VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

It's a beautiful lie ▲ Evangeline&Mathieu
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 6 Oct - 22:37.
titre du rp ici
It's time to forget about the past


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Evangeline J. Wallace & Mathieu T. Alexandre
ϟ étiologie du statut subjectif ▬ Privé
ϟ datation approximative du moment exact ▬ Début du mois de Mars
ϟ cadran lunaire appréciable ▬ En début d'après-midi
ϟ météorologie sorcièrement acceptable ▬ Magnifique soleil illuminant l'académie et ses parfaits jardins
ϟ saison saisissante et palpitante ▬ Saison 3
ϟ intrigue globalement intriguante ▬ Prélude de la saison 3
ϟ chatiment divin exigible ▬ Peu importe !
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 6 Oct - 23:04.
« Je savais pas que les roses sentaient le berlingot ... »

J'étais entouré de quelques Hypnos qui, par ce magnifique Dimanche, avaient décidé de se prélasser seuls ou en couple dans le jardin pourpre. Avant que l'une de mes camarades de la tour Nacre ne m'ait indiqué que chaque jardin avait un thème et une couleur prédominante, je m'étais penché sur le sujet et avait osé demandé « Mais le pourpre, il symbolise quoi ? C'est pour les gens qui saignent sur les fleurs pour leur donner cet éclat ? » et pour seule réponse, la jeune fille avait ri à gorge déployée. Cela faisait du bien d'entendre des sorciers rire de la sorte, même si je n'avais pas intentionnellement fait de blague, je m'intéressais juste- lorsque l'on sait que la situation actuelle dans le monde magique n'est pas à son comble. Son rire m'avait fait du bien, guéri intérieurement mais je ne lui avais pas révélé cette vérité puisqu'elle ne s'intéressait déjà plus à mon cas et avait rejoint le petit groupe d'ex-hypnos qui sommeillaient ou entretenaient des conversations sans queue ni tête autour de la fontaine d'Aphrodite. J'avais beau sortir fréquemment de l'Académie, je n'avais jamais remarqué qu'il y avait tant d'espaces verts divers et variés. Je l'aurais su avant, je n'aurais pas été obligé de cacher mon jardin dans le labyrinthe ... d'ailleurs, étais-je encore capable de retrouver le chemin pour m'y rendre ?

« Grmfl ... »

Ma tête me lançait ... Mon corps était trempé et tout ce que j'entendais c'était le clapoti de la fontaine juste à côté de moi. Il n'y avait plus de voix pour briser le silence ambiant ni même de présence à mes côtés. J'étais là, seul, groggy pour je ne sais quelle raison. Ah si, je sais. Je m'étais encore assoupi. C'est que j'en aurais presque oublié ma narcolepsie et mes camarades aussi. Ils avaient peut-être cru que je m'étais endormi de fatigue et que j'étais volontairement tombé dans la fontaine dans laquelle je baignais à cet instant précis. « Mais comment je suis arrivé là ? » J'ignorais tout. Je savais qu'il m'arrivait parfois d'être somnambule et ce même pour mes courtes siestes mais j'ignorais à quel point je pouvais être aussi inconscient. Fort heureusement pour moi, mon subconscient ne m'avait pas fait plonger dans le bassin. J'y étais allongé comme si j'y prenais un bain. Ne manquait plus que le savon et c'était bon ! Je me serais bien rendormi mais j'avais d'autres choses à faire. Je ne savais pas quoi mais je savais qu'il ne fallait pas que je reste dans le bassin et ce même si la température ambiante se prêtait à une baignade de quatorze heure de l'après-midi ! Avais-je faim ? Un simple regard en direction de mon estomac immergé eut raison de moi. Quelques gargouillis de protestation m'indiquèrent que j'avais déjà mangé et que je ne manquais de rien à l'heure actuelle si ce n'est d'une bonne serviette pour éviter d'attraper froid !

En sortant ma baguette, j'oubliais que nous étions limités en magie et que, pour cette fois, je me passerais bien de l'utiliser. Le soleil était en ma faveur et dès lors que je sortais du bassin, ses rayons bienfaisants s'attaquaient déjà aux gouttelettes glissant sur ma peau. Les manches de ma chemise à carreaux étaient retroussées, mon short de plage se prêtait bien à cette journée ensoleillée bien qu'il manque de sable chaud et d'océan et mes chaussures ... avaient tout simplement disparues de telle sorte que je me retrouvais pieds nus dans l'herbe. « Roh à quoi bon ... je suis tellement bien ici ! » Communier avec la nature et ses bienfaits me sembla de mise. Alors, le plus naturellement du monde, je me laissais tomber sur les fesses et observais la beauté de la nature environnante. Fermer les yeux me permettait de me concentrer sur les gazouillis des oiseaux et l'éternelle fontaine qui se la ramenait à chaque fois que j'essayais d'entendre autre chose. Cependant, il ne fallait pas que je reste les yeux fermés trop longtemps au risque de m'endormir une fois de plus et de me réveiller avec d'autres surprises ! J'étais persuadé qu'un jour je me réveillerai au beau milieu du labyrinthe et que je galèrerai à retrouver la sortie. J'en rêvais ... parfois.

Je m'étais allongé sur le flanc, en appui sur mon coude et sentais une brindille d'herbe que je faisais tourner inlassablement entre mes doigts. J'avais gouté aux tiges de pâquerettes un jour et j'avais retrouvé le goût des carottes qu'une tante aimait me préparer lorsque j'étais gosse et qu'on avait encore des liens avec le reste de la famille ... La tondeuse ayant récemment été passée, je ne pouvais me contenter que des brindilles d'herbe fraîches tandis que mon short hawaïen frisait l'assèchement parfait. Alors que j'entrouvrais les lèvres pour y glisser la brindille, un mouvement en direction de l'horizon me sortit de mon occupation du moment. Au diable l'herbe, j'aurai autre chose de plus intéressant à faire que goûter à la nature ! Souriant, je me redressais en tailleur et attendais que la nouvelle venue arrive à ma hauteur. Les yeux plissés pour éviter que le soleil ne m'aveugle, je ne remarquais pas tout de suite le sang qui coulait le long du bras de mon amie. « Evangeline ! Toi aussi tu as décidé de profiter de ce beau soleil ? » Je devais avoir l'air bête ainsi prostré, pieds-nus, et presque encore entièrement trempé mais elle ne me fit pas la remarque. Elle n'en eut pas le temps car je plissais finalement les yeux, affichant un air mécontent et fixais mon regard sur les tâches rouges émanant de son bras. « C'est quoi ça ? » Mes yeux alternaient entre son visage et sa vilaine blessure. Qu'avait-elle encore fait ... voudrait-elle en parler cette fois ? Je savais que les filles aimaient être mystérieuses mais dans son cas et pour son bien, elle n'avait pas intérêt à me faire peur en ne me disant rien !

À présent à genoux, je saisissais précautionneusement son bras entre mes mains, le tournais légèrement et observait la blessure. Je passais soudainement d'un état paisible à une inquiétude visible à des kilomètres à la ronde. Je levais les bras au ciel et commençais à gigoter dans tous les sens. « Mais où es-tu encore allée mon petit ? Tu veux me faire mourir d'inquiétude ? Viens donc par là, vite !! » J'avais peur que le sang ne coule trop vite et ne déserte son corps alors, pour stopper l’hémorragie le plus rapidement possible, il fallait procéder à des gestes précis et utiles. Nettoyer la plaie semblait une bonne idée. La fontaine n'étant pas loin, je l'entrainais à ma suite malgré ses protestations.

It's a beautiful lie ▲ Evangeline&Mathieu

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: rps

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: