VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Sortez vos tenues de soirées, ce soir on va au bal masqué.
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Jeu 26 Mai - 22:21.


Ce soir c'est le grand bal
Mets du fard sur tes idées pâles.




Gabrielle était à moitié couchée sur son lit, en train de lire un classique de la littérature moldus : Orgueil & Préjugés de Jane Austen. La jeune fille l'avait presque fini et elle voulait savoir absolument le dénouement. Mr Darcy allait-il se déclarer à Elisabeth? Tel était la question et l'Athéna voulait une réponse à cette question existentielle. C'est pour cette raison qu'elle ne remarqua pas que la soirée était bien avancée. Et si elle ne se dépêchait pas, elle serait très certainement en retard pour le bal masqué de la saint valentin... Et c'est alors que comme pour la prévenir que son chat, Moustache sauta sur le lit. Le félin se posta entre elle et son livre, avant de se mettre à miauler.

- Oh! Moustache pousse toi! Je suis en entrain de lire là! Tu me déranges ...

Gaby leva la tête et elle ne mi même pas une minute pour s'apercevoir qu'elle était seule dans le dortoir. Puis machinalement, elle jeta un coup d’œil sur son réveil posé sur la table de chevet. * Oh! Non je vais être en retard * L'adolescente se leva d'un bond, balança son bouquin en direction de sa malle. ais celui-ci tomba à quelques centimètres de là ou il aurait dû atterrir. Tanpis, là elle n'avait plus vraiment le temps. La brunette prit quelques affaires au passage avant de se diriger assez rapidement vers les salles de bain de l'écurie d'Athéna. Cette dernière en ressortit une dizaine de minutes plus tard, en peignoir. Bah oui, je vous ai dit qu'elle était en retard, elle a pas le temps de faire sa marié dans la salle de bain. Bref il ne lui restait plus qu'à enfiler sa robe. Car elle venait tout juste de lisser les longs cheveux brun et de se maquiller pour l’occasion. Donc c'est une fois dans le doitor qu'elle entreprit de trouver sa longue robe bustier noir, dont seul le décolleté en V est marqué par des strass. Elle l'avait acheté lors des dernières vacances qu'elle avait passé à Paris. Après deux bonnes minutes, elle mit la main sur ses collants et ses escarpins. Mais malheureusement aucune traces de sa robe pour le bal.

- Mais m*rde alors. Elle est passée où cette foutue robe?

Gabrielle commençait à s'énerver toute seule. Elle détestait perdre ses affaires. Puis bon c'était pas vraiment le moment non plus. Et ce qu'elle détestait encore plus, c'était t'arrivait en retard. Or, là si elle ne mettait pas la main sur cette maudite robe, elle arriverait après ouverture des porte. Puis enfin, elle finit par la retrouver. Elle était dans la malle de sa voisine de droite. Qu'est ce qu'elle fessait à cet endroit? Très bonne question. La jeune Athéna n'en avait absolument pas la moindre idée. Et puis de toute façon, elle verrait ça plus tard. Après cette "chasse à la robe", Gaby s'habilla vitesse grand V.

Enfin la demoiselle sortit de la salle commune d'Athéna, sans bien sur oublier son masque. Masque qu'elle enfila, après s'être assurée que ses cheveux lissé à la perfection tombaient parfaitement sur ses épaules dénudées. Après une traversée de l'académie presque au pas de course. Notez que le pas de course en talon de 15 cm, c'est pas évident. Enfin bref, la jeune brune arriva au dernier détour de couloirs qui menait à la salle de réception. Un flot de jeune fille en rose de soirée somptueuse et de jeune homme élégamment vêtue de costume passèrent devant Gaby. L'excitation que suscitait le bal de la saint valentin étaient palpable. Tout les élevés de la célèbre académie française étaient agglutinés devant les deux lourdes portes en chêne massif closes de la salle de réception. La jeune Athéna se hissa sur la pointe des pieds, dans l'espoir d'apercevoir ses amis et Thélio. Ils avaient convenu de se rejoindre juste avant l'ouverture des portes. Mais toutes les personnes présentent portaient un masque. Bah oui, c'est un bal masqué je vous rappelle. De ce fait, il n'était pas très aisé de avoir qui se cachait derrière ses masques, dont certains étaient multicolores, couvert de strass ou encore surmonté de plumes. Et tout un tas d'autres plus magnifique les uns que les autres.

Il était vingt heures moins dix, les portes étaient censées s'ouvrir à vingt heures piles. Gabrielle étant préfète, elle avait l'obligation - avec ses collègues des autres écuries - de veiller à ce que l'entrée dans la salle se fasse dans encombres. Afin de remplir cette tâche, elle se frayer un chemin, tant bien que mal jusqu'au porte. Plusieurs fois, elle se fit crier dessus parce qu'elle passait devant tout le monde. Alors au début la jeune fille expliqua sur un ton très calme, qu'elle devait se rendre au niveau des portes pour s'assurer de la bonne entrée en salle de tout le monde. Mais à la fin, le ton était beaucoup moins calme et posé si vous voyez ce que je veux dire.

Vingt heures sonna à l’horloge de l'école. Les portes s'ouvrir en grinçant sur leur gonds, dévoilant la magnifique décoration de la salle. Des tables rondes recouvertes de nappe d'un blanc éclatant étaient disposées toute autour de la pièce. Pour occasion, l'académie avait sortit la vaisselle en porcelaine, les verres en cristal et les couverts en argents aux armoiries de l'école. Et des centaines de pétales de roses rouges tombaient du plafond. Mais aucunes ne s’abattent sur le sol. Magique non?! Alors que les élevés entraient dans la salle de réception quand Gabrielle aperçut son amie d'enfance préfète de l'écurie de zeus, Lila.

- Lila! Eh! Attends moi!

La jeune fille se dirigea vers son amie avec un immense sourire au lèvres.


Hrp: Il doit y aller des fautes, mais je corrigerai demain.


Dernière édition par Gabrielle I. MacElroy le Ven 1 Juil - 11:56, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mar 31 Mai - 22:23.


Des bals, des bals et des bals... Quand c'était pas la rentrée, c'était Noël, puis le nouvel an, puis Pâques, puis celui des écuries, puis celui de fin d'année, bref, peu importait la période de l'année, à Beauxbâtons, y'avait toujours un bal. Et ce soir, c'était celui de la Saint Valentin. Su-per... Encore, si le bal de la Saint Valentin n'était obligatoire que pour les couples qui trouvait que tout ce qui avait rapport avec les petits cœurs et les discours dégoulinants de miel, ça passerait, mais non. Il fallait que TOUT le monde y participe. Tout le monde, y compris moi. Surtout moi en fait parce qu'en tant que Préfet, il fallait que je montre l'exemple, et que je sois là avant tout le monde par dessus le marché... Pfff... J'adorais mon pays mais parfois, j'aurai aimé éviter tous ces évènements...

Mon balais sur l'épaule, je revenais de l'extérieur et traversais les quartiers de Zeus pour me rendre dans ma chambre. Tiens, les filles avaient disparu de la salle commune... Elles devaient toutes bloquer les salles de bains pour être le plus parfaites possibles pour ce soir... Heureusement qu'on n'était pas limités en eau chaude quand même... Grimpant les escaliers quatre à quatre, je pénétrais dans ma chambre et lançais mon balais dans un coin avant de me diriger vers la douche, en soupirant, évidemment.

Quelques minutes plus tard, j'en ressortais, propre comme un gallion neuf et passais mon déguisement de vampirate ! Car ouais, un truc bien dans l'histoire, c'est qu'on avait prévu d'aller chasser le trésor avec Bart' et Azraël. Profiter que tout le monde soit occupé à l'intérieur pour partir en quête des joyaux perdus nous avait semblé une bonne idée du coup, on assitait à l'essentiel et zou, on disparaissait ! J'avais donc prévu une tenue plus ou moins adéquate avec les deux évènements composée d'un pantalon noir, de grosses chaussures assorties qui seraient bien pratique pour crapahuter partout, une chemise noire à jabot et une veste que j'oublierai certainement dans un coin de la pièce le moment venu. Concernant le visage... Un truc bien sombre me semblait pas mal. Ça camouflerait un peu mon visage -vu que j'avais pas pensé à prendre de masque, et avec mes lunettes de soleil par dessus, ça irait très bien ! Quand à mes cheveux... J'observais un instant l'image que le miroir me renvoyait et décidais de les laisser en l'état. De toutes façons, j'avais jamais réussi à les faire tenir en place donc autant éviter une prise de tête inutile ! Polia râlerait, Blanche critiquerait mais bon, j'étais habitué ! Satisfait de ma tenue, je récupérais ma baguette que je rangeais dans ma poche et quittais ma chambre pour traverser la salle commune maintenant vide. Quelque piaillements retentirent du côté de la chambre des filles et je levais les yeux au ciel en quittant les quartiers de Zeus.

Arrivé devant les portes de la salle de bal, je saluais rapidement tous les préfets présents et regardais l'heure. Moins cinq. Ça va, j'étais dans les temps. Juste à temps en fait car à peine avais-je ouvert la bouche pour dire un truc hautement intéressant qu'un troupeau d'élève débarquait dans le coin. Ok... J'allais me pousser un peu moi hein...

L'horloge sonna, les portes s'ouvrirent sur l'habituelle salle de bal, cette fois décorée de rouge avec des pétales tombant du ciel et le troupeau d'élève pénétra à l'intérieur sous les soupirs émerveillés des filles. Bon... Ben puisqu'il fallait y aller... Entrant à mon tour dans la salle, je cherchais des yeux quelqu'un, un gars si possible, histoire de me sentir un peu moins seul... Mais avec tout ces froufrous partout, je ne trouvais pour l'instant personne...

Pfff... Et dire que la directrice devait encore faire un discours...

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 3 Juin - 2:23.
Je contemplais vaguement mon reflet dans le miroir. Mes cheveux étaient savamment bouclés et ornés de petites perles qui luisaient sur mes cheveux. Pendant que je considérais la question de mon apparence, je resserrais un peu plus mon corset d’un geste maladroit qui me coupa le souffle un instant. M’appuyant sur la commode à côté de moi, je lâchais légèrement l’étreinte des lacets. Je n’avais pas envie de rendre l’âme aujourd’hui. C’était peut-être la Saint Valentin mais, mon âme, je ne la vendrais pas au diable pour quelques baisers volés et aussitôt oubliés. Cherchant les escarpins qui allaient avec la robe, je me surpris tout de même à espérer trouver un cavalier de dernière minute. Peut-être qu’un jeune homme se trouvait dans la même situation que moi et essaierait de trouver une demoiselle juste avant de se rendre à la fête… Enfin, l’espoir fait vivre comme on dit et, je me rendrais à cette soirée comme prévu : toute seule.

Enfilant mes chaussures, je m rapprochais du miroir pour me maquiller rapidement et mettre le masque aux couleurs de ma maison ; vanille et vert pastel ; comme la robe que je portais. J’aurais pu choisir des couleurs neutres et autres que celles de mon écurie mais, c’étaient celles dans lesquelles je me sentais le mieux, la plus à l’aise. Et, par la barbe de Merlin ! Dieux sait que j’aurais besoin de me sentir un minimum à l’aise aujourd’hui. Cette période de l’année n’a jamais été ma préférée. Les oiseaux chantent, les cœurs s’emballent et les pleurent arrivent souvent beaucoup trop vite. Qui dit Amour dit Passion et, qui dit Passion dit Souffrance…

Oh, je ne dis pas qu’aimer c’est mal pour la santé mais, cela nous rend heureux que pendant un certain temps. J’ai vécu de nombreux comptes de fées mais, au final, les princes s’avéraient être de vilains crapaud. Je ne dis pas non plus que je n’étais pour rien dans la fin de ces histoires mais, j’étais surtout consciente que cela ne durerais pas toute la vie. Pour être honnête, je ne sais même pas ce qui m’a donné cette vision des choses. Mes parents s’aiment comme au premier jour donc, je devrais être de celles qui croient aux coups de foudres. A la place, je me dis simplement qu’un jour, un verre de terre tombera amoureux d’une étoile. Il aura beau lui faire la cour, lui chanter des sérénades, l’étoile de l’entendra pas. Elle sera bien trop occupée à briller de mille feux pour s’encombrer d’un nouvel être à aimer. Pourquoi s’acharner à aimer quelqu’un d’autre lorsque s’aimer soit même est déjà tellement difficile ? Le verre de terre devrait apprendre à s’accepter tel qu’il est et, peut-être trouver la belle qui lui est destinée plutôt que l’étoile qui est destinée aux pauvres fous.

Ouvrant les yeux, je me contemple à nouveau. Parfait. Je vérifie une dernière fois que le nœud de mon masque est bien serré derrière ma tête. C’est bon, il tient. J’entame le pas vers la salle de réception, le cœur serré et la tête en ébullition. *Qu’est-ce qui me prend ? Pourquoi est-ce que je me rends à ce bal ridicule ?* Arrivée sur place, je ne peux plus reculer. Les portes s’ouvrirent et, à l’intérieur de la salle, tout semblait avoir été choisi avec la plus tendre attention. Quel gâchis ! C’était si simple de vendre du rêve à des pauvres filles désespérées et espérant le grand amour depuis leur plus tendre enfance. Quelques « ahhhh » et des « ohhhh » se firent entendre et, dans ma tête, je ne faisais que me poser la même question *Qu'est-ce que tu fous là Axelle ?* Passant mes mains sur mes hanches, je les fis descendre jusqu’à laisser mes bras tomber d’eux-mêmes. Bon, puisqu’on est là, essayons de nous amuser un minimum. Je cherchais des amis, des connaissances du regard. Peut-être qu’avec un peu de chance, je ne resterais pas seule très longtemps mais, avec tous ces masques, ce n’était pas si facile de reconnaitre quelqu’un…
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 18 Juin - 13:46.
Aleera termina de griffonner dans son petit carnet noir qui l'accompagnait constamment, sous l'oeil attentif de Calypso, sa chatte noire qui la suivait pratiquement partout ; parfois même en cours pour le plus grand malheur des professeurs. Elle boucla ensuite son carnet, le verrouillant à l'aide d'un sortilège et le rangea dans sa malle avec le reste de ses affaires, à savoir : plume, encre, parchemin et autres outils d'écriture. Elle s'apprêtait à fermer la malle quand sa chatte se jeta littéralement dedans, empêchant ainsi sa propriétaire de la fermer.

-Calypso ! A quoi tu joues ? Tu veux te faire assommer ? Inconsciente, va !

Mais la féline ne bougea pas, se contentant de fixer sa propriétaire de ses immenses yeux brillants. La jeune blonde haussa les épaules, laissant la malle ouverte. Calypso commença à s'activer, à se faufiler sous ses vêtements, jusqu'à en tirer un dehors ; une robe en satin noire. Aleera la prit dans ses mains, comprenant que sa boule de poils cherchait impérativement à la faire aller au bal masqué.

-Inconsciente et pénible !

Avec un léger sourire aux lèvres, la jeune femme se leva de son lit et enfila la robe. C'était une robe légère et vaporeuse, qui tombait jusqu'à ses pieds et au dos dénudé. Aleera grimaça en constant cela et s'empara d'un châle argenté qu'elle glissa sur ses épaules, afin que personne ne puisse apercevoir son tatouage. Elle détacha ses cheveux dorés, qui tombèrent en cascade dans son dos, servant également de camouflage. Elle se maquilla à la va-vite, sachant pertinemment qu'elle n'avait pas besoin de s'étouffer les pores avec du fond de teint pour être jolie.

Elle jeta un coup d'oeil dans le miroir et grimaça légèrement. Non pas qu'elle ne se trouvait pas belle, au contraire, et là était bien le problème. Même si elle ne faisait rien de particulier, les gens la remarquaient, à cause de sa prétendue différence. Heureusement, le bal était un bal masqué et elle pourrait enfin se fondre dans la masse sans s'attirer des regards de biais ! Elle attrapa des escarpins argentés, les enfila, et ensuite son masque, également dans les tons argentés et noirs. Puis avec un dernier regard vers Calypso, qui ronronnait déjà sur son coussin, elle quitta les lieux.

Aleera longea les murs jusqu'à la salle de réception, aménagée pour la fête. De nombreux élèves s'extasiaient devant la décoration des lieux. La jeune balkanique, elle, ne s'attarda pas dessus, cherchant des yeux les buffet ou quelque chose s'en approchant. Resserrant son châle autour de ses épaules, Aleera se fondit dans la foule avec la grâce qui appartenait à tous et toutes les Beauxbâtoniens ou Beauxbâtoniennes.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mar 21 Juin - 15:38.

Elle ne peut pas s'arrêter hoé hoé

Au programme ce soir… un bal. Comme c’est original. Beauxbâtons ne savait vraiment plus quoi inventer pour occuper ses bambins. Il faut dire que ce sont tout autant de bals que de traditions et il est normal que l’école cherche à garder une certaine cohérence en conservant ses traditions. Avec la fondatrice qui traîne encore dans l’école, pas facile de réformer… Ce soir c’était la St Valentin et cette fois-ci, la jeune fille hésitait vraiment à s’y rendre… Personne ne l’y avait vraiment invité…

La jeune fille était seule dans son dortoir, assise sur son lit, elle venait de voir ses camarades toutes plus belles que les autres se rendre au bal avec engouement leur cavalier les attendant soit à la sortie de la commune soit directement dans la commune. Elle les avait salué en les voyant passer, avait complimenté leurs robes, complimenté sur leurs cavaliers aussi… Une fois toutes parties elle soupira, fini le sourire forcé. Elle passa ses doigts dans ses cheveux courts et épais… Sa moue boudeuse laissait penser que beaucoup de choses traversaient son esprit. Elle tendit sa main vers sa petite table de chevet d’où elle sortit une petite boîte visiblement verrouillée. La serrure réagissait à la lumière forte et proche comme celle qui jaillissait déjà de la baguette qu’elle tenait de sa main droite et qu’elle avait dirigé vers la serrure. Un petit cliquetis se fit entendre et le coffret s’ouvrit. À l’intérieur, rien à part une petite carte. Elle était rouge, très male écrite avec une plume qui bavait. Mais les mots qu’elle contenait, Loup ne les avait vu écrits qu’une seule fois… Elle était invitée au Bal de la St Valentin. Elle ne se rappelait même plus de qui elle venait, mais c’était l’unique qu’elle avait retrouvée et sûrement aussi l’unique qu’elle avait reçu. Elle laissa échapper un autre soupire à travers ses lèvres molles. Elle reposa la boîte où elle l’avait prise en faisant bien attention à la fermer comme il faut. Si seulement elle en avait reçu une autre cette année.

Elle regarda autour d’elle, les draps, les rideaux, les oreillers n’étaient plus décorés aux couleurs d’Hébé mais celle de la St Valentin, du rouge ici, une rose par là, cupidon là-bas… Elle était envahie… Peut-être devrait-elle si rendre ? Après tout, elle avait là l’occasion de rencontrer des gens… Et puis merde Loup réveille toi ! Ton valentin ne va pas venir te chercher dans ta chambre ! Elle se redressa, le visage traversé par un sourire large. Il lui fallait faire les choses vites. Elle n’avait pas prévu de robe mais après sept années de bals mensuels elle trouverait bien quelque chose à se mettre. Elle finit par sélectionner une robe qu’elle avait porté pour Noël deux années auparavant. Elle lui était flottante à cette époque mais aujourd’hui c’était une robe serrée en laine noire qui était assez courte… Mais ses manches longues la rendait élégante. Un passage rapide dans la salle de bain et quelques dilemmes plus tard elle était fin prête. Elle s’était finalement décidée pour de hauts escarpins noirs, des boucles d’oreilles argentés, une chaîne argentée terminée par un pendentif en forme de cœur et une petite montre de la même couleur. Elle était remotivée, la soirée lui appartenait maintenant et rien ne pouvait justifier une baisse de morale. Elle descendit les marches menant à sa salle commune, personne n’était là pour l’attendre ou pour la voir mais elle se sentait belle. Le menton levé elle rejoignit la salle de balle avec entrain et lorsqu’elle arriva… son sourire s’apaisa…

Ils étaient tous là, à danser en couple, les uns assortis aux autres… Pour quelqu’un de célibataire, il n’y avait sûrement rien de plus déprimant… Elle partit s’asseoir dans un coin de la salle et attendit… un miracle ? Lentement elle sortit de son sac un gigantesque masque rouge et or qu'elle enfila.




avatar
Dominus Tenebrae
this is the wizzarding world of
Je suis un PNJ, muhahaha
informations
Je suis un PNJ, muhahaha

crédit : Domina
date d'entrée : 24/04/2010
épîtres postées : 1184
gallions : 7080

♦ Nota Bene
:
: quelques adjectifs pour vous définir
: ce que vous avez sur vous



Message Posté Jeu 23 Juin - 21:35.

surveillez vos téléviseurs



Rendez-vous le 3 juillet 2011 ( IRL )



Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

Sortez vos tenues de soirées, ce soir on va au bal masqué.

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: reliques pré jean-paul :: concours internes :: archives

Sujets similaires

-
» Les tenues de soirée
» Soirée à l'opéra Garnier...
» Soir du mariage [soirée streap-tease]
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: