VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

[PM] Someone needs guidance
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mar 17 Juin - 13:06.
Someone needs guidance
We all started there


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬  Alekseï Zolnerowich et Matthew Bennington
ϟ  étiologie du statut subjectif ▬  Privé
ϟ  datation approximative du moment exact ▬ Mercredi du 5 Septembre 2057
ϟ  cadran lunaire appréciable ▬ Début d'après-midi
ϟ  météorologie sorcièrement acceptable ▬ Beau temps, malgré quelques nuages. La température est très agréable.
ϟ  saison saisissante et palpitante ▬ Saison 3
ϟ  intrigue globalement intriguante ▬  Saison 3, intrigue 1
ϟ chatiment divin exigible ▬ Vade retro Satanas ! (non ♥)
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mar 17 Juin - 15:19.
▲ Someone needs guidance



Le temps passait vite, nous étions déjà au troisième jour de cours depuis la rentrée et j'avais toujours l'impression que les cours de l'année précédente s'étaient terminés il n'y a que deux semaines. Et pourtant, deux mois avaient été consumés. Il faut dire que je n'avais pas réellement profité de mes vacances. Je m'étais séquestré dans le manoir familial, dans le Nottinghamshire, pendant toute cette période et n'avais pratiquement rien fait. Je n'étais sorti que quelques fois, seulement lorsque j'en avais besoin. J'avais passé mes journées dans la bibliothèque de ma mère, à lire des livres sur différents sujets, favorisant ceux traitant des créatures magiques. Depuis le décès de mes parents, je n'avais plus vraiment eu envie de faire quoi que ce soit, voir qui que ce soit. Je n'avais pas été aussi solitaire depuis mon enfance. On m'avait plusieurs fois dit qu'il fallait tourner la page, mais je n'en avais pas la volonté. Je me morfondais dans la mélancolie et j'avais donc végété pendant toutes les vacances. Mais j'avais finalement dû quitter mon Angleterre natale pour retourner en France, à l'Université de Beauxbâtons. Je m'étais dit que cette nouvelle année scolaire allait être l'occasion de tout reprendre à zéro et enfin passer à autre - revivre, en somme - et j'étais décidé à le faire. Car oui, j'étais las de ne rien faire de mes journées et je n'avais pas envie de rester ce légume que j'étais devenu. Et puis j'étais quelqu'un d'assez fier, or, l'image que j'entretenais avec mon comportement était nuisible à ma réputation et je ne désirais pas devenir le dépressif de l'établissement aux yeux des autres étudiants.

C'était donc de manière positive que j'abordais les cours, en me disant à chaque fois que c'était ce que j'aimais faire, étudier, que la Zoomagie avait été mon choix et que c'était ce qui allait me permettre, une fois mon cursus universitaire terminé, de me lancer dans une carrière en lien avec les dragons. Cela marchait assez bien, dans le sens que je ne laissais rien paraître de ma situation lorsque j'étais entouré de personnes. Certains en avaient conclu que j'avais enfin tourné la page, mais ce n'était pas vraiment le cas. Quand je me retrouvais seul, j'adoptais à nouveau une mine sombre et pas très chaleureuse. Je ne pouvais moi-même pas définir mon état mental. Il me semblait que j'eusse fait mon deuil, mais je ne pouvais pas dire pourquoi j'avais perdu la joie de vivre. Je ne posais d'ailleurs plus la question, j'attendais simplement que le temps fasse son effet et ferme les blessures encore ouvertes. Mais l'essentiel était que je puisse revivre en société et que je puisse de nouveau sourire. Il était simplement dommage que cela ne puisse aussi durer lorsque je n'étais pas avec mes camarades.

Cependant, ce troisième jour se montra quelque peu différent des autres, brisant ma routine. En effet, juste avant le début du cours de Zoomagie, en début d'après-midi, le professeur m'avait pris à part et m'avait annoncé qu'un nouvel élève était arrivé à l'université et n'avait pas pu profiter de la visite guidée proposée aux nouveaux arrivants le jour de la rentrée. Le vieil homme m'avait expliqué qu'étant donné que j'étais son élève le plus brillant, il ne voyait pas de mal à ce que je n'assiste pas à son cours pour pouvoir présenter le domaine à la personne concernée et ne doutait pas un instant que je ne prendrais pas de retard quant à notre programme, assez chargé pour les deuxièmes années. J'avais accepté sa proposition, plus par politesse et altruisme que par envie. Je ne me considérais pas comme étant le mieux placé pour présenter l'Académie de Beauxbâtons à qui que ce soit, mais si cela pouvait aider une âme en peine, pourquoi pas. Et puis, pour avoir assisté moi-même à cette visite guidée, l'année passée, je savais que les informations données par le guide étaient pour la plupart inintéressantes et superflues. J'allais aller droit au but, ce qui allait nous faire gagner du temps et rendre la chose moins rébarbative pour l'étudiant en question. Le professeur s'était montré ravis par ma décision et j'étais de toute évidence encore monté dans son estime. Avant de me laisser, celui-ci m'avait communiqué le nom de l'élève, qui était Alekseï quelque chose - un nom probablement russe et imprononçable pour moi.

Je m'étais donc rendu à la salle de réception de l'Académie, là où le rendez-vous avait été établi et ce fut là que j'attendais depuis quelques minutes déjà. J'avais avec moi mes affaires de cours, étant donné que je n'avais pas prévu cette visite et mon épaule commençait à peser à cause de mon sac. Je le posai donc et attendis encore un peu, avant d'enlever ma cape, qui me tenait définitivement trop chaud. Je retroussai les manches de ma chemise, puis poussai un soupir. Est-ce que l'étudiant avait raté la visite guidée parce qu'il n'était pas là le jour de la rentrée ? Ou bien n'était-il tout simplement pas venu ? Je n'en avais aucune idée, mais j'espérai franchement qu'il ne me faisait pas attendre pour rien, car c'était là bien quelque chose que je détestais. Mais bon, peut-être aussi avais-je perdu la notion du temps et n'était-il pas si en retard que cela ? Je pouvais me montrer très impatient suivant comment... Ce n'était pas que je me réjouissais de le rencontrer, mais je me réjouissais surtout d'en avoir fini.

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 21 Juin - 11:38.
Le guide touristique

[Couloirs de l'Académie]
Alekseï était perdu. Dans tous les sens du terme d'ailleurs. Il était perdu de ses convictions et dans ses anciens choix qui avaient laissé du sang et de la déception derrière lui comme un sillon tracé sans règle par une main éméchée. Le russe s'accrochait alors à cette année à Beauxbâtons, ou plutôt à l'objectif final qui en découlait, comme on s'accroche à une main, le pied pendant dans un ravin.
Et puis il était perdu tout court dans cette immensité de jardins, de bâtiments et de raffinement. Il connaissait par cœur Saint-Pétersbourg ou Durmstrang, avait pris l'habitude de se repérer dans les toundras et dans la neige, dans les villes aux façades tantôt colorées, tantôt grises et gigantesques à l'image de l'histoire du pays. Sauf que, hors de ce genre de contexte, il n'avait jamais eu un très bon sens de l'orientation. A Londres, la première chose qu'il avait fait, c'était acheter un plan et accepter le fait qu'il prendrait du temps à vagabonder au risque de se perdre, mais il prenait cela comme un entrainement.
Le problème étant qu'à Beauxbâtons, ils n'avaient pas pris la peine de faire des plans étant donné que c'était un endroit restreint et qu'il n'avait pas pour but d'être un lieu de villégiature. Et pis encore, Alekseï n'avait pas le temps de flâner et vagabonder pour s'approprier les lieux. Il était déjà en retard.
Est-ce que ca le paniquait, l’agaçait, le faisait se sentir mal ? Sincèrement, non, pas vraiment. Il se contenta de mettre ses mains dans les poches et de lever les yeux au ciel. Non pas qu'il était nonchalant et je m'en foutisme, il avait simplement une étrange manière de relativiser : Rien ne sert de se presser, il en serait moins efficace. Ou peut-être était-ce juste un peu de fainéantise qui parlait à sa place, allez-savoir. Et puis il avait d'autres raisons de se sentir coupable bien plus grave qu'une simple politesse morale.
Laïka n'était pas avec lui, pas pendant les cours, il était censé la laisser enfermée dans sa chambre étudiante dans les combles, mais il se doutait qu'elle ne tiendrait pas longtemps. Dès qu'il saurait si c'est sûr de la laisser vagabonder dans les jardins, voir de l'emmener dans la forêt avoisinante, il le ferait. En attendant, il se préparait à un accueil assez peu chaleureux pour le soir. Il avait une tenue neuve, provenant de France et avait la fâcheuse impression d'apparaître pour quelqu'un d'autre, quelqu'un qu'il n'était pas alors que seul restait de son dernier mode de vie le pendentif en forme de dragon que Karla lui avait offert. Il esquissa un rire, il allait presque devenir sentimental, tourner à la caricature. Il n'aimait pas ce que la Résistance avait fait de lui, alors qu'il arrivait encore à être fier de lui et sûr de son avenir après deux ans de doutes, d’échecs et de petits boulots mal payés après des études en tant que Mokop. Il comptait bien retourner à cet état, il était déjà en très bonne voie, il fallait juste lui accorder plus que trois jours.
Trois jours, il était arrivé il y avait à peine trois jours, en retard d'ailleurs. En effet, bien qu’accepté à l'Université depuis plus de deux mois, de par son dossier, la volonté de l'administration de s'ouvrir à Durmstrang et par sa mère qui avait encore bonne réputation dans l'enseignement, il ne s'était totalement décidé que le jour J, mis au pied du mur du retour des cours pour tous. Il avait réalisé plus profondément encore qu'il voulait faire quelque chose pour lui au lieu d'agir pour les autres, s'occuper de son avenir. Il avait saisi ses cliques et ses claques, salué sa mère et était parti avec le premier porteloin qui acceptait Laïka. Sauf qu'il avait manqué la journée "d'intégration" des nouveaux étudiants et se retrouvait seul, sans connaître les lieux et sans avoir rencontré qui que ce soit en ce premier jour. Heureusement, une âme avait eu de la compassion pour Alek et sa difficulté sociale et lui avait proposé qu'on lui présente l'Académie de manière plus personnelle. Le jeune homme n'avait pas eu le courage de décliner. Il aurait eu plus d'égo, il l'aurait sans doute fait, estimant qu'il pouvait se débrouiller sans être assisté, mais vue qu pour le moment il avait bel et bien besoin d'aide pour trouver celui qui allait l'aider, il avait bien fait. De plus, il passerait presque pour quelqu'un de sociable. Presque.
[La Vigne]
En marchant encore un instant, il tourna ici et puis là, et enfin reconnu le hall de l'Académie. Il y avait un groupe qui discutait dans un coin et des professeurs qui passaient récupérer des papiers. Près de l'accueil, un homme, sans doute un jeune étudiant, patientait avec un sac aux pieds. En considérant que son guide touristique ne lui avait pas fait faux bond ou n'était pas parti après cinq minutes de retard, Alekseï s'approcha de lui.

- Tu dois être Matthew, lanca-t-il sans prendre la peine de dire cela comme une question avec son accent qui faisait siffler les "r". Je me suis égaré, ajouta-t-il pour expliquer son léger retard.

Et la politesse ? Et un "désolé" ? Et une poignée de main ?

- Enchanté, finit-il par souffler.

Ah, c'est mieux. Il pourrait presque finir d'agréable compagnie, cet Alekseï. Presque.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 22 Juin - 14:48.
▲ Someone needs guidance



Pour passer le temps, j'observai le hall dans son intégralité, posant mon attention sur différents détails de la salle. Les lieux étaient vastes et très décorés, dans le style typiquement français du XVIIIème siècle. Les grandes fenêtres laissaient entrer un énorme flux de lumière, qui donnait un aspect très chaleureux au décor. C'était agréable à voir, le confort était de prime ici, rien à voir avec les couloirs austères et froids de Poudlard ! Il y avait d'autres étudiants - pour la plupart des élèves de premier cycle - discutant de divers sujets. J'entendis un groupe de garçon débattre sur les équipes de Quidditch, d'autres parlaient des cours, en bref, des discussions normales et habituelles chez ces personnes. Cela me fit penser que c'était quelque chose que je n'avais pas fait depuis longtemps, converser à propos d'un sujet avec quelqu'un. Mais bon, ce qui était fait, ne pouvait être changé. Cela n'incombait que moi d'avoir gâché plusieurs mois de ma vie, au lieu de passer à autre chose.

Je remarquai alors qu'un homme se dirigeait vers moi, ou en tout cas, c'est ce qu'il me semblait. Etait-ce Alekseï ? Je ne pouvais pas le savoir, mais j'en doutais, car cette personne m'avait l'air plus vieille que les autres premières années ! D'habitude, il s'agissait de jeunes adultes tout juste sortis de l'adolescence, pas à d'adultes confirmés. Mais il semblait que je me fusse trompé, car l'arrivant vint effectivement à moi et me dit s'être égaré, justifiant son retard. Il avait un accent russe, pas trop fort, mais bien présent, ce qui confirmait une fois de plus qu'il s'agissait bel et bien de la personne que j'attendais. Il ne s'était pas excusé et ne m'avait même pas salué, mais mon expérience personnelle m'avait apprise que les russes étaient comme ça. Je savais que c'était une vision assez naïve et très stéréotypée des soviétiques, mais je n'en avais pas encore rencontré qui démentait cela. Je ne fus donc pas offensé par le manque de tact de mon interlocuteur. Et puis je n'étais que son guide, je n'allais probablement plus beaucoup le voir une fois la visite guidée terminée.

- Tu es donc Alekseï ! dis-je. Eh bien ne perdons pas de temps et commençons cette visite guidée ! Je pense que tu sais déjà que nous sommes dans le Hall de l'Académie, donc pas besoin de te présenter ce lieu.

J'invitai l'étudiant à me suivre, après avoir ramassé mes affaires, puis m'engageait dans un couloir, entamant la visite guidée. Je présentais grossièrement les différents endroits et pièces de Beauxbâtons, voyant clairement que mon "client" n'était pas très intéressé. Et puis moi-même je ne connaissais pas parfaitement l'histoire de l'Académie. Il y avait aussi le fait que j'avais aussi envie d'en finir le plus rapidement possible avec cette besogne qui jouât son rôle. Mais il était hors de question de bâcler le travail et laisser Alekseï avec une connaissance médiocre des lieux. Cela n'allait pas lui être utile et mon professeur de Zoomagie risquait de regretter de m'avoir fait confiance, chose que je ne voulais pas. C'est donc de manière efficace, il me semblait, que fit découvrir au russe les secrets et lieux importants de l'Académie et de l'Université que je me devais également de lui présenter. C'était même chose logique, étant donné qu'il était étudiant à cette dernière. C'est sur celle-ci également que j'insistai le plus, pour lui éviter de s'égarer à nouveau et rater de précieuses minutes de cours. En effet, les enseignants allaient très vite lorsqu'il s'agissait de donner une leçon. Perdre du temps, c'était prendre le risque de louper de précieuses informations. Bien entendu, il était possible de rattraper son retard en travaillant à la bibliothèque, mais il fallait en avoir la motivation, et pas tout le monde n'était désireux de passer son temps libre à étudier. Il y avait des choses bien plus intéressantes à faire.

Finalement, au bout d'une bonne heure de visite, nous retournâmes dans le Hall d'entrée de l'Académie, là où nous nous étions rencontrés. La présentation de l'établissement s'était terminée plus vite que prévue et il restait encore quelques temps avant que nous puissions retourner à nos affaires. Je pouvais bien entendu laisser Alekseï seul et partir de mon côté, mais c'était prendre le risque de croiser un professeur et donner l'impression de ne pas avoir fait mon travail. C'était donc l'occasion de parler un peu, bien que je ne susse  si le russe était du genre à taper la discussion. Mais mieux valait tenter de le dégriser un peu.

- Alors, première année à Beauxbâtons ? demandai-je En quelle section es-tu ?

Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

[PM] Someone needs guidance

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: rps

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: