lèvres.

« Oui, tu aurais eu ta chance... Et à vrai dire, tu l'as toujours... »

Le temps était comme suspendu comme j'étais suspendu à ses lèvres. Douce et légère. Ces paroles. Son parfum. Tout n'était qu'envoutement. Je savourais sa présence. Sa chaleur. Elle était mon ange, ma lumière. Je n'osais croire à ces mots ... Ils étaient trop beau pour être vrai. La folie me gagnait-elle ?

« Je suis désolée pour le verre, j'ai cru que... laisses tomber, on s'en fout »

Elle ne me laissa pas le temps de lui répondre. Franchissant la distance qui nous séparait elle déposa ses lèvres sur les miennes. Délicatement, elle envahit mon être.

La vie nous laisse-t-elle une seconde chance comme une ... Renaissance ? C'était la question qui défilait à une vitesse folle dans ma tête. Comment fait-on ? Avais-je gagner ce privilège ? Alors que je pensais mon coeur meurtrit par les épreuves et les pertes, il se mit à rebattre à nouveau. Ce rythme régulier tel une sensation douloureuse et en même temps si réelle. Corps contre corps. Lèvre contre lèvre. Le coeur gonflé par un sentiment depuis longtemps perdu. Je n'osais pas y croire. Alors, je m'accrochais à cette sensation, j'avais trop peur qu'elle me file entre les doigts ... Qu'une fois encore elle s'en aille.

Ce tendre moment était plus que je ne pouvais l'espérer. L'air me manquait comme une douce torture, je m'écartais de la jeune femme sans pour autant me détacher de son regard. J'avais encore tant de choses à lui dire, tant de choses à apprendre, mais pour l'instant je voulais simplement profiter de l'instant présent.

" Alors, je saisis ma chance ... "

Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

[PM][Fête] No joy without annoy.

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: reliques pré jean-paul :: Jeux Olympiques :: village olympique :: le Houdini

Sujets similaires

-
» 06. No joy without annoy.
» Why did you lose my smile? It was so funny to annoy you... || Ft. Nuage Infernal || END
» No joy without annoy.

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: