VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Des ombres dans l'obscurité ▬ Cornélya, Rosalina & Micaëla
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Dominus Tenebrae
this is the wizzarding world of
Je suis un PNJ, muhahaha
informations
Je suis un PNJ, muhahaha

crédit : Domina
date d'entrée : 24/04/2010
épîtres postées : 1184
gallions : 7080

♦ Nota Bene
:
: quelques adjectifs pour vous définir
: ce que vous avez sur vous



Message Posté Dim 13 Oct - 22:26.
Des ombres dans l'obscurité
Sujet d'intrigue


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Cornélya de Maupou, Rosalina Bertone & Micaëla Delibes.
ϟ étiologie du statut subjectif ▬ Sujet d'intrigue.
ϟ datation approximative du moment exact ▬ Premier samedi du mois de Mars.
ϟ cadran lunaire appréciable ▬ 22h.
ϟ météorologie sorcièrement acceptable ▬ Il fait noir, il fait froid.
ϟ saison saisissante et palpitante ▬ Saison 3.
ϟ intrigue globalement intriguante ▬ Prélude de la saison 3.
ϟ chatiment divin exigible ▬

ϟ mise en situation ▬ Voilà quelque chose qui ne fait aucun doute : la Fronde est derrière le trafic de magie noire. Incapables de demeurer dans leurs appartements, Rosalina et Micaëla étaient seulement sorties pour se rendre dans le Salon de Mozart, où se trouvent tous les instruments de musique de l’Académie ; un des avantages d’être u membre de l’Elite, parmi tous ses inconvénients. Cependant, alors qu’elles approchaient de la sortie, un mouvement attire leur attention. Cela pourrait être un membre du Secrétariat de répression des fraudes, en pleine ronde… mais que viendraient-ils faire du côté de la Salle à manger ?
Changeant leur trajectoire, les deux jeunes femmes se rendent dans l’endroit, leurs baguettes allumées. Dans un éclair, elles illuminent la salle immense et voûtée ; éblouie, Cornélya se protège instinctivement les yeux.

ϟ précisions ▬ Ce rp est susceptible d’être fusionné avec un autre rp d’intrigue.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 14 Oct - 20:02.


Des ombres dans l'obscurité
Sujet d'intrigue

Je n'étais pas réellement à l'aise avec ma place au sein de l'Elite. Celle-ci, souvent, me troublait. Pourtant, ça avait des avantages. Ah oui? J'avais une chambre pour moi seule, comme quand j'étais encore préfète. Je n'avais pas de soucis de limitation de magie, je pouvais garder ma baguette sur moi en permanence, personne ne pouvait rien m'imposer. Enfin... Si... L'artefact s'en chargeait, nous obligeant de suivre les voies du Ministère. Pourtant, Dieu sait que j'étais contre toutes ces mesures. Mais grâce à lui, notre cher pinceau était sauf. Je n'en parlais à personne, de ce que je pensais. Pas même à Micaela, sachant pertinemment que cela aurait pu me valoir des problèmes. Pourtant, bien des fois, je regrettais d'avoir fait partie du groupe qui avait découvert l'artefact dans les sous-sols. Et pas seulement à cause de ma jambe. J'avais toujours mal, je boitais toujours, même si j'avais pu reprendre l'équitation, Dieu merci. Mais la douleur était, parfois, insupportable. Je prenais des médicaments, souvent. Là aussi, je n'en avais pas parlé à ma cousine. J'avais peur de la façon dont Micaela réagirait. A n'en pas douter, elle se sentirait coupable de ne rien avoir vu venir, de m'avoir laissée seule avec ça. Heureusement, j'avais Shaolyn qui me tenait compagnie. Mon chaton ne me quittait pas, jamais. Hymalaya était nettement plus indépendante, et c'était normal pour une harfang des neiges.

Ce qui ne changeait pas, en tout cas, quelque soit l'époque, c'était la place que prenait la musique dans ma vie. J'avais de la chance, en tant que membre de l'Elite: je pouvais continuer à pratiquer la guitare. Ce n'était pas le cas de mon frère qui avait dû arrêter le piano. Micaela avait, elle aussi, pu continuer le violon. Bon gré mal gré, nous essayions de profiter des avantages que nous pouvions tirer de notre place. Pour ma part, j'essayais de ne pas trop me mêler de l'histoire des Frondeurs, même si... Même si je leur en voulais d'avoir mal géré la chose, de mettre le pinceau de de Vinci en danger, de mettre tout le monde en danger. S'ils n'avaient été contre l'objet que nous devions protéger, j'aurais souhaité les rejoindre, mais je ne pouvais pas. Je leur en voulais d'être libres de leurs choix, contrairement à nous membres de l'Elite. Tous, nous avions voulu trouver l'artefact pour sauver Beauxbâtons. Mais... Nous n'y avions gagné qu'une certaine forme d'esclavagisme que j'avais de plus en plus de peine à supporter.

Alors oui, nos petites sorties à la salle Mozart avec Micaela étaient une bouffée d'oxygène, pour moi. Un moment où je pouvais m'imaginer que tout était normal, que tout allait pour le mieux, que rien de tout cela n'était jamais arrivé. Un moment où je pouvais oublier la Fronde, ma blessure, et tout ce qui me perturbait.

**TOC TOC TOC** toquai-je à la porte de celle que je considérais comme ma meilleure amie.

"Je vais à la salle de musique... Tu viens avec moi?" lui demandai-je.

Je n'attendais pas réellement de réponse de sa part, sachant qu'elle serait partante et je fis donc demi-tour. Shaolyn, perché sur mon épaule, poussa un petit miaulement pour saluer Micaela, et Brontë, qui, je n'en doutais pas, serait aussi du voyage. Nous nous mîmes en route alors que l'heure du couvre-feu n'allait pas tarder à retentir. Mais... Encore un avantage à notre position: nous n'y étions pas réellement soumises. Du moins, personne ne pouvait réellement nous faire de reproches si nous étions dehors après 22h. Finalement, il y avait peut-être quelques avantages à être du côté de l'autorité...

C'était, en tout cas, ce que j'en étais à penser quand un mouvement attira mon attention. Je m'arrêtai net, tirant sur le bras de Mi.

"T'as entendu? Vu?" lui demandai-je avant de l'attirer vers la salle à manger.

Sur le trajet, j'allumais ma baguette d'un lumos et m'arrêtai devant la porte de la salle, enjoignant ma cousine à ouvrir la porte. Avais-je vraiment envie de savoir ce qu'il se passait à l'intérieur? Oui et non. J'étais partagée sur la question. Mais il était de notre devoir de vérifier, n'est-ce pas? Après, nous pourrions toujours aviser sur la suite à donner à la chose...
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Ven 18 Oct - 21:41.
¤ Je coderai plus tard ¤

L'Elite... Sincèrement, qui aurait pu penser, à la base, qu'on finirait par faire partie de ce groupuscule ? Je crois que j'en aurais eu la vision avant les dérèglements magiques, alors que je faisais confiance à mon don, je n'aurais pas même alors pu croire à un truc pareil. Et c'était pourtant bel et bien le cas. Mais... disons que bon nombre de facteurs entraient en ligne de compte, et le principal était évidemment le pinceau. C'était juste complètement impensable de le laisser détruire. Et puisque le seul à ne pas vouloir sa disparition était le ministre... J'ai beau ne pas partager ses opinions - bien loin de là, même - sur à peu près tout le reste, c'était le point primordial sur lequel nous étions d'accord. Alors tant pis. J'avoue que j'avais parfois bien du mal à me regarder dans le miroir, consciente de ce que je reniais pour protéger l'artefact, mais je ne voyais réellement aucune autre solution valable.

Je ne peux pas nier, cela dit, que ça avait aussi des avantages. Brontë était en sécurité - et avait découvert la compagnie d'Alastair - je pouvais continuer à aller et venir sans risque... Au-dessus des lois. Voilà ce que nous étions devenus, nous, les membres de l'Elite. Si je n'avais pas eu un minimum de valeurs morales, ça aurait sans doute pu donner n'importe quoi, puisque nous étions intouchables ou presque. Ca n'était, juste, pas moi. Je me sentais suffisamment mal de cette place que je n'estimais clairement pas mériter pour ne pas en rajouter. Les privilèges restaient appréciables, mais rien que le système de caste me sortait par les yeux, et j'étais tout à fait consciente que, n'eussé-je pas récupéré le pinceau avec les autres, je n'eus jamais intégré la tour d'ébène. Mon sang-mêlé, mes piètres capacités magiques concernant certaines matières pratiques, m'auraient clairement relégués à des groupes "inférieurs". Je détestais cette hiérarchie, mais j'étais parfaitement incapable de m'ériger contre l'ordre établi. Ce qui n'arrangeait pas vraiment l'estime que je pouvais avoir pour moi-même, déjà malmenée par... beaucoup de choses. Et mon incapacité à protéger les miens en premier lieu.

Rosa avait été blessée. Elle n'en disait rien, mais je ne suis pas complètement aveugle, je vois bien qu'elle continue à souffrir. Et son silence me tue. A quel moment nous sommes-nous à ce point perdues ? Par ailleurs, si j'avais fondé l'espoir de renouer un peu le contact avec mon jumeau et ma cadette, il s'envolait avec cette fameuse hiérarchie du sang. Et je ne pouvais m'empêcher de ressentir la distance qui se creusait chaque jour un peu plus entre Flo et moi. L'Elite était un passe-droit qu'ils ne possédaient pas, et ils se voyaient relégués à des rangs inférieurs, interdits de pratiquer la magie xxx ou de jouer du piano pour le cas de mon cousin. C'est sans doute une des choses qui me tuent le plus, avec les regards que je surprends parfois. Je voudrais tellement qu'il puisse comprendre, il a toujours été là pour moi, davantage que mes propres frère et soeur. Et pourtant, je sens bien que je perds mon confident de toujours. Mais comment lui expliquer ? Je l'ai trahi pour un objet magique, en quelque sorte, et je ne peux que comprendre qu'il m'en veuille... Mais ça me tue.

L'Elite aurait pu être un groupuscule soudé dans l'adversité, se serrant les coudes contre tout le reste de l'Académie puisqu'ils ne pouvaient pas comprendre et pourtant, ça n'est pas du tout comme ça que je le ressens. Je connais à peine Artémis et Aurore, et partage si peu avec Eva et Wade - à mon grand dam d'ailleurs. Le souvenir du baiser qu'il a déposé sur mes lèvres le soir du 31 décembre ne me quitte pas, mais je ne sais pas quoi en faire. Ca n'est pas comme si nous avions fait un autre pas l'un envers l'autre depuis... Et c'est tout autant de mon fait que du sien, à vrai dire, mais que pourrais-je bien lui dire ? Ou plus exactement... Comment réagirait-il si je parvenais à lui avouer à quel point il peut faire battre mon coeur ? Je crains tellement un potentiel rejet que je n'ai pas même pu me résoudre à lui adresser à nouveau la parole. Comme quoi les choses n'évoluent pas toujours dans le sens qu'on imagine. Quand il est arrivé ici, que nous nous étions retrouvés dans le parc par le plus grand des hasards, je m'étais prise à penser que nous pourrions réellement devenir amis... voire plus... Le nouvel an m'a même légèrement encouragé à espérer davantage et puis... et puis je suis lâche. Je n'ai pas le courage d'aller lui parler, pas même celui de lui offrir les paquets qui restent cachés dans ma commode. C'est ridicule... Je me suis creusé la tête des jours et des jours pour trouver un cadeau de Noël, puis une idée pour la St-Valentin. Et si j'ai été au bout de mes recherches, si les deux paquets en questions sont prêts, joliment emballés, je n'ai jamais pu me résoudre à les lui offrir. Je suis parfaitement ridicule...

Quant à ma cousine... Je me raccrochais comme je pouvais aux moments que nous passions ensemble, à la salle de musique. Son silence me brisait le coeur, mais je ne pouvais pas non plus la forcer à se confier si elle n'était pas prête à le faire. Je m'efforçais d'être présente, mais doutais que cela fût suffisant. Et quand trois coups, ce soir-là, retentirent à ma porte, je sus presque instinctivement que c'était elle. Qui d'autre, d'ailleurs ?

« Je vais à la salle de musique... Tu viens avec moi ?
- J'arrive. »


Brontë dans une main, accueillie par un miaulement appréciateur du petit Shaolyn, j'ai rejoint ma soeur de coeur, prenant avec elle la direction du salon Mozart. Un nom qui, d'ailleurs, m'allait à ravir pour notre antre, espérant pouvoir, quelques instants au moins, me plonger dans une des rares activités que je ne trouvais pas encore entâchée du sceau du Ministère et de notre fichue Elite, quand bien même j'étais chanceuse de pouvoir encore la pratiquer. Pourtant, avant que nous parvenions à notre destination, Rosa m'arrêta, tirant sur mon bras, au moment où je fronçais les sourcils, pas certaine de ce qu'il m'avait semblé déceler.

« T'as entendu ? Vu ?
- J'en mettrais pas ma main à couper mais... »


Manifestement, nous avions le même doute, la même impression et tout comme elle, j'éclairais le bout de ma baguette magique pour me diriger vers la salle à manger. Ma cousine m'adressa un signe de tête afin que j'ouvre la porte et j'acquiesçai en silence, avant de tourner la poignée et de pousser doucement le battant. Je n'étais pas réellement sereine, il fallait bien l'avouer, mais après la Licorne Noire et les inferis dont nous étions à présent débarrassés, ça ne pouvait pas être si terrible, n'est-ce pas ? En tout état de cause, braver l'obscurité ne me disait rien, et à peine avais-je mis un pied dans la grande pièce que je levais à nouveau ma baguette, dans le but d'en éclairer vivement la totalité cette fois.
avatar
Cornélya H. de Maupou
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Lily Collins
crédit : (c) Shiya
date d'entrée : 09/02/2013
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 257
gallions : 1587

♦ Nota Bene
:
: vos relations principales ici
: une chouette harfnag des neiges nommée Galatée, une cage et 4 sachets de nourriture



Message Posté Dim 20 Oct - 19:11.
Avant elle n'avait pas d'ennemis. Mais ça, c'était avant.
Depuis son entrée chez les Frondeurs, elle savait qu'elle avait pris une décision qui lui semblait juste. Mais elle ne s'imaginait qu'elle se ferait autant d'ennemis. Le Comité et l'Elite leur mettait sur le dos tous les affres que subit l'Académie ; et c'était injuste. Personne ne savait qu'elle faisait partie des Frondeurs mais Cornélya estimait qu'on la détestait ; c'était idiot de penser ainsi, mais maintenant qu'elle faisait partie des Frondeurs, les choses ont changé. Du moins, dans sa façon de voir. Elle était différente, elle le savait et devait le supporter ainsi.
Pour la Fronde, elle prenait beaucoup de risques. Elle le savait sciemment. Elle avait choisi sciemment de les rejoindre. Elle était encore libre, elle.

Ce soir-là, elle avait un rendez-vous avec un membre de la Résistance. C'était pour le trafic de magie noire entre Dursmtrang et Beauxbâtons. Elle aurait pu rester tranquillement dans sa chambre, dormir tête reposée. Mais elle s'était portée volontaire pour cette conversation nocturne. Elle ne savait avec qui elle avait affaire. Son interlocuteur non plus d'ailleurs ; elle avait caché son identité sous un pseudonyme. Garder l'anonymat était la meilleure façon pour elle d'assurer sa sécurité. Et donc, ce soir-là, elle avait rendez-vous avec un membre de la Résistance pour le trafic de magie noire, dans l'immense Salle à Manger, situé dans l'aile La Tulipe. Et c'était la première fois pour elle qu'elle s'y rendait de nuit. Mais l'entreprise se révélait difficile. Elle n'avait aucune raison de s'y rendre et le Comité lui avait enlevé son titre de préfète.

Malgré tout, à force d'arpenter de nuit les couloirs de l'Académie, elle savait comment échapper à la vigilance des surveillants nocturnes. Emmitouflée dans son manteau bleu nuit, elle se faufila de son dortoir, vers la Salle à Manger. Tel un chat, elle prit soin d'être la plus discrète possible pour éviter de se faire repérer. Si seulement, elle avait réussi cet entreprise ...Arrivée dans la Salle, elle fut stupéfaite du vide de la Salle à Manger, si souvent remplie d'élèves. Et elle était seule. C'était bien là le problème ; son interlocuteur devrait être là ( apparemment, il était élève de Beauxbâtons autrefois ). Or, ce n'était pas le cas.

Vous savez quelle est la plus grande frayeur pour un Frondeur ; rencontrer un ou des membres de l'Elite. Et ce qui arriva à Cornélya. Les portes s'ouvrirent et deux silhouettes entrèrent, éclairant de leur baguette la Salle. Éblouie, Corny se protégea les yeux de cette lumière soudaine. Même si elle parut rester calme, elle était en panique à l'intérieur ; face à elle se tenait Micaëla et Rosalina, deux membres de l'Elite.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 2 Nov - 23:25.

Des ombres dans l'obscurité
Sujet d'intrigue


J’étais sûre et certaine que ma cousine allait me suivre. Je n’avais aucun doute là-dessus. Aussi m’étais-je mise en route sans même attendre son accord qui, pourtant, avait raisonné pratiquement immédiatement, à mon plus grand plaisir. Je n’aurais pas eu envie d’y aller seule. L’espace d’un instant, je songeais à profiter de nos privilèges pour aller chercher Flo, afin que nous puissions jouer tous les trois, comme au bon vieux temps. Mais… Nos rapports n’étaient plus les mêmes, ces derniers temps. Je savais qu’il ne comprenait pas mes choix d’être « alliée au ministère. » Comme si j’avais le choix, en même temps… Le fait était que je ne l’avais pas, ce choix. Je devais me fier à qui protégeait le pinceau… Et il en allait de même pour Micaela. Elle, comme moi, nous n’aimions pas ce que nous devenions : des collaboratrices dans ce régime dans lequel nous ne nous retrouvions pas. Mais nous n’avions pas le choix. En échange, nous étions, peut-être, plus puissantes que les autres, adultes compris. En échange, nous faisions partie de la Caste des 100 familles, la classe qui avait tous les droits, tous les pouvoirs. Mais ce n’était pas nous….

Nous marchions en silence dans les couloirs, moi toute à mes pensées, et Micaela, l’esprit je ne savais pas trop où. Le couloir me semblait s’étirer en longueur, bien plus que d’habitude, mais je faisais avec, avançant en boitant. Ce serait sans doute toujours ainsi. Je n’avais pas le choix. Un muscle ne se refaisait pas comme ça, même avec l’aide de la magie. Et puis, tout à coup, un bruit, un mouvement avaient attiré notre attention et nous avions pris la direction de leur provenance, ignorant ce sur quoi nous allions tomber.

Je laissai Micaela ouvrir et éclairer la grande salle, ayant, quant à moi, besoin de prendre un appui. Mine de rien, ma jambe se fatiguait très rapidement…  Après avoir pris le temps de souffler un peu, j’entrai à mon tour dans la pièce éclairée par la baguette de ma cousine pour surprendre, dans un rayon de lumière argentée une jeune fille que je connaissais bien : Cornélya. Que faisait-elle là ? Dans la lumière artificielle, son regard semblait aussi brillant que celui d’une biche effrayée prise dans les phares d’une voiture. De fait, sa situation semblait très proche de celle de ces animaux.

« Qu’est-ce que tu fais là, Cornélya ? » demandai-je à la jeune fille.

J’espérais qu’elle aurait une excuse, même aussi bidon que : « j’avais faim », ou « j’étais à la bibliothèque, j’ai oublié l’heure et entendant du bruit, je me suis cachée là ». J’espérais, vivement, qu’elle ne faisait pas partie du groupe des Frondeurs. Sinon, notre devoir à ma cousine et à moi, c’était de l’arrêter, de l’amener au Comité. Mais c’était une tâche qui nous répugnait, à l’une comme à l’autre.


Dernière édition par Rosalina C. Bertone le Mar 5 Nov - 15:17, édité 3 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Lun 4 Nov - 15:12.
Ami. Ennemi. La limite me semblait particulièrement floue à présent. Les gens qui m'étaient proches avant l'Elite ne m'adressait plus forcément la parole. Je n'avais pourtant pas le sentiment d'avoir changé mais... Le pinceau avait choisi pour moi. Ca ne m'empêchait pas d'avoir toujours mon opinion et d'être confrontée presque quotidiennement à ce dilemme : rester fidèle à mes convictions ou protéger l'artefact et pour ce faire, rester dans les petits papiers du Ministre... Ca ne me plaisait pas beaucoup, mais au final, j'en revenais toujours à la même chose : je continuais d'être ce représentant de l'Elite que je haïssais chaque jour un peu plus. Je restais discrète néanmoins, et j'imagine que parfois, on devait pouvoir mettre mon absence de réaction ou le fait que je n'ai volontairement "rien vu" sur le compte de ma rêverie habituelle. Je l'espérais en tous les cas, c'était tout ce que j'avais trouvé pour rester... entre deux eaux.

Et j'aurais aimé que Nath et Flo s'en rendent compte. Je ne me faisais aucune illusion concernant ma petite soeur, pour qui je devais représenter tout ce qu'elle pouvait abhorrer, mais je ne pouvais m'empêcher de songer avec un pincement au coeur, qu'on en était presque à tenter de renouer le contact avec mon jumeau, avant tout ça, et que tout ça était à présent complètement balayé par mon nouveau statut que je n'appréciais pas plus que lui. Quant à Flo... C'était pire que tout. Je perdais mon confident, dans l'histoire, et si je ne comptais plus le nombre de fois où il m'avait soutenu, ou sauvé la mise, par le passé, j'étais bien consciente qu'à présent, cette époque était révolue. Les regards que nous échangions parfois étaient sans équivoque. Il m'en voulait. Il nous en voulait, à sa jumelle et moi. Lui n'était qu'un né-moldu, relégué dans la caste --- et il n'avait même plus le droit de se servir de sa baguette, moins encore d'arpenter la salle de musique, seul. Plusieurs fois, sans doute autant que Rosa, j'ai songé à lui demander de se joindre à nous : sous la "protection" de deux membres de l'Elite, il ne devait rien risquer, mais... Il suffisait de croiser une de ses oeillades assassines pour savoir que c'était peine perdue.

Tout comme il me semblait vain de tenter de soutenir ma cousine contre son gré. Je voyais bien qu'elle peinait avec sa jambe, mais je crois que tant qu'elle avait encore la possibilité d'évoluer seule, même difficilement, il était tout aussi inutile de lui proposer mon bras. Sa fierté naturelle l'aurait sans doute empêchée d'accepter mon aide. Je restais non loin, néanmoins, prête à tenter de la rattraper si cela s'avérait nécessaire.

Quand nous nous sommes approchées de la Grande Salle à manger, quelque peu inquiètes du mouvement que nous y avions toutes deux perçu, je l'ai vu s'appuyer contre le mur, récupérant des efforts qu'elle fournissait depuis nos appartements, et une fois encore, mon coeur s'est serré, mais je n'ai rien ajouté. Elle ne voulait pas de ma pitié, n'est-ce pas ? Et quand bien même mon esprit corrigeait le terme par compassion, je crois que ça ne changeait rien pour elle. Se concentrer sur cette pièce qui aurait dû être vide et qui ne l'était manifestement pas. La lumière que j'y projetais nous dévoilait la présence de Cornélya, avec qui nous avions arpenté le labyrinthe quelques semaines plus tôt.

« Qu’est-ce que tu fais là, Cornélya ? »

Je n'avais rien de mieux à ajouter, mais restais particulièrement inquiète de la réponse qu'elle apporterait. J'ai toujours tenté de minimiser mes actes en tant que membre de l'Elite, mais là... Que pourrais-je faire d'autre que de l'amener auprès du Comité pour avoir ainsi enfreint le règlement ? La simple idée de devoir vendre une camarade ainsi délesta mon visage de toute carnation, et, livide, je ne quittais plus l'athéna des yeux.
avatar
Cornélya H. de Maupou
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Lily Collins
crédit : (c) Shiya
date d'entrée : 09/02/2013
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 257
gallions : 1587

♦ Nota Bene
:
: vos relations principales ici
: une chouette harfnag des neiges nommée Galatée, une cage et 4 sachets de nourriture



Message Posté Lun 11 Nov - 19:08.
Elle savait des risques qu'elle prenait, du danger où elle s'était aventurée. Elle en était consciente. Consciente du danger que représentait le trafic de magie noire. Même si elle ne le montrait, elle avait peur. Peur d'échouer, de sombrer dans la magie de noire à force d'en côtoyer. Mais surtout, peur qu'il y ait des répercussions sur sa famille. Jamais elle n'avait mis ses sœurs dans la confidence. Si l'une d'elles avaient le malheur d'entrer dans la Fronde, Cornélya aurait tout fait pour l'en évincer. Mais elle était consciente du risque car elle l'avait accepté. Elle ne pouvait plus reculer, s'échapper.

Depuis, elle avait tout fait pour rester la plus discrète possible. Malgré les frayeurs cités plus haut, s'il y avait bien une chose qui la terrifiaient au plus haut point ; être prise sur le fait. Son invité n'était pas encore arrivé et c'était tant mieux ; s'il avait été là, les deux membres de l'Elite auraient trouvé cela louche. Probablement. Mais ça, Cornélya ne pouvait pas le savoir. Elle s'était déjà faite plusieurs scénarios si jamais elle était prise, différentes selon les situations. « Qu’est-ce que tu fais là, Cornélya ? » lui demanda Rosalina. Cornélya aurait pu lui donner une réponse sans donner l'impression de mentir, lui sortir n'importe quoi. Mais c'était le blanc total dans sa tête. Aucune idée ne lui venait en tête. Habituant peu à peu à la lumière, elle se montra face aux jeunes filles. Elles étaient élèves comme elle, étaient de la même année comme elle. Mais elles représentaient la nouvelle autorité, une nouvelle menace. Même si elle montrait de la surprise, elle cachait malgré tout sa peur ; comment en était-on arriver là ? A craindre des élèves qui pouvaient vous ressembler du fait de leur appartenance à l'Elite. C'était triste.

Le moment pouvait durer, ainsi que le silence. Mais elle devait dire quelque chose. C'est alors qu'elle cligna des yeux, et prit un sourire gêné. « Je suis vraiment une imbécile ! » s'exclama-t-elle en se frappant la tête avec sa paume. « Vous allez le penser aussi mais ... parfois j'oublie que je ne suis plus préfète ! Jusqu'ici, je ne me suis pas faite prendre. Je m'excuse vraiment ... Les mauvaises habitudes, hein ? » User de son ancien poste de préfète était une excellente idée de sa part ! Micaëla et Rosalina le savaient ( ou devaient le savoir ) et Cornélya préférait mentir sur ça. Et cela pouvait être tout à fait possible vu le changement un peu abrupte du régime.

Et maintenant, il faillait maintenant espérer qu'elles devaient se contenter de cela. et tant pis si Cornélya devait être punie. De toute manière, il n'y avait aucune raison qu'elles ne la croient pas, elle s'était montrée si sincère. Même elle y croyait. Mais elle était en mauvaise position ; Micaëla et Rosalina pouvaient lui faire n'importe quoi, la fouiller, lui jeter un jeter, lui faire boire un Verisaterum. Même si elle sourait face à ces demoiselles, elle avait peur. Elle craignait de ce qui pouvait arriver. Sa baguette était sur elle en cas de danger ... Et son invité ne devait pas se pointer à ce moment-là.
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Dim 26 Jan - 23:21.
¤ HRP : Rosalina étant en pause indéterminée, je me permets de répondre... Même si on ira sans doute pas très loin dans ce sujet j'imagine, depuis le temps u_u' ¤

Rosa a pris les devants, demandé à Cornélya ce qu'elle faisait là, en pleine nuit, et j'attends, anxieuse, sa réponse. Est-ce qu'elle cherche une excuse qu'elle ne trouve pas ou c'est moi qui, angoissée à l'idée de devoir la traîner devant nos conseils, trouve le temps particulièrement long ? Par pitié, dis quelque chose. N'importe quoi, je m'en fiche, mais donne-moi matière à rebondir, à te sortir de là. Je ne devrais pas, je devrais jubiler, sans doute, de trouver une élève à punir. C'est comme ça qu'on me voit, je suppose. Ca n'est tellement pas moi, pourtant...

Je vois son sourire gêné. Feint ou sincère ? Je m'en fiche, au fond, je le prends comme tel. Une élève embarrassée, et qui me tend une perche que j'a bien l'intention de saisir.

« Je suis vraiment une imbécile ! Vous allez le penser aussi mais ... parfois j'oublie que je ne suis plus préfète ! Jusqu'ici, je ne me suis pas faite prendre. Je m'excuse vraiment ... Les mauvaises habitudes, hein ? »

Est-ce que je suis réellement dupe ? Pas vraiment. Je crois que c'est une excuse, et j'ai un peu peur de deviner ce qu'elle fait réellement ici, mais au fond, je préfère ne pas me poser la question, et surtout ne pas la lui poser en tout cas. Ignorer les doutes, et feindre d'être une parfaite idiote... Je m'en fiche, et je pense qu'au pire, on me réprimandera de ne pas avoir été assez sévère. Je ne veux pas d'ennui non plus, et certainement pas être rejetée de mon statut actuel, le seul qui me permette de rester « proche » d'une certaine manière, du pinceau, mais je crois que cette mascarade peut passer. J'esquisse un sourire à mon tour, bienveillant. Je redoute un peu la réaction de ma cousine, mais... elle n'est pas non plus pour ce régime, alors avec un peu de chance, elle suivra ma voie.

« Ah... Comme tu dis, les habitudes ont la vie dure. Mais il va vraiment falloir que tu prennes le pli. Pour cette fois, on passera ça sous silence, mais si ça se reproduit, on n'aura pas d'autre choix que de faire respecter les règles, tu vois ? »

Je me tourne seulement alors vers la brunette à mes côtés, cherchant sa réaction, son assentiment. Je crois suffisamment connaître ma cousine pour estimer qu'on restera toutes les deux là-dessus.

« On te raccompagne à ton dortoir, tu risques d'avoir plus d'ennui si on n'est pas avec toi dans les couloirs... Viens... »

Et je ne sais pas pourquoi tu étais réellement là, mais s'il te plaît, laisse tomber et suis-nous, c'est sans le moindre doute ce qui sera le plus sécuritaire pour tout le monde...
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

Des ombres dans l'obscurité ▬ Cornélya, Rosalina & Micaëla

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: rps

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: