VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Privé ♪ Where is the edge ? [TERMINE]
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Sam 25 Jan - 20:34.
Where is the edge ?
In the end you will give up the fight


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Scarlett Rousseau && Micaëla T. Delibes.
ϟ  étiologie du statut subjectif ▬  Privé.
ϟ  datation approximative du moment exact ▬ Mi-mars 2057.
ϟ  cadran lunaire appréciable ▬ Fin d'après-midi.
ϟ  météorologie sorcièrement acceptable ▬ Légère bruine par intermittences et éclaircies.
ϟ  saison saisissante et palpitante ▬ Saison 3 de VS ?
ϟ  intrigue globalement intriguante ▬ UC.
ϟ chatiment divin exigible ▬ Why not...


Dernière édition par Micaëla T. Delibes le Mer 5 Fév - 16:15, édité 1 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Sam 25 Jan - 21:02.
Where is the edge ?

ft. Scarlett Rousseau ♪ Mi-mars 2057

Where is the edge of your darkest emotions ? ♪ Why does it all survive ? ♪ Where is the light of your deepest devotions ? ♪ I pray that it's still alive

J'aurais jamais cru en arriver là. Comment je peux être enfermée ici ? Pourquoi d'ailleurs ? Je suis entrée, ça posait pas de problème, pourquoi cette foutue porte refuse de s'ouvrir à présenst ? Comment ça a pu tourner ainsi ?

C'est pas la première fois que ça arrive, pourtant, je les ai vus ensemble, plusieurs fois, un paquet même. Combien ? J'ai pas compté. Je sais juste qu'à chaque fois, ça me fait mal. Et que j'ai évidemment rien à dire. Après tout, c'est pas comme si j'avais quelque droit que ce soit sur lui. Après tout, c'est pas comme s'il m'avait adressé la parole depuis ce baiser lors de la bataille de la St-Sylvestre. C'est pas comme si je lui avais jamais dit ce que je ressentais, pas comme si j'en avais jamais eu le courage. Et encore moins maintenant.

Des semaines, des mois, qu'on est dans le même bateau, que nos chambres sont terriblement proches, et pourtant, qu'on ne se parle même plus. Des semaines, des mois, que j'ai l'impression que rien ne va, de toutes les manières, et... je crois que je suis à bout. C'était finalement tellement plus simple quand mon don détraquait. Je pouvais me raccrocher au fait que c'était peut-être un rêve. C'est plus le cas, tout ça, c'est vrai. C'est un cauchemar, pourtant. J'ai encore aucune idée que ça va être pire encore à la fin du mois, et peut-être que c'est aussi bien, finalement, que je ne l'aie pas rêvé.

Elle est auprès de lui, donc, pour la énième fois, et ça n'est pas difficile de se rendre compte de la proximité qu'ils ont. Et de la distance que j'ai, moi, avec lui. Jalouse ? Oui, clairement. Je ne comprends tellement pas... Je crois que c'est ça le plus difficile, de ne pas comprendre. Et je devrais, sans doute, poser des questions... J'aurais dû le faire dès le départ, sans doute. Mais je n'en ai pas eu le courage, et plus le temps passe, et moins je l'ai. Ca serait sans doute complètement incongru - n'est-ce pas ? - que maintenant, je lui demande pourquoi il m'a embrassée, ce jour-là, si c'est pour aujourd'hui ne même plus décrocher un mot à mon intention. Ca tomberait au milieu de nulle part, et sans doute que j'aurais l'air complètement ridicule.

En l'occurrence, ridicule, c'est ce que je suis, là, à les observer de loin. C'est par hasard, évidemment, qu'ils ont croisé ma route, ou que j'ai croisé la leur, ou enfin... presque. Je suis encore assez loin, sortant du salon Mozart, mais je ne manque jamais de le reconnaître, je n'y peux rien. Et sans doute qu'il ne m'a pas vu, là-bas, en grande conversation avec elle. Elle non plus, d'ailleurs, qui a l'air d'être en train de prendre congé, je crois. Je n'ai même pas le coeur de m'en assurer, certainement pas de rester visible, et je rebrousse chemin, alors pourtant que je devrais sans doute regagner plutôt le réfectoire, au moins prochainement. C'était l'idée de départ, mais... elle s'est envolée dès que mon regard s'est posé sur eux. Je suis rentrée à nouveau dans le pavillon Hélios, mais au lieu de prendre la salle sud, d'où je venais, et peut-être laisser s'exprimer ma frustration sur un instrument, c'est la porte nord que j'ai passée. Est-ce que je m'explique pourquoi la porte ne me résiste pas alors que l'accès est censé en être règlementé ? Pas le moins du monde. Des larmes roulent sur mes joues, et, oui, je me sens parfaitement idiote de réagir ainsi. Et plus encore quand un léger clic attire mon attention, que je ne comprends pas. Ma main cherche ma baguette en vain, et je tente de tourner la poignée de la porte... Sans succès. Non... Non non non, surtout pas ça.

Je me suis acharnée encore quelques instants à essayer de tourner la poignée, de tirer, pousser, cette porte en vain. Pas le moindre espoir de la faire bouger. Quant à ma baguette... Je me vois la poser sur le piano, quelques heures plus tôt, quand je me suis installée dans la salle en face. Comment ai-je pu être assez bête pour l'y laisser ?

« Idiote... »

C'est tout ce que je trouve à dire, dans un premier temps, alors que je tente encore, une fois ou deux, de faire bouger le battant. Et puis ma main libre a commencé à taper dessus, histoire d'attirer l'attention de n'importe qui. Est-ce que quelqu'un passerait seulement par là ? Sincèrement, j'en doute, et la panique prend davantage d'ampleur. Respire Mi... Mais c'est bien le problème, j'ai de plus en plus le sentiment d'étouffer. Du calme... Réfléchis calmement... Mais ça aussi, c'est peine perdue. Et je n'ai même pas l'impression que c'est moi qui parle, pourtant c'est bien ma voix, stridente et haut perchée, cédant à la panique, qui hurle alors.

« A l'aide !... Au secours !... Quelqu'un... Sortez moi de là !... »

J'espérais vaguement pouvoir cesser de pleurer rapidement, me recomposer un visage avant de regagner la Tulipe en entrant ici. C'est clairement hors d'atteinte à présent...
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 26 Jan - 15:48.

 

 
where is the edge ?
ft. Micaëla T. Delibes & Scarlett Rousseau

Encore un après-midi avec lui, agréable, doux, dans un temps de début de printemps. Je n'étais pas souvent avec lui mais dès que je le pouvais, je ne voulais plus le quitter, c'était ça mon problème. Il fallait que j'arrive à m'en détacher mais je ne le voulais pas alors, je restais. Il me redonnait confiance. Quand on parlait, j'avais comme l'impression que tout disparaissait, c'était ça le plus important. Si seulement il pouvait se rendre compte de ce que je ressentais pour lui. Plus on discutait, plus mes sentiments s'intensifiaient.

Il me dit qu'il avait encore plein de parchemins à rendre, qu'il fallait qu'il y aille. Comme à chaque fois, il avait toujours quelque chose, une excuse pour m'abandonner là. Mais il fallait bien rentrer alors je pris congé et me dirigea au hasard de mon envie. Je n'avais guère envie de rentrer dans ma chambre où je me retrouverais seule à ruminer. Alors je pris une direction quelconque espérant qu'il ne me demanderait pas où j'allais car moi-même je n'en savais rien. Il me semblait que c'était le pavillon d'Hélios qui se tenait devant moi, et j'entrais. J'essayais d'ouvrir une porte, l'envie de retrouver du monde, de discuter. Faire des rencontres serait une bonne option pour moi, étant donné les circonstances actuelles...

Alors que je tournais une première poignée de porte dans l'espoir de voir une tête connue à l'intérieur, il me sembla entendre des cris, d'où pouvait-il provenir ? Toutes les portes sont fermées en général dans ce coin quand il n'y a personne. Les sons provenaient de la salle de théâtre... Des répétitions sans doute. Je m'avança un peu, curieuse, afin de confirmer ma théorie.

« A l'aide !... Au secours !... Quelqu'un... Sortez moi de là !... »

Hélas non, ce n'était pas une répétition. Qui cela pouvait-il bien être ? Sans me poser plus de questions, je décidai d'ouvrir. Cette personne avait visiblement bien besoin d'aide. Je sortis ma baguette.

« Alohomora »

La porte s'ouvrit avec un petit cliquetis aigu. Une jeune fille se tenait là, l'air paniquée, affolée. J'eus tout d'abord du mal à la reconnaitre, mais il me semblait que c'était évident par la suite. C'était Micaëla, cette fille qui était souvent avec Wade auparavant. Je ne la connaissait pas plus que ça, de vue seulement, mais le simple fait de la savoir proche de lui me faisait regretter d'avoir ouvert cette porte.

texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel


Dernière édition par Scarlett Rousseau le Dim 26 Jan - 17:22, édité 1 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Dim 26 Jan - 16:36.
Where is the edge ?

ft. Scarlett Rousseau ♪ Mi-mars 2057

Where is the edge of your darkest emotions ? ♪ Why does it all survive ? ♪ Where is the light of your deepest devotions ? ♪ I pray that it's still alive

Je déteste ça, je déteste me sentir aussi impuissante, aussi vulnérable, aussi faible... Je déteste ne pas pouvoir m'en sortir, et perdre complètement contrôle ainsi. Mais c'est plus fort que moi. J'étais déjà dans un état psychologique assez peu glorieux en entrant dans cette salle, mais là, c'était pire que tout. Tout ce qu'il ne fallait pas, tout ce que j'étais incapable d'encaisser : l'enfermement. Et pourquoi j'ai laissé cette satanée baguette dans la salle en face, hein ? Pourquoi ça n'est pas là-bas que je me suis rendue, plutôt que de venir ici ? Idiote, je me le répète inlassablement.

Je crois que je ne souhaiterais jamais à personne de ressentir ça, ce sentiment d'oppression qui vous serre la poitrine, l'impression de ne plus réussir à reprendre de l'air correctement. Mes mains tremblent, mes jambes flagellent. Sortez-moi de là, par pitié... Je crois que j'ai commencé à hyperventiler, une étape de plus dans la panique, quand une voix a fini par retentir de l'autre côté de la porte. Est-ce que je l'ai reconnue ? Non, pas le moins du monde, je n'ai jamais vraiment discuté avec elle, ni été témoin de leurs conversations. Et quand bien même, je crois que je n'aurais pas été en état de faire le lien.

« Alohomora »

Un sort tout simple, et la porte s'est ouverte. Mon réflexe, mon envie première, était clairement de sortir de là, d'aller prendre l'air, dehors, dans le parc. Mais c'est elle qui se trouve devant moi, c'est elle qui me voit dans cet état pitoyable, et je me retrouve tétanisée, les yeux rivés sur elle. érieusement, pourquoi il a fallu que ça soit elle ? J'ai fait quoi pour que le sort s'acharne à ce point, hein ? Il faut bien que je réagisse pourtant, que je la remercie, au moins, c'est des choses qui se font, il paraît, et j'ai été bien éduquée, à la base...

« Me... Merci... »

Ma voix a du mal à sortir, mais ça n'est même pas dû à son identité, je n'ai simplement pas encore récupéré mon souffle et les sanglots ne sont clairement pas encore complètement taris. Et je n'ai, finalement, rien d'autre à dire à part...

« Il faut... que je sorte... pardon... »

J'ai pas attendu plus longtemps, mes jambes tremblent beaucoup trop et je doute de pouvoir aller bien loin, mais qu'importe. Traverser le hall, descendre sur le perron. Je pourrai m'effondrer sur les marches, s'il le faut, tant pis. Je veux juste plus avoir ces murs autour de moi, ni ce toit au-dessus de la tête.

Alors c'est ce que j'ai fait. J'ai détourné les yeux de son visage, l'ai contournée, vacillante, pour gagner la sortie. Et sur les marches, je me suis laissée tombée, sentant enfin avec soulagement l'air frais sur mon visage. Quelques minutes. Il ne faut pas plus de quelques minutes pour que je pète complètement les plombs. Ridicule. J'ai l'air de rien, là, la mine complètement défaite et je me surprends à penser que je ne souhaiterais pour rien au monde qu'il repasse par là. Ni personne d'autre à vrai dire, pas envie de devoir m'expliquer. Pourtant... Elle est derrière moi, et peut-être qu'il faudra que je finisse par le faire... Pas tout de suite, s'il te plaît, j'ai besoin d'un instant. Ou plus qu'un instant, en fait, pour me recomposer un visage à peu près correct. Et je donnerai cher pour avoir un peu d'eau, là, un orage, même, histoire de faire semblant de rien, que c'est la pluie et pas mes larmes, sur mes joues...
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 26 Jan - 17:20.

 

 
where is the edge ?
ft. Micaëla T. Delibes & Scarlett Rousseau

Une boule au ventre me tenaillait, elle me faisait de la peine. Comment pouvait-elle me faire de la peine ? J'étais censée être jalouse d'elle... Mais elle avait l'air décomposée, je crus voir des larmes rouler sur ses joues lisses. Je m'avançai, prête à lui poser un tas de questions. Elle parla avant moi, balbutia un merci à peine audible.

« Il faut... que je sorte... pardon... »

Elle passa devant moi et se dirigea vers les escaliers. Ses jambes tremblaient, elle était visiblement en état de choc. Je la vis tomber sur les marches, j'eus d'abord peur et m'approchai en vitesse d'elle mais elle avait juste eu besoin de s'assoir. Une brise venant de l'extérieur balaya le couloir. Je doutais qu'elle sache qui j'étais réellement, après tout, nous n'avions jamais parlé ensemble. Ne serais-ce que se tenir à côté l'une de l'autre avait sembler être une maladie contagieuse depuis qu'on se connaissait, de vue. Dès qu'elle approchait dans les couloirs, je partais avec cette rage indéterminée.

Je savais qu'elle était la seule chose qui m'éloignait de lui. Je l'avais vu ce regard entre les deux. Depuis il me semblait qu'ils s'évitaient pour ma plus grande joie. Je ne savais pas ce qu'il s'était passé, je n'avais jamais osé en parler avec lui. Un sujet trop délicat, indiscret, que je ne pouvais aborder. Mais elle restait une concurrente... Enfin, je parlais comme si c'était le gros lot d'une compétition, un objet à obtenir. N'était-il que ça pour moi ? Un but que je m'étais jurée d'atteindre ? Il ne me semblait pas et pourtant ma raison ne me disait pas la même version des faits.

J'eus envie de partir, que pouvais-je bien faire devant elle ? Je n'avais toujours pas d'indice à son sujet, je ne savais pas si elle m'avait  reconnue. Mais sa réaction, son état... Je ne pouvais pas la laisser comme ça, je devais comprendre ce qu'il se passait. Je me suis toujours reprochée d'être trop curieuse, mais il serait sûrement heureux de savoir que j'ai aidé une de ses proches, qu'importe nos relations tendues, inconnues.

Je m'approchai encore un peu d'elle et m'assis sur le rebord des marches, à ses côtés. Je ne trouvais pas les mots, je ne savais pas quoi dire. Un « Comment vas-tu ? » aurait été malvenu, maladroit car elle aurait forcément répondu qu'elle allait bien, mieux alors que je pouvais voir de moi-même qu'elle n'allait pas bien ou en tout cas qu'elle ne l'avait pas été quand elle était encore à l'intérieur. Elle tourna légèrement la tête afin de s'assurer de ma présence. Je risquai un sourire, tellement timide que je doutai qu'elle ne l'eût vu.

« Tu te sens mieux ? Tu veux un verre d'eau ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?  »

Les mots étaient enfin sortis mais je ne savais pas si j'avais choisi les plus adéquats. J'ignorais même si elle allait me répondre, au moins j'aurais essayé.


texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Dim 26 Jan - 21:55.
Where is the edge ?

ft. Scarlett Rousseau ♪ Mi-mars 2057

Where is the edge of your darkest emotions ? ♪ Why does it all survive ? ♪ Where is the light of your deepest devotions ? ♪ I pray that it's still alive

Je fais pitié, hein ? J'ai vu son mouvement, quand elle a avancé vers moi, je crois, mais je ne pouvais juste absolument pas rester là, à l'intérieur. De l'air, le ciel. Sortir, c'était presque devenu un besoin vital. Une fois sur les marches, j'ai levé la tête vers le ciel, observant les nuages comme s'ils pouvaient vraiment m'apaiser. Est-ce que ça marchait ? Plus ou moins. Il y avait de l'air, et je devais me forcer à respirer calmement, histoire de ne pas finir en syncope pour avoir trop hyperventilé. Mais c'était plus difficile à faire qu'à faire, et peu importe le nombre d'inspirations, j'avais toujours ce sentiment affreux de manquer d'air. Mes mains tremblaient sur mes genoux, et je savais que je ne pourrais pas regagner ma chambre avant de longues minutes. Et pourquoi je n'ai pas pris Brontë avec moi, aujourd'hui ? Et pourquoi j'ai laissé ma baguette sur ce foutu piano ? Il faudra que je rentre à nouveau, la chercher. Plus tard. Pour l'heure, je crois que je ne suis même pas capable de me relever.

J'ai d'abord senti sa présence plus que je ne l'ai vue. Un mouvement à mes côtés. Mais je n'ai pas tout de suite tourné la tête vers elle. Pourquoi fallait-il que ce soit elle qui me voie comme ça ? J'ai fermé les yeux un instant, maudissant le sort, ma phobie, ma bêtise aussi, et puis j'ai fini par me tourner vers elle. Je ne pouvais décemment pas l'ignorer alors qu'elle se trouvait à quelques dizaines de centimètres de moi. Je n'ai pas vu son sourire cependant, trop fade sans doute, et mes yeux encore trop embués. Mais elle est là, et elle pourrait avoir tout un tas de réactions désagréables, mais non, nulle moquerie, nul rajout à mon état pitoyable.

« Tu te sens mieux ? Tu veux un verre d'eau ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »

Au contraire, elle se montre prévenante et j'en suis particulièrement surprise. On ne s'est jamais adressé la parole, toutes les deux, et clairement, on s'évite autant que possible. Je crois que l'une comme l'autre, on n'est absolument pas inconsciente de la situation. Les seuls regards qu'on a su échangés sont éloquents et je crois qu'il est le seul à ne pas avoir compris, n'est-ce pas ? Ou en tous les cas, à ignorer nos sentiments.

« Ca... va aller... Il faut juste un peu de temps... »

Une phrase sans trop buter sur les mots, il y a du mieux... Mais c'est exactement ça, il faut du temps. Pour tout, d'ailleurs. Pour oublier aussi, sans doute. Est-ce que je peux seulement faire une croix sur lui ? Je n'en suis absolument pas certaine... Mais les choses sont claires, n'est-ce pas ? C'est avec elle qu'il passe du temps, avec elle qu'il parle et rit. Est-ce qu'il joue aussi de la musique avec elle ? Je détourne le regard, repose mes yeux clairs sur mes mains toujours aussi tremblantes.

« Je suis claustrophobe. Et je sais pas pourquoi ça s'est refermé alors que j'ai pu entrer normalement juste avant mais... je peux juste pas supporter de pas pouvoir sortir... Et ma baguette est dans le salon de Mozart en face je crois... »

Parce qu'en plus je suis blonde et je l'y ai oubliée. Et pourquoi je lui explique tout ça ? Aucune idée. Peut-être juste parce qu'elle a posé la question. Un soupir et je secoue doucement la tête avant de relever de nouveau le regard vers le ciel. Je voudrais qu'il pleuve. Je sais pas pourquoi ça m'a toujours apaisée, mais c'est comme ça. J'ai toujours aimé les orages, même, surtout sur la mer. Mais elle est loin d'ici, et même la bruine intermittente qui est tombée dans la journée n'a pas l'air décidée à revenir. Je suis complètement ridicule, hein ? J'ai presque eu envie de les dire, ces mots. Vas-y tu peux en profiter pour me descendre, c'est pas comme si j'avais jamais eu l'habitude... Je m'attends à ce qu'elle le fasse, après tout, quel meilleur moment pour montrer à quel point elle m'est supérieure, histoire de bien enfoncer le clou ? Elle aurait pourtant pu le faire dès le départ, et ça n'a pas été le cas. Elle aurait, même, pu me laisser là-dedans, mais ça non plus, elle ne l'a pas fait.

« Merci encore... Je... Euh... »

Je... rien. Je commence à comprendre pourquoi il peut t'apprécier et ça me tue un peu plus. Les genoux repliés, je finis par me pencher davantage pour les enserrer de mes bras et poser le front dessus. Je crois que les choses sont claires, n'est-ce pas ? Je pourrais jamais lutter contre elle, et il a visiblement fait son choix depuis longtemps... Et je voudrais continuer à te détester pour ça, mais... Tu viens de m'aider, et je suis pas sûre de pouvoir continuer à te haïr complètement. On sera certainement jamais les meilleures amies du monde, mais je suis pas du genre à faire sciemment du mal aux autres, de toutes les façons, quoi qu'on en pense vu mon statut, donc t'as rien à craindre de moi. Même pas d'être ta rivale, je crois qu'aujourd'hui, le doute est même plus permis... Malheureusement pour moi.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 29 Jan - 14:26.

 

 
where is the edge ?
ft. Micaëla T. Delibes & Scarlett Rousseau

Elle finit par se tourner vers moi. Allait-elle vraiment expliquer ce qui venait de se dérouler à une fille qu'elle ne connaissait pas ? Véritablement, je ne savais pas quoi dire, j'espérais que ces paroles allaient m'aiguiller car s'il n'en tenait qu'à moi, je serais déjà partie depuis des lustres. Je n'étais pas à ma place ici, avec elle. Si plus tard on me demandait où j'étais, que répondrais-je ? Avec Micaëla ? Tout le monde savait ce qu'il s'était passé entre elle et Wade et connaissait également ma position actuelle dans le trio. Enfin, tout le monde pensait que je n'était que de passage, une amie parmi tant d'autres, attendant d'être rejetée, qu'il se lassât de moi. Je ne pensais pas qu'il ferait une chose pareille mais quelque part dans ma tête, je ne pouvais m'empêcher de l'imaginer ainsi, qu'un jour il retrouverait la joie de parler normalement avec Mica, quoiqu'il s'était passé entre eux et qu'il m'oubliât.

La personne qui se tenait devant moi était toujours aussi apeurée me semblait-il. Pourtant elle finit par sortir des mots et à me répondre correctement sur le déroulement des faits.


« Ca... va aller... Il faut juste un peu de temps... »

Du temps... Il me semblait que j'étais ici déjà depuis déjà plusieurs longues minutes, tout s'était déroulé très rapidement quand je l'avais entendue crier mais le temps passait si vite en ce moment...

« Je suis claustrophobe. Et je sais pas pourquoi ça s'est refermé alors que j'ai pu entrer normalement juste avant mais... je peux juste pas supporter de pas pouvoir sortir... Et ma baguette est dans le salon de Mozart en face je crois... »

Et bien oui, elle m'avait tout expliqué finalement et ce ne semblait pas aussi grave que tous les scénarios que j'avais pu m'imaginer. La peur, comme toujours, omniprésente, avait joué d'elle. Ce que je ne parvenais pas encore à comprendre, c'est pourquoi était-elle allé dans le salon interdit ? Et elle m'avouait qu'elle était au salon Mozart quelques temps auparavant. Quelque chose ne collait pas, quelque chose n'arrivait pas à boucler la chaîne de mes suppositions. Je ne pensais pourtant pas qu'elle me mentait, tout semblait vrai et coïncidait avec son état paniqué mais une chose est sûre, elle ne me disait pas tout. Mais étais-je vraiment en droit de lui en demander plus ?

« Que faisais-tu dans les salons ? Il me semble qu'ils sont interdits en dehors des clubs, je me trompe ?  »

Le ton sur lequel j'avais posé ma question ne lui plairait sans doute pas. Comme toujours j'étais trop curieuse, trop avide de savoir. Mais je ne pouvais pas rester sans comprendre.

« Au fait, ta baguette, tu veux sans doute la récupérer ? Tu veux que j'y aille ?  »

Un moyen simple mais efficace de me rattraper pour mon intrusion dans ses souvenirs. Espérons que je puisse en apprendre plus. Elle me semblait si mystérieuse, pourtant elle ne devait sans doute pas l'être mais une simple intuition me disait qu'elle avait peut-être des choses à cacher ou n'était-ce que le fruit de mon imagination.


texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Jeu 30 Jan - 0:19.
Where is the edge ?

ft. Scarlett Rousseau ♪ Mi-mars 2057

Where is the edge of your darkest emotions ? ♪ Why does it all survive ? ♪ Where is the light of your deepest devotions ? ♪ I pray that it's still alive

C'est pas vraiment la toute première fois que je me retrouve en crise face à des inconnus. Ca me fait pas plaisir de devoir expliquer à qui que ce soit tout ça, mais... J'ai essayé une fois de ne rien dire, et le jugement, les regards, sont pires. Alors autant lâcher ce qu'il en est une bonne fois pour toute. Ca m'oblige pas à expliquer tout le reste de ce qui ne va pas. Juste à annoncer pourquoi je suis tétanisée dans ce type de cas de figure. On a tous un épouvantard, j'imagine qu'on doit facilement faire le parallèle avec le sien dans ces cas-là, non ? C'est ce que j'espère à chaque fois, en tous les cas. Je passe déjà assez souvent pour ce que je ne suis pas – la fille qui raconte des cracks pour blesser les gens à cause de mon don et des messages de défunts ou des prémonitions que j'ai pu relater, la membre de l'Elite à la botte du Ministère ; finalement, tout ça n'a pas tellement changé... – je n'ai pas vraiment besoin en plus qu'on me catalogue dans le registre petite chose fragile incapable de gérer une porte fermée. Ou pire encore : la fille qui fait genre pour qu'on s'occupe d'elle... Parce que tout ça est complètement faux. Bon sauf que je ne sais vraiment pas gérer une porte fermée, d'accord.

Je ne sais pas si j'aurais imaginé que tout le monde pouvait savoir les relations... quelque peu tendues de notre trio. J'avais eu toutes les peines du monde à avouer à Rosa mon attirance pour Wade, certaine de toutes les façons qu'il ne me regarderait jamais de la même manière, et j'ai évidemment été très surprise du baiser qu'il a posé sur mes lèvres le soir du 31 décembre... Et depuis... Plus rien. Pas un mot ou presque. Est-ce qu'il y a vraiment des gens qui se sont intéressés à ça ? Des gens qui y ont compris quelque chose, d'ailleurs ? Parce que moi je veux bien une explication, un jour. Quant à la position de Scarlett, j'avoue qu'à mes yeux, elle était bien loin de n'être qu'une fille de passage, qu'une amie comme une autre. Tout au contraire. Je crois que j'ai toujours vu en elle... c'est un peu fort à dire, mais... une menace. La fille qui est trop proche de lui, et il suffit de voir ses regards à elle, je crois pour comprendre... Je peux me tromper, ça n'est pas comme si mon expérience avec les garçons était très importante, bien loin de là, puisque c'était, ce soir-là, le premier baiser qu'on m'ait jamais donné, mais... plus encore maintenant que je ne peux pour ainsi dire plus l'approcher, je ne peux pas m'empêcher de la voir, elle, comme ma remplaçante. Ce qui est débile, parce que ce n'est pas comme s'il y avait vraiment eu quelque chose de si notable entre nous, n'est-ce pas ? C'était juste un petit baiser, dans le feu de l'action. Je suis sûre que pour tout le monde, c'est tout ce qu'il en est. Malheureusement, ce n'est pas le cas pour moi.

Mais il y a des choses qui ne se contrôlent pas, les sentiments en l'occurrence. Les terreurs aussi. Ca fait quelques minutes que je suis dehors, mais si mes larmes commencent à se calmer, mes mains tremblent encore. Je sais que c'est parti pour plusieurs heures, que quand mes jambes me porteront à nouveau, il vaudra sans doute mieux que je retourne aux appartements de Marie-Antoinette et trouve un brin de sommeil avant que le calme ne revienne complètement. Et je crois que j'aurais bien voulu que cette conversation s'arrête là. En tous les cas, je n'avais certainement pas envie d'entendre ça.

« Que faisais-tu dans les salons ? Il me semble qu'ils sont interdits en dehors des clubs, je me trompe ? »

Oh non, en effet, ce ton ne me plaisait pas. Un reproche, une accusation, c'est comme ça que je le prends. Pourtant... La réponse est évidente, à mes yeux toujours. Une part de moi peut comprendre qu'on se montre curieux, mais face à elle... Ca ne passe pas vraiment. Je n'ai cependant pas vraiment l'énergie pour me battre à ce sujet, et de toutes les manières, ça n'est pas vraiment mon genre...

« Il faut bien qu'il y ait quelques avantages à faire partie de l'Elite, n'est-ce pas ? »

Je ne devrais sans doute pas dire ça comme ça. Pas à une inconnue. Donner une idée de mon ressenti sur le groupe auquel je suis censée appartenir mais dont je ne partage pas les valeurs, et que je suis pourtant incapable de quitter.

« Je suis pas vraiment capable de me passer de musique, et les horaires des clubs ne sont pas suffisants pour moi, c'est tout... En tant qu'Elite, j'ai... disons des droits étendus... »

Enfin c'est presque tout. Parce que c'est l'explication stricte du pourquoi j'étais au salon de Mozart tout à l'heure, où se trouve sans doute encore ma baguette. Mais pour ce qui est de mon enfermement au salon de Marivaux... Joker. J'ai pas vraiment envie d'expliquer en détail que j'ai pas supporté de les voir tous les deux. C'est la vérité, une fois encore, mais... Je crois que j'ai pas vraiment envie d'affronter un regard triomphant ni la moindre remarque en ce sens. Est-ce qu'elle le ferait réellement ? J'en sais rien, mais je n'ai pas vraiment envie de courir le risque.

« Au fait, ta baguette, tu veux sans doute la récupérer ? Tu veux que j'y aille ?
- Je...
»

Ne suis clairement pas capable encore de me lever avec la certitude de ne pas sentir mes jambes se dérober sous moi.

« Je veux bien... Merci encore... »

T'imagines à quel point c'est aberrant pour moi d'être là à te remercier depuis tout à l'heure ? Oh... Sans doute oui, parce que ça doit te faire le même effet. Je lui ai remis la clef du salon de Mozart, ai attendu qu'elle revienne en tentant de me recomposer un visage plus serein, ou au moins, moins défait, et en me demandant pourquoi le salon de Marivaux n'a pas nécessité sa propre clef magique à mon entrée, et pourquoi, donc, il a refusé ensuite de me laisser sortir, sans parvenir à trouver la moindre réponse. Et quand elle est revenue, j'ai relevé la tête vers elle, les larmes en moins.

« Tu ne devrais pas trop tarder à aller dîner, tu sais... Tu risques d'avoir des ennuis si tu ne respectes pas les horaires et que d'autres te tombent dessus... »

Sous-entendu, ça ne viendra pas de moi. Mais sur ce point comme sur tout le reste, au final, qu'est-ce qui lui prouve qu'elle peut me croire, hein ?
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 2 Fév - 11:26.


where is the edge ?
ft. Micaëla T. Delibes & Scarlett Rousseau

En voyant sa tête, j'ai tout de suite compris que le ton que j'avais adopté ne lui plaisait pas, comme je m'y étais attendue d'ailleurs. Mais en même temps, j'avais raison. Elle faisait partie de l'Elite, elle devrait être un modèle pour tous et c'est elle qui enfreint les lois... Non, je ne la comprenais décidément pas sur ce coup là. Mais il me semblait que j'étais vraiment mal placée pour lui faire la leçon, après tout moi non plus je n'étais pas tout blanche dans cette école, mais ça c'était mon petit secret, un secret bien gardé entre mon père et moi, qui, s'il venait à être découvert susciterait mainte et mainte question lui aussi. Mais bon, de là à me cacher dans une salle interdite pour y finir enfermée et paniquée... non ce n'est pas mon genre, et je ne pensais pas que c'était le sien non plus. C'est fou comme on peut se tromper sur les gens. Je la voyais tellement parfaite, tellement insensible et il a suffit qu'on se retrouve toutes les deux, assises sur des marches pour que je me rende compte de la fragilité qu'elle avait et que j'avais négligé d'observer jusque lors.


« Il faut bien qu'il y ait quelques avantages à faire partie de l'Elite, n'est-ce pas ? »

Des avantages ? Alors c'était ça leurs avantages à être dans l'Elite ? Se cacher dans des pièces ? Qu'essayait-elle de me faire gober là ? De toute manière, ça ne répondait pas du tout à ma question, au contraire on aurait dit qu'elle détournait le sujet...

« Je suis pas vraiment capable de me passer de musique, et les horaires des clubs ne sont pas suffisants pour moi, c'est tout... En tant qu'Elite, j'ai... disons des droits étendus... »

Et elle le détournait encore. Ce n'était pas dans la salle de musique que je l'avais sauvée mais dans la salle de théâtre. Et si je ne me trompais pas, il ne me semblait pas qu'elle fasse parti de ce club. Décidément, je la comprenais de moins en moins, quel intérêt avait-elle à me cacher la vérité ? L'Elite préparait-elle quelque chose ? Un plan ? A moins que ce n'eût rien avoir avec le groupe des privilégiés mais dans ce cas, Micaëla renfermait on ne peut plus de secret que je ne l'aurai imaginé.

Elle accepta que j'aille lui chercher sa baguette dans le salon Mozart. Elle avait essayé avant de se lever sans succès, ses jambes ne semblaient pas accepter de la supporter pour le moment. Elle me remit la clé et je me dirigeai donc vers la salle. C'était la première fois que j'y rentrais. Une atmosphère étrange y régnait, comme si les instrument allaient bientôt commencer une valse angoissante, l'une de celles qui me terrifiaient étant jeune. L'une de celles qui vous fait douter de tout, et qui, quand on l'entend, nous met la chair de poule sur nos bras nus. Je m'avançai vers le piano, récupérai la baguette et sortis d'un pas pressé de cette salle de torture. La musique n'était pas faite pour moi. Je lui rendis sa baguette. Elle me paraissait tout d'un coup moins fragile qu'avant, comme si sa baguette lui redonnait dans un souffle toute son énergie, elle devait se sentir plus puissante face à moi, moins démunie en cas de danger.

« Tu ne devrais pas trop tarder à aller dîner, tu sais... Tu risques d'avoir des ennuis si tu ne respectes pas les horaires et que d'autres te tombent dessus...  »

« Ce ne serait pas la première fois que j'aurai des ennuis... »

Je commençai à me lever, me dirigeant vers la sortie. Mais je ne pouvais pas sortir, la curiosité et le savoir me faisait rester, dressant une barrière entre l'école et moi. Alors je lui lançai mes dernières paroles :

« Au fait, je n'ai pas très bien compris ton histoire. Et je ne suis pas du genre à laisser l'incompris dans ma tête. Alors tu ferais mieux de remettre de l'ordre dans tout ça et de me dire la vérité rapidement car de toute manière, je saurais ce qu'il s'est passé. »
texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Dim 2 Fév - 14:27.
Where is the edge ?

ft. Scarlett Rousseau ♪ Mi-mars 2057

Where is the edge of your darkest emotions ? ♪ Why does it all survive ? ♪ Where is the light of your deepest devotions ? ♪ I pray that it's still alive

Etre l'Elite, être un modèle... Je n'ai jamais vraiment réussi à voir ça comme ça, puisque les valeurs que nous étions censés prôner n'étaient pas, pour moi, un modèle à suivre. Pour le reste, pourtant... Je n'en étais pas si loin. Les règles, je les suis, toutes ou presque. Je suis aussi censée les faire appliquer, et sanctionner leurs manquements, et je fais en sorte de ménager la chèvre et le chou, autant que je peux. De passer pour la ravissante idiote s'il le faut pour croire les excuses de ceux qui en ont enfreint certaines et ne pas avoir à les mener à l'échaffaud. La seule règle que j'enfreins, entre guillemets cela étant, c'est bel et bien celle-là, celle du salon de musique interdit. Mais j'en ai la clef, n'est-ce pas ? Je suis l'Elite. C'est le seul privilège que j'en retire, le seul qui me permette de ne pas devenir complètement folle, en réalité. Et tant que je n'enfreins pas d'autre règlement, que je ne manque pas les horaires de repas, ou ne sèche pas de cours, en soit, j'ai le droit d'être là, ou à peu près en tous les cas.

Si j'entendais ses pensées, je crois qu'un rire amer m'échapperait. Parfaite et insensible... Je ne suis ni l'un, ni l'autre, c'est pour moi une évidence. Et je serais particulièrement surprise qu'elle ait cette idée de moi, parce que... personne ne m'a jamais jugée ainsi, en définitive. J'ai toujours été une déception pour les Du Pin, un sujet de rage pour ma sœur... Ici, j'ai bien vu les réactions que mon don suscitait. J'avais l'estime de mes cousins, cependant, et celle de Wade je crois. Avant. A présent... Un soupir a passé mes lèvres, quand j'ai dû me rendre à l'évidence et accepter son aide pour récupérer ma baguette. Et lorsque mes doigts ont enfin pu se refermer sur le bois clair, caresser le manche en forme de tête de cheval, je me suis sentie légèrement moins faible. J'irais clairement pas monter un abraxan tout de suite, mais... Je ferme les yeux un instant. Ca va finir par aller, à un moment ou à un autre. Du temps, donc. Y a que ça, de toute façon, dans ces cas-là... Mais qu'elle le croie ou non, j'ai pas envie qu'elle s'attire des ennuis à cause de moi, alors je lui conseille d'y aller... Je m'attendais pas vraiment à ce genre de réaction. Je crois que j'imaginais qu'elle en profiterait pour se barrer, clairement, parce que... bah elle et moi, c'est pas le grand amour, clairement. Pourtant...

« Ce ne serait pas la première fois que j'aurai des ennuis... »


T'es vraiment en train de dire ça à une Elite ? Elle s'est levée, pourtant, mais a arrêté sa manœuvre. Pourquoi... ? J'en sais trop rien, je la comprends pas, pas plus qu'elle ne me comprend. Il y a définitivement un fossé entre nous, et je ne suis pas sûre de vouloir le combler, de toutes les manières.

« Au fait, je n'ai pas très bien compris ton histoire. Et je ne suis pas du genre à laisser l'incompris dans ma tête. Alors tu ferais mieux de remettre de l'ordre dans tout ça et de me dire la vérité rapidement car de toute manière, je saurais ce qu'il s'est passé. »

Là par contre, tu m'agaces, clairement. Mes doigts tremblent encore un peu sur ma baguette, et je lâche un soupir, lasse. Tu veux toute l'histoire, hein ?

« Ca reste la vérité, il en manque juste un bout. Mais qu'est-ce que tu veux qu'il se soit passé, hein ? Je sortais du salon de Mozart, je vous ai vus, j'ai pas encaissé, je voulais pas que vous me voyiez, j'ai rebroussé chemin, j'ai pas choisi la bonne salle et je me suis retrouvée enfermée. Point... »

Je voudrais bien être vraiment cassante, mais j'ai pas vraiment l'énergie pour. On sent surtout la lassitude dans ma voix. Je suis fatiguée, de la crise, mais de tout ça aussi. J'en ai marre de toujours passer pour ce que je ne suis pas, je suis pas une menteuse, je l'ai jamais été, et j'en ai marre de la solitude, aussi. Je devrais être habituée, mais... non. C'est pas le cas, j'ai jamais réussi à vraiment m'y accoutumer. Et je déteste ça. Parler de ce que je ressens, j'ai jamais vraiment aimé ça. J'ai même toujours tenté de garder le silence, d'exprimer autrement, par la musique ou la peinture, par exemple, plutôt que de mettre des mots dessus. Ca se voit toujours sur ma tête, j'ai toujours été trop expressive, mais de là à donner des explications... Non. Alors là, face à elle... Ca m'arrache un peu les lèvres, oui, clairement.

« Ca te convient mieux comme réponse ? »

Je la regarde même plus, mes yeux restent rivés sur ma baguette, sur mes doigts noués dessus. Vas-y, tu peux en profiter pour enfoncer le clou, prendre un air triomphant ou.. je sais pas. Ce que tu veux... Là, maintenant, tout de suite, moi je veux juste attendre que ça se calme un peu plus pour regagner mes appartements, mon rat, mon lit... The winner takes it all, the loser has to fall...
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 2 Fév - 18:53.


where is the edge ?
ft. Micaëla T. Delibes & Scarlett Rousseau

J'aurais du me taire. Contrôler mes émotions, mes sentiments, mes envies. Mais non il a encore fallu que je l'ouvre. Qu'est-ce qu'il m'avait pris de lui dire ça comme ça... Sans doute que je pensais partir juste après l'avoir dit. Je pensais sûrement qu'elle ne répondrait pas, que je partirais. Ca se passait toujours comme ça dans les séries que ma mère regardait à la télé quand j'étais petite. Une personne disait une dernière phrase, comme pour remporter la partie et puis partait, laissant l'autre à terre, humiliée. Non pas que je voulais la briser en milles morceaux, je voulais juste qu'elle y réfléchisse. Un jour, elle m'aurait pris à part dans les couloirs et m'aurait dit « Je te dois la vérité à propos de l'autre jour » mais non, non. Au moment où j'allais tourner les talons, elle rétorqua d'un ton suffisant, comme si elle n'avait plus rien à perdre, rien à perdre à me raconter la partie manquante de ce qu'il s'était passé.

« Ca reste la vérité, il en manque juste un bout. Mais qu'est-ce que tu veux qu'il se soit passé, hein ? Je sortais du salon de Mozart, je vous ai vus, j'ai pas encaissé, je voulais pas que vous me voyiez, j'ai rebroussé chemin, j'ai pas choisi la bonne salle et je me suis retrouvée enfermée. Point... »

Je restais figée sur place. Alors c'était ça le réel problème ? Elle nous avait vu ? De tout ce que j'avais pu imaginer, jamais je n'aurai pensé que le problème, c'était moi. Celle qui venait de la sauver, en quelque sorte, était également celle à cause de qui elle devait être sauvée. Elle était jalouse, elle n'arrivait pas à comprendre que Wade et moi puissions avoir une amitié. Enfin, une amitié était beaucoup plus que ce que nous étions actuellement, de simples camarades seulement... Avait-elle perdu tant de liens avec lui pour qu'elle soit jalouse de ça ? Certes, j'avais des sentiments pour lui. Certes, je buvais chacun de ses mots avec une intention extrême. Mais de là à vouloir être à ma place, à ne pas pouvoir nous regarder nous parler. Etait-ce vraiment le fait que ce soit moi, ou bien aurait-elle réagi pareillement si cela avait été une parfaite inconnue qui lui aurait demandé sa route ? Je pouvais me rappeler la scène, notre conversation, nos rires. Savoir que quelqu'un nous épiait me donnait des frissons.

« Ca te convient mieux comme réponse ? »

Son ton ne me plaisait pas du tout. J'avais été curieuse et elle me le faisait savoir par ses mots. Peut-être voulait-elle de la compassion mais elle n'en aurait pas. Je n'étais pas ce genre de fille, celle qui pleure car elles ont fait du mal aux autres. Soudain, j'eus envie de la frapper. Que voulait-elle ? Que je pleure devant elle ? Que je me mette à genou, la suppliant de m'excuser, que je ne reparlerais pas à Wade ? Peut-être que je prenais les choses trop à coeur, qu'elle ne voulait que m'expliquer, aussi sec son ton fût-il, mais un sentiment égoïste s'empara de moi. J'avais envie de la rouler dans la boue, de lui faire dire ses moindres regrets, connaitre la raison de cette distance entre elle et lui. Je voulais voir son visage se décomposer, retrouver la douce et fragile Micaëla qui avait besoin de moi, de quelqu'un à qui parler tout à l'heure. Je n'aurai pas du lui rendre sa baguette, elle serait restée démunie. Elle me faisait rappeler que je prenais sa place auprès de lui. Très bien, ça ne serait pas prêt de finir. Je ne savais pourquoi je réagissais ainsi, mais je savais aussi que maintenant que j'étais prêt de lui et elle au plus loin possible, c'était moi qui comptait. Si je voulais avoir une chance, cette chance, ma chance avec lui alors il fallait la tenir à l'écart. Cette fille que j'avais prise comme une fille blessée ne voulait, me semblait-il, que ma place, celle que je lui avais prise d'après elle apparemment.

« Tu ne me feras pas me sentir coupable alors n'essaye même pas »

Ces mots, je les sortais de ma tête, comme pour moi. Je me fichais qu'elle les comprenne ou non mais elle ne pourra pas dire que je ne l'avais pas prévenue. Quand je veux quelque chose, je l'obtiens. Point. Tout en parlant, je commençais à partir, essayant d'oublier ce qui venait de se passer, réinventant l'histoire et ne laissant place qu'à lui dans ma tête. Moi qui n'étais pas sûre de ce que je ressentais, il semblerait que, aussi drôle cela puisse paraître, ce fût elle qui avait remis les choses en place.


texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Dim 2 Fév - 21:33.
[quote="Micaëla T. Delibes"]
Where is the edge ?

ft. Scarlett Rousseau ♪ Mi-mars 2057

Where is the edge of your darkest emotions ? ♪ Why does it all survive ? ♪ Where is the light of your deepest devotions ? ♪ I pray that it's still alive

On se comprendra définitivement jamais. Tout ça, c'est tellement ridicule, au fond. Oui je suis jalouse, mais... Ca ne changera rien aux faits, et elle n'y est pas pour grand chose, en réalité. Tant mieux pour elle, s'il s'intéresse à elle, s'il passe du temps avec elle. Je peux pas la blâmer de l'apprécier, évidemment que non. Je suis jalouse, oui, parce que ce lien qu'elle a avec lui, moi je n'y ai plus droit. Mais qui je dois blâmer au final ? Ca devrait être lui, si on y réfléchit bien, pour m'avoir sorti de sa vie sans aucune explication, alors même que c'est lui, pourtant, qui a posé ses lèvres sur les miennes ce soir-là.

Elle allait partir, et j'aurais sans doute dû laisser les choses comme ça, sa question en suspens... Faire en sorte qu'on reprenne nos vies séparées comme avant. Je l'éviterais certainement plus encore à présent, sans le moindre doute... Pourquoi lui ai-je répondu, d'ailleurs ? Au fond, je n'en sais trop rien. Mais je l'ai fait, sans doute d'un ton trop sec, trop aigri. Je le suis, c'est un fait, mais est-ce qu'elle doit en être victime ? Je sais bien que non, quelque part, mais à cet instant, ça a été plus fort que moi. Et j'ai à peine fini de parler que je m'en veux déjà.

« Tu ne me feras pas me sentir coupable alors n'essaye même pas...
- C'était pas mon intention. Tu voulais une explication, je te l'ai donnée...
»

Et c'est tout, et je suis fatiguée. J'ai pas la force de me battre, pas maintenant, et pas pour ça. J'ai mal à chaque fois que je les vois ensemble, c'est un fait, mais qu'elle se sente coupable, ce n'était pas vraiment l'objectif, en tout cas clairement pas consciemment. Je m'attendais plus à ce qu'elle en profite pour me descendre, au contraire. Et d'ailleurs, même inconsciemment, je vois pas en quoi ça aurait pu être un but... Et puis coupable de quoi, au juste ? Qu'est-ce qu'elle pouvait bien avoir à se reprocher ? D'avoir de l'affection pour un garçon formidable ? En quoi c'était répréhensible ? J'ai fermé les bras sur mes genoux, la tête posée dessus, le regard perdu dans le vide devant moi. Je l'ai laissée partir, je crois qu'il n'y a plus grand chose à dire. Elle a une chance que moi je n'ai plus.

« T'as bien raison, t'aurais tort de gâcher ta chance, clairement... »

Ca serait clairement parfaitement idiot. Mais je crois qu'il y a peu de risque, de toutes les façons. J'ai bien compris où elle en était, et elle a bien raison de pas se laisser faire. C'est ça le pire, je crois : en être consciente, et ne même pas réussir à vraiment lui en vouloir, à la haïr réellement pour ça. Je hais leur relation, qui me rappelle cruellement l'absence de lien en ce qui me concerne, mais elle... non. Elle n'y est pour rien après tout, c'est juste... comme ça. Et la fatalité, c'est vraiment moche, définitivement.

¤ On clôture, donc, peut-être ? ¤
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

Privé ♪ Where is the edge ? [TERMINE]

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: salon de Marivaux

Sujets similaires

-
» Agnar.d.Edge[terminer]
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Kane, Dolph Ziggler & Randy Orton VS Edge, Justin Gabriel & Chris Jericho
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: