VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

A kiss is a lovely trick, designed by nature to stop speech when words became superfluous. - Ingrid Bergman - (Défi/PM)
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 9 Juin - 15:06.


*
*

★ noms des participants: Jonatan de Roblès
★ statut du sujet: Défi solo
★ date: Août 2056
★ heure: Début d'après-midi.
★ météo: Pluie diluvienne.
★ saison: Saison 2.
★ numéro et titre de l'intrigue globale en cours: Prélude.
★ numéro et titre de l'intrigue en cours: Prélude.
★ intervention de dominus: Non.
★ récompenses: Non.



avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 10 Juin - 1:56.
1078 mots.

La météo semblait être un reflet de l’humeur de Jonatan, ces derniers temps. Bonne un moment, et désastreuse dans la minute qui suivait. Il était sorti dans les jardins de l’établissement avec son violon, afin de s’isoler un peu pour s’entrainer, chose qu’il avait négligée depuis trop longtemps… Et pourtant, ses plans avaient été contrecarrés quand la pluie s’était mise à tomber. Une averse, inattendue, et indésirable. Et aussi soudainement qu’il avait été trempé, il avait été déprimé. Ne pas pouvoir évacuer la tristesse latente qui l’envahissait en jouant du violon sous le ciel de France avait libéré celle-ci, qui l’avait envahi, le laissant plus blessé que jamais.

Ne supportant pas l’idée de rester dans des habits mouillés, ayant protégé son violon avant toute autre chose, il s’était donc rendu à toute vitesse dans sa chambre, afin de se sécher et de se changer. Un camarade d’Hestia l’arrêta en chemin, lui tendant une boite de bonbons à la guimauve, l’un des péchés mignons de Jonatan… qu’il ne remarqua même pas, dans sa hâte.

- Eh, Jonatan ! Prends donc un bonbon à la guimauve, ma mère vient de me les envoyer, ils sont délicieux.
- Merci Grégoire ! Je n’ai pas le temps de rester, mais merci !

Sur cet échange, il repartit d’un pas preste en direction de son habitation, tout en enfournant le bonbon dans sa bouche, qui enflamma son palais, littéralement et symboliquement. Des vapeurs en forme de spirales s’échappaient de sa bouche à chaque expiration, teintées d’une étrange lueur nacrée. Jonatan, subjugué par l’odeur délicieuse du bonbon, ne prêtait qu’une attention distraite à cette fumée sortant de sa bouche, bien trop concentré sur des tas d’autres choses. Etourdi par l’émanation de fleurs, de pensées plus exactement, qui provenait de la friandise, il continua à avancer de manière machinale, sans plus se soucier de son désir auparavant obsessionnel de se doucher. Cet arôme lui rappelait de doux et tendres souvenirs, alors qu’il parcourait en compagnie de Madeleine les champs fleuris près de chez eux. Qu’est-ce qu’il aimait s’y balader, communier avec la nature ainsi.

Peut-être pourrait-il s’y rendre, avec Bianca, la chouette du concierge de l’école ? Il rit lui-même, tellement la situation lui semblait cocasse. Emmener une chouette à un rendez-vous, quelle idée ! Et pourtant… Son plumage couleur d’ébène, d’une douceur inouïe, causait en lui des frissons, dès lors qu’il le touchait. Son air espiègle, et pourtant savant, lui donnait envie de découvrir ce qu’elle pensait, d’établir une compréhension au-delà des normes, entre eux. Il souhaitait presque découvrir que son animagus était un oiseau, afin de défier les lois de la gravité, à ses côtés. Quelle horreur, s’il devenait un animal terrestre ! Pire, un animal méprisant, indigne de la beauté majestueuse de la chouette comme… un raton laveur, par exemple ! Quelle honte serait-ce, pour lui ! Il soupira, n’étant de toute façon pas un animagus, la question ne se posait pas.

Cependant, rien ne l’empêchait de courtiser sa belle. Il décida que la meilleure façon de conquérir son cœur était de lui offrir de la nourriture… Mais que mangeait une chouette ? Du miam hibou, mais quelle saveur cela remplaçait-il ? Etait-ce herbivore, ou bien carnivore ? Peu importe, il le découvrirait bien assez tôt. Peut-être pourrait-on le renseigner dans les cuisines ? Marchant d’un pas très rapide, courant presque ce qui était surprenant de la part du jeune homme, il s’y dirigea donc, et tenta tant bien que mal de se renseigner sur le mode alimentaire de sa mie et de ses congénères… sans succès. Toutefois, de l’escalope et des épinards étaient revenus intouchés du repas de midi, il se servit donc, bien décidé à les lui offrir en gage de son amour.

Ni une ni deux, il repartit vers le kiosque à l’extérieur, peu soucieux de la pluie diluvienne qui l’avait grandement incommodé il y a de cela une demi-heure. Il était tellement absorbé par la tâche qui l’attendait qu’il ne prit même pas soin de jeter un impervius sur l’étui de son violon, qui était pourtant la prunelle de ses yeux, et dont il prenait toujours grand soin, au détriment de tout, y compris de sa propre personne. Apercevant le kiosque, un soupçon de panique l’envahit soudain. Et si sa belle le rejetait ? Il s’arrêta donc net, afin de réfléchir à un poème pour sa Dulcinée, l’amour de sa vie, son âme sœur.

« Oh, belle chouette effraie
Cadeau de la nature
Tout en toi est parfait,
Tu es la plus belle des créatures.
»

S’il n’avait pas été ramolli par l’Amour qui l’habitait, l’Hestia aurait probablement remarqué la niaiserie et la piètre qualité qui suintaient de ce poème, descriptifs qui lui étaient peu familiers, mais empressé de la courtiser, il n’y réfléchit même pas, et s’empressa de rejoindre sa cible, ce lieu qui abritait la créature empirique qui, du moins le croyait-il, hantait ses rêves chaque nuit. Il la chercha, rendu fiévreux et fébrile à cause de cet amour dévastateur sans savoir s’il était partagé ou non, ses yeux tournant à 100 à l’heure, passant d’un volatile à l’autre, imaginant le plus cruel des sorts pour l’objet de sa recherche. Avait-elle été capturée par un faucon ? Un aigle ? Dévorée par une créature sanguinaire ? Empoisonnée par quelqu’un qui ne s’était pas renseignée sur leur régime alimentaire ? Effaré à cet idée, Jonatan sortit du kiosque, afin de jeter l’escalope et les épinards, au cas où ils lui seraient nocifs… Son poème suffirait, dans tous les cas, à attendrir la splendide chouette !

Alors qu’il s’apprêtait à retourner s’abriter et à reprendre ses recherches, il vit le concierge sortir du kiosque, et l’élue de son cœur s’envoler dans le ciel. Dépité, il se laissa tomber à terre, pensant à cet instant que le monde se liguait contre lui, afin de lui infliger une journée épouvantable. Ne souhaitant pas que la jeune chouette batifole avec quelqu’un d’autre, il emprunta toutefois un volatile à l’école, et lui donna une lettre pour sa compatriote postale, afin qu’elle sache l’amour ardent qui l’imaginait… sans penser une seule seconde qu’une chouette ne pourrait pas lire ses élucubrations sur ses plumes bien entretenues et luisantes, sur son bec finement taillé et irrésistible, et bien d’autres compliments encore. Bien plus attristé qu’auparavant, il retourna dans sa chambre, fiévreux ayant attrapé un froid à rester ainsi sous une pluie glaciale, sans pour autant s’en rendre compte, l’amour réchauffant son cœur et son corps.

A kiss is a lovely trick, designed by nature to stop speech when words became superfluous. - Ingrid Bergman - (Défi/PM)

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: reliques pré jean-paul :: défis :: archive des défis

Sujets similaires

-
» Lovely une nouvelle jument
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Mission de rang C solo: Le poison qui rend la trick
» progression trick ?

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: