VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Micaëla & Wade - Are you alive ?
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Adam Brody
crédit : tearsflight
date d'entrée : 04/12/2012
âge du personnage : 19 ans
épîtres postées : 998
gallions : 3373

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une cape d'Invisibilité * Balai encore unique en son genre produit dans un bois encore inconnu qu'on ne connait pas (forcément si il est inconnu) et fait en poils de fesse de troll !



Message Posté Sam 8 Déc - 21:17.



Are you alive ?.
'cause I can't believe I finally found you.

★ noms des participants: Micaëla T. Delibes & Wade J. Winchester
★ statut du sujet: Privé
★ date: Début Novembre 2056
★ heure: Fin d'après-midi.
★ météo: Vent frais et ciel nuageux.
★ saison: 2
★ numéro et titre de l'intrigue globale en cours: 2
★ numéro et titre de l'intrigue en cours: 2.03
★ intervention de dominus: Pourquoi pas
★ récompenses: /





avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Adam Brody
crédit : tearsflight
date d'entrée : 04/12/2012
âge du personnage : 19 ans
épîtres postées : 998
gallions : 3373

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une cape d'Invisibilité * Balai encore unique en son genre produit dans un bois encore inconnu qu'on ne connait pas (forcément si il est inconnu) et fait en poils de fesse de troll !



Message Posté Sam 8 Déc - 21:27.

Wade n'arrivait pas à croire que tout recommençait à nouveau. Il croyait qu'après la terrible année qu'il avait passé l'année dernière les choses ne pouvaient qu'aller mieux... mais apparemment l'univers en avait décidé autrement. Le jeune homme se sentait idiot. Idiot d'avoir pu croire qu'en déménageant, il changerait enfin de vie, partirait sur de nouvelles bases...
Il fallait qu'il se change les idées, qu'il prenne un peu de temps pour lui, pour s'évader. Penser à autre chose pendant au moins quelques minutes.
Sans plus attendre, Wade prit sa guitare et quitta sa chambre. Il ne connaissait pas encore très bien Beauxbâtons et s'était sans parler de ses jardins mais il espérait trouver l'endroit approprié pour jouer tranquillement et retrouver pour la première fois depuis bien longtemps le plaisir d'entendre les notes s'envoler autours de lui.
Alors qu'il se dirigeait au hasard loin du château, Wade commença à se rappeler de la première fois qu'il avait mis les pieds à l'Académie française...

** FLASHBACK ON **

Wade ne savait pas quoi penser... Il avait envie d'y aller et en même temps il savait que rien de bon ne pourrait arriver. Il entendit les gens devenir de plus en plus bruyant de l'autre côté de la porte, il était temps d'y aller. Wade mis son sac sur son dos, quitta la salle commune des Poufsouffles et se rendit dans le hall d'entrée.
Il était content de quitter le chaos de Poudlard mais il avait lu dans la Gazette que les choses n'allaient pas mieux à Beauxbâtons, enfin... Il avait encore l'espoir que nul part ailleurs, la situation était aussi détestable qu'ici.
Il attrapa le portoloin.

W a d e – * C'est parti. *

Wade ouvrit les yeux, il se sentait un peu nauséeux comme à chaque fois qu'il empruntait un portoloin, et découvrit le stade où la tâche du Tournois des Trois Sorciers allait avoir lieu. Il était grand mais le jaune et noir pensait que compte tenu de l'ampleur de l'événement le stade serait plus grand. Tout le monde s'y dirigeait avec un mélange d'excitation et d'appréhension. Alors que tout les spectateurs étaient enfin installés, il était temps pour la tâche de commencer.
Malheureusement, ce n'est pas la tâche qui commença...
Un éclair jaillit, puis deux, puis trois, tous venaient des gradins. Impossible de savoir exactement d'où ils provenaient mais tout le monde se leva, baguette en main.
C'était difficile de distinguer les amis, des ennemis... L'Organisation Secrète était là, Wade reconnaissait quelques visages qu'il avait déjà vu à Poudlard. Il était temps d'agir. Le garçon brandissait sa baguette en direction d'un homme avec une longue cape, un éclair en jaillit mais l'homme se retourna et se protégea juste à temps :

L'H o m m e – « Qu'est-ce que tu croyais ?! »

Et ils se lancèrent tous deux dans un combat au milieu de dizaine d'autres. Il ne fallait pas qu'il se laisse déconcentrer par ce qui se tramait autours de lui. Il fallait qu'il reste concentré sur sa cible...

F i l l e – « Baisse toi ! »

Wade se jeta à terre et regarda derrière lui. Une jeune fille venait à peine de neutraliser l'homme qui avait essayé de lui jeter un sort.
Le garçon se releva rapidement et se mit à combattre aux côtés de la jeune fille. Il fallait qu'il parte, il fallait qu'il rentre à Poudlard. La bataille faisait rage dans les gradins, Wade regarda la beauxbâtonienne, lui serra les mains, lui fit un signe de tête et courra à l'extérieur du stade.
Il avait peur de la laisser, de passer pour un lâche mais, il avait trop peur que Poudlard soit détruit... Il fallait qu'il rentre protéger son école, sa maison.
Quelques jours après, Wade ne pouvait s'empêcher de penser à la jeune fille... Comment avait-il pu la laisser ?! Il ne connaissait même pas son nom, il ne pouvait même pas savoir si elle était en vie.
Comment pourrait-il se le pardonner...

** FLASHBACK OFF **

Wade ne l'avait toujours pas retrouvée. Il avait bien cru la voir une fois mais lorsqu'il avait voulu aller à sa rencontre elle avait disparu. Est-ce qu'il commençait à devenir fou ?
Wade s'installa sous un vieux chêne, il était enfin arrivé dans un endroit qui paraissait adéquat, vierge de tout signe de guerre, juste calme et paisible.
Parfait.
Il accorda sa guitare et se mit à jouer. Ça faisait tellement longtemps qu'il pensait ne plus savoir en faire mais apparemment c'était comme voler sur un balais, ça ne s'oubliait pas.
Le garçon ferma les yeux tout en continuant ses arpèges. Lorsqu'il les rouvrit, elle était là.
Wade n'en croyait pas ses yeux... était-il encore en train de rêver ?


Dernière édition par Wade J. Winchester le Lun 21 Jan - 23:57, édité 8 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Dim 9 Déc - 18:32.


Are you alive ?

...ou est-ce encore un rêve ?
parce qu'on s'est quittés en plein combat et que tout peut être arrivé...

Les choses suivaient leur cours... Tant bien que mal. Et c'était le mot. Après les dérèglements magiques autour de nous, à la dégradation de la flore et à la disparition de la faune, on avait cette Licorne noire et ces Inferi ôdant autour de l'académie. La cérémonie d'ouverture avait été un fiasco, et me laissait un goût particulièrement amer dans la bouche. Et depuis, d'un point de vue tout à fait personnel, plus rien n'allait avec mon don. J'avais été ravie, le mois dernier, de rencontrer Kathaleen et son fantôme Tim. J'avais enfin eu le sentiment d'être avec quelqu'un de similaire à moi, de ne plus être la seule exception à la règle. Et depuis... chaque jour devenait plus confus que le précédent. J'étais de plus en plus incapable de déterminer si ce que je vivais était réel ou s'il s'agissait d'un rêve, si c'était réellement en train de se produire ou si c'était un message de l'avenir qu'il me fallait prendre avec des pincettes. Résultat, j'avais du mal à dormir, pas toujours certaine de ce que la nuit allait m'apporter comme lot de bizarrerie, et certaine en revanche de ne pas être totalement capable de discerner le vrai du faux ensuite.

Et comme si ça ne suffisait pas, le passé revenait me hanter, avec un peu trop de force. Sans doute mon état n'y arrangeait-il rien. Sans doute l'ouverture des Jeux Olympiques me rappelait-elle avec trop de vivacité la bataille des gradins et la débandade qui y avait eu lieu. En tous les cas, je ne cessais de revoir des images des combats. Je revoyais les baguettes levées les unes contre les autres, et les capes sombres, présages de mort tout autour de nous. Et les visages, amis ou inconnus, de ceux qui se battaient à nos côtés. Rosa, et Flo, près de moi. Mon inquiétude grandissante pour mon frère et ma soeur quand je croisais des corps sans vie, tombés au combat. Et les regards anonymes de ceux qui étaient venus nous prêter main forte. Ceux qui m'avaient sauvé la mise, ceux que j'avais sauvés à mon tour. Je ne pensais pas en revoir la plupart et pourtant...

J'étais sortie, mon violon en main, avec la ferme intention de jouer. Pour ça au moins, je ne risquais pas grand chose. Rêve ou réalité, peu importait, je pouvais jouer des heures sans que ça n'ait plus d'incidence que ça... Tant que mes devoirs étaient à jour, ce que je vérifiais des dizaines de fois, pas certaine que mon souvenir de les avoir faits soit réel ou non. En tout état de cause, j'avais fait le tour de mon travail avant de sortir et maintenant, j'avais un peu de temps devant moi. J'approchais cependant des jardins quand j'entendis des notes de guitare, et, persuadée qu'il devait s'agir de ma cousine, j'avais suivi leur direction, confiante. Pourtant, comme j'approchais, je réalisais qu'il ne s'agissait pas le moins du monde de Rosa, mais d'un jeune homme dont les traits ne m'étaient pas inconnus. Et pour le coup, je songeais confusément que je devais encore être en train de rêver. Il n'y avait aucune raison pour qu'il soit là, absolument aucune. Je m'arrêtais à quelques mètres, détaillant ses traits, tandis qu'il jouait les yeux fermés. Et quand il les rouvrit et croisa mon regard, je réalisai qu'il était aussi surpris que moi.

« Bonjour... »

Je lui souriais, malgré mes doutes quant à la réalité de cette rencontre. C'était peut-être inutile si je rêvais, mais si c'était - malgré la faible probabilité à mes yeux - réel, c'était la moindre des choses que d'être polie et amicale. Et puis j'étais rassurée de le voir vivant, finalement, et j'espérais que tout ça ne soit pas que le fruit de mon imagination.

« Je pensais que c'était ma cousine qui jouait. Elle joue de la guitare aussi... Mais je dois bien avouer que je n'imaginais pas du tout tomber sur toi... »

Un peu incertaine de la conduite à tenir, je continuais à l'observer, debout face à lui, mon violon toujours dans les mains.

« Qu'est-ce qui te ramène à BeauxBâtons ? La cérémonie est finie... Je suis surprise... »

Agréablement à vrai dire. Mais je crois que je n'ai vraiment aucune idée de la façon dont ça peut être compris, alors je me garde de tout commentaire. Et je dois avoir l'air un peu cruche, debout face à lui, Brontë sagement cachée dans ma poche et mon instrument dans les mains, mais je n'ai vraiment aucune idée de ce que je dois faire maintenant...
Wade J. Winchester
Frère d'armes
BeauxBâtons - Université - 1ère année
Micaëla T. Delibes
This is me
BeauxBâtons - Hébé - 9ème année


Dernière édition par Micaëla T. Delibes le Mar 11 Déc - 18:28, édité 2 fois
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Adam Brody
crédit : tearsflight
date d'entrée : 04/12/2012
âge du personnage : 19 ans
épîtres postées : 998
gallions : 3373

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une cape d'Invisibilité * Balai encore unique en son genre produit dans un bois encore inconnu qu'on ne connait pas (forcément si il est inconnu) et fait en poils de fesse de troll !



Message Posté Lun 10 Déc - 20:47.
F i l l e – « Bonjour... »

Wade n'en croyait pas ses yeux. Elle était là, devant lui, souriante... Le garçon se leva d'un bond pensant avoir l'air stupide appuyé sur ce vieux chêne. Il ne savait pas vraiment comment réagir. Au fond de lui, il avait juste envie de la secouer pour voir si elle était vraiment là, de la serrer fort contre lui pour voir si ce n'était pas un fantôme ou son imagination qui lui jouait des tours... mais, il savait bien que ce serait complètement déplacé. Il avait eu si peur de ne jamais la revoir, qu'elle se soit faite tuer... A son arrivée à Beauxbâtons, le garçon l'avait même un peu cherché même s'il ne connaissait rien de cette école et c'est comme ça qu'il la retrouve. En voulant se mettre à l'écart de tout. Au fond de lui il remerciait le destin de l'avoir mis sur sa route car son souvenir était quelque chose qui le hantait à chaque seconde.

F i l l e – « Je pensais que c'était ma cousine qui jouait. Elle joue de la guitare aussi... Mais je dois bien avouer que je n'imaginais pas du tout tomber su toi... »

Elle avait beau lui sourire, Wade ne savait pas vraiment si elle était contente de le voir. Il n'arrivait pas à se sortir de la tête qu'il l'avait laissé se battre seule dans les gradins... Bien sûr il y avait beaucoup d'autres beauxbâtoniens autour d'elle mais après qu'elle l'ait secouru, ils formaient comme une équipe tous les deux... Même si c'était de l'histoire ancienne, le jeune homme avait peur qu'elle ait mal interprété son départ et qu'elle lui en veuille d'une manière ou d'une autre. Il n'avait aucune idée de ce qui s'était passé après qu'il soit parti mais il était heureux de voir qu'elle était saine et sauve.

F i l l e – « Qu'est-ce qui te ramène à BeauxBâtons ? La cérémonie est finie... Je suis surprise... »

W a d e – « Je suis entré à l'université de Vaux-sur-les-Pins... en médecine magique. »


Il avait longuement hésité entre aller à l'université de Londres ou celle de Beauxbâtons mais après la guerre, il savait qu'il voulait sauver des vie. Peut-être parce qu'il avait eu peu d'en avoir détruit une... A l'annonce de la délocalisation de la filière médecine magique en France, Wade avait vu ça comme un signe du destin.
Quand la jeune fille évoqua la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques, Wade se rappela qu'il avait cru la voir dans le défilé... Ça devait donc sûrement être elle, surtout qu'elle avait aussi un violon.

W a d e – « Tu jouais à la cérémonie d'ouverture n'est-ce pas ? »


La garçon regarda le violon de la jeune fille... Quoi de mieux pour connaître quelqu'un que de l'entendre jouer de son instrument. Il jeta un coup d’œil au violon, puis fit un signe à la jeune fille pour l'inviter à jouer. Qu'est-ce qui pouvait lui arriver ? Au pire elle refuserait... mais Wade était impatient. Il avait l'intime conviction qu'entendre quelqu'un jouer de son instrument était la chose la plus intime et la plus belle qui soit.
Quand il jouait, que ce soit sur sa guitare ou sur un piano ou même, pour les moments plus festifs, sur son ukulélé, il avait toujours l'impression de livrer une partie de lui-même, une partie de sa sensibilité et de son âme.
Avant même que la jeune fille ne bouge, Wade se rendit compte qu'il ne connaissait toujours pas son prénom et qu'ils ne s'étaient jamais officiellement présentés :

W a d e – « Au fait, je m'appelle Wade... Et toi ? »

Après tout ce qu'ils avaient traversé tous les deux, cette conversation avait l'air vraiment bizarre, tellement banale... C'était comme s'ils avaient commencé leur relation à l'envers. Ils avaient vécu un combat ensemble et cela avait créé un lien plus fort que celui qu'il entretenait avec la plupart de ses camarades, même ceux de sa propre maison.
Elle lui avait sauvé la vie.


Dernière édition par Wade J. Winchester le Lun 21 Jan - 23:56, édité 3 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Lun 10 Déc - 23:15.


Are you alive ?

...ou est-ce encore un rêve ?
parce qu'on s'est quittés en plein combat et que tout peut être arrivé...

Moi non plus, je n'en croyais pas mes yeux, mais j'avais toutes les raisons de douter de la véracité de cette entrevue. Douter, c'était le mot, parce que pour le coup, je n'avais même pas la possibilité d'être certaine que c'était un rêve. Alors j'avais pris le parti, comme souvent, de garder en tête l'hypothèse que ça pouvait être vrai. Auquel cas, j'étais sincèrement ravie de le retrouver, en découlait ce sourire rayonnant accroché à mon visage. Une bonne nouvelle, en somme. Il était vivant, et il était même revenu à BeauxBâtons - par je ne savais quel miracle d'ailleurs, parce que je ne savais pas du tout ce qu'il pouvait faire là - et tout comme le retour de ma cousine, ça avait de quoi égayer ma journée. Si c'était bien vrai...

Quant il se leva d'un bond, je sus qu'il était aussi surpris que moi, et que, donc, il ne m'avait pas complètement oubliée, malgré notre rencontre pour le moins... fugace. Et tout autant marquante, cela dit. Après tout, nous avions combattu ensemble, face à l'OS, nous avions risqué nos peaux contre le même ennemi, il avait d'ailleurs failli y laisser la sienne. Ca avait de quoi laisser des traces, même si, parmi tous les belligérants, je n'étais pas certaine de pouvoir laisser un souvenir aussi impérissable. Si je n'avais pas attaqué ce membre de l'organisation qui se retournait contre lui, est-ce qu'il se souviendrait encore de moi aujourd'hui ? J'en doutais fortement.

Et si j'avais su ce qu'il pensait de notre duo de l'époque ! Une sorte d'équipe... Oui, au fond, c'était effectivement ce qu'il s'était passé, et je dois bien avouer que je l'avais un peu vu comme ça moi aussi, au moins le temps qu'il avait été là. Et il n'était pas vraiment parti comme un voleur, même si la bataille faisait encore rage, il me l'avait signifié, qu'il partait. La raison exacte de son départ, je l'ignorais, et même si, sur le coup, ça m'avait un peu fait bizarre de ne plus l'avoir à mes côtés, je ne lui en voulais pas. Non, tout ce que j'aurais aimé, alors, c'est être sûre qu'il allait bien, parce qu'une fois que tout avait été terminé, je n'avais plus eu aucune moyen de le savoir. Mais ça, il n'y pouvait rien, il n'avait aucune moyen de me contacter lui non plus. Des blondes à BeauxBâtons, il y en avait un paquet. Alors maintenant qu'il était face à moi, cette crainte-là s'envolait, et je me raccrochais à l'idée que tout ça pouvait être réel.

« Je suis entré à l'université de Vaux-sur-les-Pins... en médecine magique.
- Oh ! La médecine, c'est un domaine intéressant ! J'en suis pas encore là, j'hésite entre plein de choses encore, mais il faudra que je me décide pour la fin de l'année... »


Et ça voulait dire qu'il serait là tout le temps maintenant, en période scolaire. Que même s'il était à l'Université et moi à l'Académie, on aurait l'occasion de se revoir. Et de jouer de la musique ensemble, peut-être ? Tout le monde ne considérait pas toujours que la guitare et le violon pouvaient s'accorder, jouer harmonieusement ensemble, mais moi, j'étais persuadée que n'importe quel instrument pouvait se mêler à un autre, tant que les musiciens étaient tous deux passionnés. Il dévisageait mon violon comme moi sa guitare, et je ne fus donc pas surprise que sa question suivante y ait trait.

« Tu jouais à la cérémonie d'ouverture n'est-ce pas ?
- Oui, avec mon cousin Flo au piano, et ma cousine Rosa à la guitare. Qu'est-ce que tu en as pensé ? De la partie musicale et artistique, je veux dire... Le reste... »


D'un geste vague de la main, je chassais la licorne et le feu aux tribunes de la conversation. Et comme il désignait mon violon, et que c'était, clairement, mon sujet de prédilection avec la peinture, je n'allais pas me faire prier. Jouer devant les autres ne me posait pas vraiment de souci, d'ordinaire, pourtant, là, comme je m'apprêtai à changer ma prise sur mon instrument pour le porter à mon épaule, je réalisai que mes mains étaient moites, malgré le froid ambiant. Ca ne me ressemblait pas tellement, pas pour la musique en tout cas. Flipper pour plein de choses, ça pouvait évidemment m'arriver, souvent, même, mais pour jouer ? J'étais surprise, vraiment, de ce qui pouvait me décontenancer ainsi.

« Au fait, je m'appelle Wade... Et toi ?
- Je suis Micaëla. Mais tu peux m'appeler Mi, ou Mica, c'est plus court. »


C'était vrai qu'après l'année dernière, se présenter ainsi semblait un peu incongru. C'était pourtant la chose à faire, on n'allait pas continuer à ignorer l'identité de l'autre indéfiniment non plus, mais voilà, qu'on l'ait ignorée à l'époque, c'était... étrange. Et peut-être que c'était pour ça, aussi, que j'étais mal à l'aise. Ce qui nous unissait, manifestement, était assez fort, et pourtant, nous ignorions tout l'un de l'autre. Tout ce que nous savions, c'était ce que nous avions traversé, notre goût commun pour la musique manifestement, et maintenant nos prénoms. C'était peu, et en même temps, je me sentais terriblement proche de lui. Trop proche, peut-être. Et pour le coup, je craignais fortement sa déception, que ce soit quant à ma musique que... quant au reste, à ce que beaucoup ignoraient, à mon don, et à ma réputation qui en découlait...

« Je suis pas trop nerveuse pour ça d'habitude mais... »

Mais je ne savais pas quoi dire de plus, à vrai dire, alors j'esquissai un sourire un peu embarrassé, installai mon violon sur mon épaule, et fermai les yeux. Mon archer se posa sur les cordes, et j'entamais la Méditation de Thaïs, cet air que mon père avait souvent joué pour moi et qui m'avait donné envie d'apprendre comme lui, quand j'étais enfant. Cet air aussi, qui donnait mon second prénom. Il y avait de la douceur et de la mélancolie dans les notes, mais ce n'était pas seulement le morceau en lui-même, c'était aussi... moi. Celle que j'étais, quoi qu'on en dise dans les couloirs. La tristesse qui pouvait transparaître naissait de ma solitude, de l'incompréhension des autres. Elle ne tenait pas vraiment du morceau original, au fond, mais elle était pourtant là, dans mon jeu. Et dans les larmes qui roulèrent sur mes joues, un bref instant, comme je me demandais, pour la énième fois, si je n'étais pas encore en train d'imaginer tout ça. Si demain, un autre jour, ou même tout à l'heure, je ne le chercherai pas en vain dans Vaulx-sur-les-Pins pour la simple et bonne raison qu'en réalité, il n'y avait jamais remis les pieds. Mais il y avait pourtant de l'espoir aussi, ne serait-ce que parce que la mélodie y incitait, et parce qu'il me restait aussi celui que tout ça soit vrai, que je sois réellement en train de partager un peu de musique avec Wade, et que, pour une fois, j'ai l'occasion de réellement faire connaissance avec quelqu'un avant que celui-là ne disparaisse ou n'entende dire que j'étais cette fille cruelle qui mentait à tout bout de champ et s'amusait à faire souffrir les autres.

Le morceau touchait à sa fin, les dernières notes résonnaient dans l'air autour de nous, et je me décidai seulement à rouvrir les yeux, sans pour autant parvenir à les poser sur lui pour l'instant. Attrapant mon archet de la main qui tenait le manche de mon violon, je séchai les deux sillons sur mes joues de l'autre main, et esquissai un nouveau sourire embarrassé. Embarrassé parce que d'un côté, je n'avais pas vraiment envie de tout expliquer, de peur de tout gâcher déjà, et de l'autre, je ne voyais pas comment je pourrai ne rien dire alors que mes émotions avaient été les plus fortes - ce qui en soit n'était pas très surprenant vu ma sensibilité à fleur de peau - et qu'il en avait été le témoin privilégié.

« Hum... C'est pas le morceau le plus gai du monde, mais je l'aime beaucoup... »

Quant au reste... Je ne parlais d'ordinaire pas de mes états d'âme à qui que ce soit d'autre que Rosa ou Flo, alors à un parfait inconnu ou presque ? Et en même temps, je n'arrivais pas à me résoudre à le laisser complètement dans l'ignorance, parce que je me doutais bien que des questions, il pouvait en avoir des tas... C'était très perturbant, ce lien qu'il y avait entre nous, malgré tout, malgré la méconnaissance que nous avions l'un de l'autre, et que je n'avais pas envie de briser. C'était sans doute ce qu'en cet instant, je craignais le plus : que ce sentiment d'appartenance entre nous, comme si on faisait partie du même monde, disparaisse subitement. Qu'il n'ait jamais existé ailleurs que dans ma tête, aussi.
Wade J. Winchester
Frère d'armes
BeauxBâtons - Université - 1ère année
Micaëla T. Delibes
This is me
BeauxBâtons - Hébé - 9ème année
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Adam Brody
crédit : tearsflight
date d'entrée : 04/12/2012
âge du personnage : 19 ans
épîtres postées : 998
gallions : 3373

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une cape d'Invisibilité * Balai encore unique en son genre produit dans un bois encore inconnu qu'on ne connait pas (forcément si il est inconnu) et fait en poils de fesse de troll !



Message Posté Mar 11 Déc - 21:36.
Quand la jeune fille lui confirma que c'était bien elle à la cérémonie d'ouverture, Wade lui expliqua qu'il avait bien cru la reconnaître mais qu'avec tout ce qui s'était passé il n'avait pas pu la retrouver.
Ce n'était pas l'envie qui lui avait manqué à vrai dire. Il avait été tellement surpris de la voir là, devant tout le monde, jouant magnifiquement de son instrument pour un événement aussi important. En même temps c'est vrai qu'elle jouait extrêmement bien et il n'était en aucun cas bizarre qu'elle et son groupe aient été choisis... Mais avec les flammes et toute l'agitation, il n'était pas parvenu à mettre la main sur elle.

F i l l e – « Je suis Micaëla. Mais tu peux m'appeler Mi, ou Mica, c'est plus court. »


Maintenant qu'il connaissait son prénom, Wade avait l'impression que leur relation prenait une tout autre tournure. Avant, il la voyait comme la personne anonyme qui lui avait sauvé la vie, une personne qu'il ne reverrait jamais. Maintenant, il savait qu'il aurait la possibilité de la revoir quand bon lui semblerait. Ils habitaient au même endroit... Il pouvait enfin vraiment la considérer comme une amie. Mais, ce n'était pas non plus le mot le plus approprié car il n'avait pas l'impression que c'était assez fort pour ce qu'il ressentait.
Il n'arrivait pas à mettre de mots sur ses sentiments. C'était tellement improbable qu'il la retrouve, il ne savait pas quoi penser et comment se comporter...

Le jeune homme avait hâte de l'entendre jouer mais elle avait l'air un peu stressé. Pourtant elle avait joué devant des dizaines et des dizaines de personnes à la cérémonie d'ouverture et ce devait être beaucoup plus impressionnant que de simplement jouer devant lui.

Wade se disait que s'il s'agissait d'un rêve, c'était l'un des plus beaux qu'il avait fait depuis bien longtemps. Ces temps-ci, le garçon ne rêvait que de guerres et de terreurs, de corps en sangs et de destructions et avec la Licorne Noire dans les parages, il avait bien l'impression que ses cauchemars n'allaient pas s'arrêter de si tôt.

M i c a – « Je suis pas trop nerveuse pour ça d'habitude mais... »

Et elle entama son morceau.
C'était magnifique et le garçon n'arrivait pas à détacher son regard de la beauxbâtonienne. Sa musique le transportait et il avait l'impression de revivre le moment de leur séparation l'été dernier. Tout se mélangeait : l'envie de rester, l'envie de partir, l'envie de la protéger, de savoir qu'elle allait et qu'elle irait toujours bien...

Micaëla avait les yeux fermés et quelques larmes perlèrent au coin de ses yeux bleus. A quoi pensait-elle ? Wade n'en avait aucune idée. Mais, il devait y avoir une raison et après s'être rappelé toutes les émotions qui l'avaient assailli au moment de la quitter, Wade décida qu'il ne laisserait plus jamais rien lui arriver.
Qu'elle le veuille ou non, il comptait bien rester dans les parages pour s'assurer qu'elle irait bien.

Alors que la dernière note sonnait encore autour d'eux, Micaëla essuya ses larmes et afficha une nouvelle fois un sourire embarrassé. Wade ne savait pas comment réagir, était-ce de sa faute ? Ou à cause du morceau ? Devait-il la laisser tranquille ? La consoler ? L'écouter ?

M i c a ë l a – « Hum... C'est pas le morceau le plus gai du monde, mais je l'aime beaucoup... »

C'est vrai qu'il était splendide. Mais Wade n'arrivait pas à oublier les larmes de la jeune fille. Il y avait toujours toutes sortes d'émotions qui l'envahissaient quand il jouait mais un morceau, aussi beau soit-il n'avait jamais réussi à le faire pleurer.
En écoutant quelqu'un c'était différent et il ne pouvait nier avoir eu les yeux embués à plusieurs reprises mais... Là, avec elle, il avait l'intime conviction que ses émotions n'avaient pas vraiment à voir avec la musique...

De plus, Wade savait que quelquefois, il était beaucoup plus facile de se livrer à quelqu'un qu'on ne connaissait pas et qui ne pourrait pas nous juger qu'à une personne qu'on considérait comme vraiment très proche...
Le garçon avait l'impression d'être la personne idéale étant donné le lien qu'il y avait entre eux, ou du moins, le lien qu'il pensait les liait. Il se risqua donc à poser une question, banale à première vu mais qui pouvait cacher tellement de signification :

W a d e – « A... A quoi tu penses ? »

Il était près à y passer la nuit s'il le fallait, même si les nouvelles règles de l'école le leur interdisaient. Il s'en fichait. Il ne voulait pas partir une nouvelle fois sachant que quelque chose la faisait souffrir, ou du moins l'ennuyait assez pour la faire pleurer.
Il l'avait vu combattre et même si elle était douce et avenante, il savait que ce n'était pas non plus une chochotte et que, comme lui, elle ne devait sûrement pas pleurer pour un rien.
Wade s'installer en tailleur sous le vieux chêne et invita Mica à en faire de même en face de lui. C'était étrange car il n'osait pas vraiment la regarder dans les yeux, c'était comme si la jeune fille pouvait réussir à lire en lui comme dans un livre ouvert.


Dernière édition par Wade J. Winchester le Lun 21 Jan - 23:55, édité 2 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Mer 12 Déc - 0:10.


Are you alive ?

...ou est-ce encore un rêve ?
parce qu'on s'est quittés en plein combat et que tout peut être arrivé...

Il n'y avait effectivement pas beaucoup de chances pour qu'on ait pu se croiser à l'inauguration. D'abord j'avais été sur scène, dans le défilé artistique ainsi que dans celui de l'équipe, et puis quand j'avais pu me changer et rejoindre les gradins, la licorne noire était arrivée, et j'avais vu cette fille lui foncer dessus à dos de sombral. Je ne suis pas la fille la plus courageuse du monde, parce que je n'aime pas les conflits, les débats, et que j'ai tendance à éviter de rentrer en contradiction avec les gens. Je n'aime pas ça, je n'arrive pas à encaisser les engueulades, alors je préfère me taire et partir. Mais quand quelqu'un est en détresse, c'est complètement différent. Je ne peux pas non plus rester là à ne rien faire alors que je sens bien que quelque chose d'affreux va se produire. Des pressentiments, j'en ai assez régulièrement, et je n'ai jamais réussi à en faire abstraction. C'est bien le seul cas où je vais au-devant des ennuis. Donc quand j'ai vu ça, j'ai foncé, sans trop réfléchir, sans hésiter, parce qu'il n'y avait pas d'autre option valable, de toutes les façons. Bref... Il ne risquait pas de m'avoir parlé à ce moment-là, parce je n'étais pas restée vraiment longtemps dans les tribunes.

Ce que je ne comprenais pas, c'était cette sensation étrange qui m'étreignait, alors que je m'apprêtais à jouer devant lui. Je veux dire, jouer devant les gens, ça ne m'a jamais vraiment dérangée. Qu'on aime ou qu'on aime pas, à la limite, ce n'était pas important, tant que je faisais de mon mieux, et c'était quelque chose qui me procurait tant de plaisir, que je n'avais jamais vraiment ressenti de stress. Et là... Là, il n'y avait que lui, et pourtant, c'était comme si je faisais mon premier concert devant une foule compacte. Jouer en soi n'avait pas poser de problème pour autant, parce que c'était comme une seconde nature, j'avais été jusqu'au bout, avec tout mon coeur et toute mon âme... et d'ordinaire, même si j'étais moi-même transportée par la musique, je gérais plutôt bien. Si je devais pleurer, j'arrivais à attendre après, après la scène, quand j'étais de nouveau dans un endroit privé, loin des regards. Pas là.

« A... A quoi tu penses ? »

Je ne répondis pas tout de suite, ne serait-ce que parce que je ne savais pas vraiment par quoi commencer, ni même s'il fallait que je commence, en fait. Et quand il me fit signe de m'installer sous l'arbre avec lui, j'hésitai un instant entre l'envie de m'enfuir et l'idée de suivre son invitation. Je voyais bien qu'il n'était pas beaucoup plus à l'aise que moi, et ça ne rendait l'attention que plus touchante encore. Peut-être est-ce ce qui me décida à m'asseoir à genoux devant lui, mon violon sagement posé sur mes jambes repliées. Peut-être, aussi, que j'avais besoin de parler, de sortir tout ce que je gardais pour moi, d'ordinaire. Ce que même Flo et Rosa n'entendaient pas forcément. J'adore mes cousins, mais mon don est la partie de ma vie qu'ils ne peuvent pas comprendre. Je sais qu'ils l'acceptent, autant qu'ils le peuvent, et qu'ils m'acceptent telle que je suis, et je ne les remercierai jamais assez de cette compréhension et de l'affection qu'ils me portent. Alors là, aujourd'hui, je m'apprêtais à faire ce que je ne faisais jamais. Parler.

« A... Beaucoup de choses en fait... Et à la plus importante, surtout... Je suis... »

Je me mordis la lèvre un instant, pas très sûre de vouloir réellement continuer, et certaine par contre de ne pas avoir la force de croiser son regard. J'avais peur, terriblement peur, qu'il fasse comme tous les autres, qu'une fois que j'aurais commencé à raconter mon dons, et mes déboires à ce sujet, il me prenne lui aussi pour une menteuse et refuse de m'adresser la parole de nouveau.

« C'est pas facile à dire pour moi parce que... J'en parle jamais d'habitude, les gens n'y croient pas alors... »

Inspiration profonde. Une nouvelle fois, je fermai les yeux, en espérant qu'il serait plus facile ainsi de poursuivre, de terminer ces phrases que j'avais bien du mal à sortir, pour commencer à expliquer tout ce que j'avais sur le coeur.

« On connaît certains dons, le fourchelang, l'animagie, la legilimancie... Certaines créatures magiques aussi qui nous impactent comme les loups-garus ou les vélanes... Et puis... Il y a le reste. C'est le reste qui me concerne. Je suis... »

Allez, Mi, vas-y, dis-le maintenant...

« Je suis médium. Je vois les esprits des gens, et pas seulement ceux des fantômes consacrés comme il y a ceux de Poudlard, tous les esprits. Je peux les appeler, leur parler. Et parfois j'ai des rêves prémonitoires, ou des pressentiments concernant... n'importe qui. Souvent, ce sont plutôt des choses tristes... »

Mes doigts noués sur mes genoux témoignaient de ma nervosité, et je n'osai toujours pas relever les yeux vers lui. Commencer à parler, pourtant, avait l'air d'être nécessaire, parce que je me mis à poursuivre, sans vraiment trop y réfléchir encore.

« Le problème, c'est que personne n'y croit. C'est pas un don connu, alors même les sorciers pensent que je mens... Que je raconte n'importe qui pour faire du mal aux autres. Et en même temps... Je sais pas dire non à un défunt qui me demande de transmettre un message à ceux qui sont restés, ni faire abstraction de l'annonce d'une catastrophe... Mais ça a plutôt tendance à se retourner contre moi... »

Je comptais sur les doigts de la main les fois où ça avait donné quelque chose de positif. Et au final, il y avait un de ces rares quelque chose face à moi.

« La dernière fois que ça s'est plutôt bien terminé... Tu t'es baissé à temps pour que je puisse mettre ce gars hors d'état de nuire. »

J'avais fini par relever le regard, un peu embué encore, sur lui, et esquisser un nouveau sourire.

« Le reste du temps, ça donne... Ce que tu pourras entendre un peu partout ici. Que j'ai cherché à faire souffrir Sophie en lui affirmant que sa mère allait avoir un cancer, ou que j'ai volontairement remué le couteau dans la plaie en reparlant de la cousine de François qui est morte l'an dernier. Ils pensent que je sais pas ce que c'est que de perdre quelqu'un, de rien avoir pu faire pour l'empêcher, et que ça m'amuse tout ça. »

De nouveau, je baissais le regard. Je ne parlais jamais de Maman, pas même à Nath'. Les seuls à qui j'aurais pu en parler étaient les membres de ma famille, mais ils en souffraient tous autant que moi, alors contrairement aux idées reçues, je ne remuais pas volontairement le couteau dans la plaie, et je gardais ça pour moi. Mais on approchait de l'anniversaire de sa mort, et je pense que pour une fois, j'avais vraiment besoin de l'évoquer.

« Ce qu'ils oublient - pour ceux qui le savent - c'est que c'est pas pour rien que je peux voir les sombrals. Ma mère avait ce don elle aussi, et elle comme moi, on savait ce qui allait arriver. On l'a senti. Mais c'est pas pour ça qu'on a pu faire quoi que ce soit pour l'empêcher. Je l'ai vue tomber devant moi et... »

Je secouai légèrement la tête. Il n'y avait pas grand chose à ajouter, au fond. A part la promesse que je lui ai faite ce jour-là, celle que j'ai toujours tenu jusqu'à présent, quand bien même j'en souffrais souvent.

« Elle a toujours tout fait pour que je vois ça comme un don, et pas comme une malédiction malgré l'incompréhension des gens. Et ce jour-là... Elle m'a fait promettre de ne jamais le renier, de toujours faire confiance à ce que je voyais. Même si c'était dur., et même si, parfois, on avait beau savoir, on ne pouvait rien faire pour changer les choses. Mais c'est vraiment dur, tu sais. Souvent... Même mes proches n'arrivent pas bien à comprendre, alors les autres... »

L'enfer c'est les autres. J'ai appris à supporter ce que je voyais, ce dont je rêvais, ce qu'ils me disaient aussi. J'apprends encore, à supporter leur présence quand les esprits sont trop nombreux, le fiasco de ma venue à l'inauguration de la stèle en est un exemple. Mais je n'arrive toujours pas à encaisser le regard des autres, leur haine à mon égard à cause de ça. Ni la solitude, même si elle est relative. J'ai ma famille, même si je suis plus proche de mes cousins que de mes frère et soeur. Mais je n'ai pas réellement d'amis, au final, ne parlons même pas d'un éventuel petit copain. Et si ça se trouve, ce que je viens d'annoncer ruine toutes les chances que Wade et moi puissions avoir un lien réel, autre que celui d'avoir combattu ensemble. Quel que soit ce lien potentiel...
Wade J. Winchester
Frère d'armes
BeauxBâtons - Université - 1ère année
Micaëla T. Delibes
This is me
BeauxBâtons - Hébé - 9ème année
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Adam Brody
crédit : tearsflight
date d'entrée : 04/12/2012
âge du personnage : 19 ans
épîtres postées : 998
gallions : 3373

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une cape d'Invisibilité * Balai encore unique en son genre produit dans un bois encore inconnu qu'on ne connait pas (forcément si il est inconnu) et fait en poils de fesse de troll !



Message Posté Mer 12 Déc - 7:48.
Après que la jeune fille se soit installée devant lui, Wade ne put s'empêcher d'esquisser un sourire. Il ressentait son geste presque comme une victoire. Il était prêt à l'écouter.

M i c a – « A... Beaucoup de choses en fait... Et à la plus importante, surtout... Je suis... C'est pas facile à dire pour moi parce que... J'en parle jamais d'habitude, les gens n'y croient pas alors... »

La jeune fille avait l'air d'avoir peur, d'hésiter à lui parler... Il ne voulait pas la couper alors qu'elle se faisait pression pour parler mais il était prêt à attendre si elle n'était pas prête à se livrer. Il comprenait très bien ce que c'était d'avoir un secret et de ne pas vouloir le partager avec les autres, ou du moins ne pas réussir à en parler...

M i c a – « On connaît certains dons, le fourchelang, l'animagie, la légilimancie... Certaines créatures magiques aussi qui nous impactent comme les loup-garous ou les vélanes... Et puis... Il y a le reste. C'est le reste qui me concerne. Je suis... »

Le garçon reteint son souffle même s'il était prêt à tout entendre. Certes il s'agissait de quelque chose d'important qui prenait une grande place dans la vie de Micaëla mais même s'il lui parlait pour la première fois, il avait l'impression de savoir qui elle était et quoi qu'elle lui dise, il était persuadé que ça ne changerait pas le regard qu'il avait sur elle.

M i c a – « Je suis médium. Je vois les esprits des gens, et pas seulement ceux des fantômes consacrés comme ceux de Poudlard, tous les esprits. Je peux les appeler, leur parler. Et parfois, j'ai des rêves prémonitoires, ou des pressentiments concernant... n'importe qui. Souvent, ce sont plutôt des choses tristes... »

Tout en continuant de l'écouter, Wade prit les mains de Micaëla. Elle avait les yeux baissés et n'avait vraiment pas l'air à l'aise dans le fait de tout lui raconter. Sûrement parce qu'il était pour elle un complet inconnu ou parce qu'elle en parlait à cœur ouvert pour la première fois...
Il écoutait attentivement, ne pouvant détacher ses yeux de la jeune fille. Elle lui racontait comment les autres élèves la traitaient à cause de son don, comment elle faisait face tous les jours aux regards et aux critiques. Il avait envie de lui dire qu'il la croyait et que c'était un don magnifique, qui lui avait permis de le sauver lui et surtout probablement de permettre à des âmes égarées de partir en paix... Mais Micaëla semblait vouloir tout dire le plus rapidement possible comme si elle espérait que l'impact de ses mots seraient moins fort si ça durait moins longtemps à écouter.
Lorsqu'il croisa à nouveau le regard de la beauxbâtonienne ce fut à son tour à lui de baisser les yeux. Malgré son sourire, il voyait bien que des larmes étaient à deux doigts de couler à nouveaux sur ses joues. Il serra un peu plus fort ses doigts entre ses mains comme pour lui montrer qu'il était là et qu'il ne partirait pas.

M i c a – « Le reste du temps, ça donne... Ce que tu pourras entendre un peu partout ici... »


Il n'était arrivé que depuis quelques mois et ne connaissait encore vraiment personne, alors les bruits de couloirs... Il n'y faisait pas franchement attention. Surtout compte tenu de son histoire, Wade avait pour habitude de ne plus trop écouter et prendre en considération ce que les autres pouvaient penser et préférait faire ses preuves et voire de lui-même. Pendant presque deux ans, il avait été la risée de Poudlard, centre de tous les commérages que ce soit chez les Serpentards que chez les élèves de sa propre maison, alors il savait que ce ne devait pas être facile pour elle. Surtout que contrairement à lui, elle ne l'avait pas du tout mérité.

Après une petite pause, Micaëla continua son récit. Elle évoqua sa mère... Le fait qu'elles partageaient le même don, les promesses qu'elles avaient faites... La façon dont elle l'avait vu mourir devant elle... Wade ne savait pas comment réagir. Il savait que ce n'avait pas dû être facile pour la jeune fille et que c'était probablement une des seules fois qu'elle évoquait sa mère avec une personne extérieure à sa famille. De son côté Wade avait la sensation de ne pas avoir de famille. Il avait perdu des amis pendant la guerre mais il ne pouvait imaginer ce que c'était de perdre un parent proche...
Il n'avait eu aucune nouvelle de sa famille pendant la guerre et n'y avait même presque jamais pensé. Comment pouvait-il vouloir des nouvelles de personnes qui l'avaient rejeté et humilié ? Le seul signe de vie qu'il avait eu, avait été une lettre de sa mère, qu'il avait reçu ici même en France, pour lui annoncer clairement que tout ce qu'il avait cru jusque là était des foutaises... Enfin.

M i c a – « Souvent... Même mes proches n'arrivent pas bien à comprendre, alors les autres... »


Wade ne savait pas trop quoi dire qui semblerait adéquat à la situation. Il n'avait pas de conseille à lui donner, de « trucs » pour combattre l'emprise du regard des autres sur nous... C'était tellement personnel, différent pour chaque personne que Wade ne trouva rien de mieux à lui répondre que :

W a d e – « Tu sais... Je... Je te crois moi. »

Il se sentait idiot. Elle lui avait raconté toute son histoire, tous ses traquas et sa réponse tenait en moins de dix mots... Il aurait pu ajouter qu'il se fichait des autres et qu'ici il ne connaissait presque personne à part elle et qu'il ne la laisserait pas tomber. Mais il préféra garder le silence de peur d'être trop... « lyrique ».
Encore une fois, il n'arrivait pas à croire qu'il avait une conversation avec elle... Et quelle conversation ! A leur première rencontre elle lui avait sauvé la vie et maintenant ça... S'il avait espéré dans le passé la retrouver pour avoir un lien normal avec elle, c'était raté... et c'était tant mieux.



Dernière édition par Wade J. Winchester le Lun 21 Jan - 23:54, édité 2 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Mer 12 Déc - 16:00.


Are you alive ?

...ou est-ce encore un rêve ?
parce qu'on s'est quittés en plein combat et que tout peut être arrivé...

Il pouvait avoir le sentiment d'avoir eu une petite victoire, parce que ce qui était en train de se produire, ce n'était vraiment pas gagné d'avance. Que je sois là, que je parle de tout ça, c'était complètement extra-ordinaire, et je n'arrivais pas à me sortir de la tête que j'étais peut-être toujours en train de rêver, finalement. Mais au fond, aussi difficile cela soit-il à cet instant, j'espérais vraiment que ce n'était pas le cas. J'étais terrorisée à l'idée que ça finisse mal, qu'il réagisse comme un peu tout le monde à ce que je m'efforçais de dire, et en même temps, je n'arrivais pas à me résoudre à taire la vérité, encore moins à lui mentir. Alors je déballais ce que je pouvais comme ça pouvait me venir, sans trop y réfléchir au fond. Je n'étais pas sûre que ça ne soit pas un peu décousu, ni incompréhensible par moments, mais j'étais persuadée que si je m'arrêtais, je serai incapable de reprendre le fil. Et quand il posa ses mains sur les miennes, je relevai les yeux vers lui un bref instant, surprise.

Je n'ai pas l'habitude du contact. Avec personne, pas même avec Rosa et Flo, même si avec eux, ça passe plus facilement quand même. Alors les mains de Wade sur les miennes, c'était quelque chose d'un peu embarrassant pour moi. Je tremblais déjà, difficile d'en rajouter, mais je sentis aussitôt mes joues s'empourprer, et il ne risquait pas de manquer ce... détail... Pourtant je continuais, baissant de nouveau le regard, évoquant ma mère encore. La pression de ses mains sur les miennes avait quelque chose de perturbant autant que... d'agréable. Il était là, il ne partait pas, et ce geste attentionné voulait dire beaucoup, beaucoup plus que n'importe quels mots qu'il aurait prononcés. Et pourtant quand il reprit finalement la parole, je crois qu'il n'y avait pas grand chose de plus qui aurait pu me faire plus plaisir.

« Tu sais... Je... Je te crois moi.
- Merci... »


C'était on ne peut plus sincère, et je ne crois pas qu'il pouvait y avoir de poids dans un long discours que dans ce simple petit mot. Ce qu'il venait d'affirmer, si c'était bien réel - et je voulais vraiment y croire - ça avait une valeur inestimable. Même mon frère ne m'avait pas cru, au départ. Mon frère jumeau, ma moitié à l'époque, celui sur qui je me reposais... Il avait fait comme les autres. Il avait refusé de croire à ce que je disais, à l'existence de ces gens avec qui je parlais et qu'il ne voyait pas. Jusqu'à ce que Maman apprenne l'existence du don chez moi, et l'explique au reste de la famille, personne ne croyait aux divagations de la petite fille que j'étais. Et après ça, le fossé que nos grands-parents avaient commencé à creuser entre Nath' et moi n'avait eu de cesse de s'agrandir. Aujourd'hui, nous avions toutes les peines du monde à tenter de le combler, pierre après pierre, et sans mes cousins...

« Je sais que c'est pas la fin du monde, tu vois... Qu'en ce moment, il y a des tas de choses plus graves... C'est juste que... Je me sens seule souvent... »

Je retirai finalement une main de sous les siennes, pour simplement la poser au-dessus. Je crois que ce contact-là, la surprise et l'embarras passés, me faisait plus de bien que je ne l'aurais jamais imaginé. Et pour le coup, je doutais encore et toujours de la véracité de tout ça...

« Ce qu'il y a aussi c'est que... Avec les dérèglements magiques, je crois qu'il y a quelque chose qui touche mon don aussi... J'espère que c'est pas aussi grave que... ce qui est arrivé à MacArthur... Mais je... Je sais jamais trop bien si c'est un rêve ou la réalité. Je sais même pas si là, maintenant, je suis pas en train d'imaginer tout ça...Et... je suis fatiguée... Même mes cours je sais pas si c'est correct ou si j'ai inventé tout ce que je crois avoir appris... »

Et ça, je n'en avais même pas parlé à Flo et Rosa. Mon cousin avait l'air inquiet, il trouvait que j'avais l'air fatigué, et il avait raison, mais je ne m'étais pas étendue sur le sujet, parce que de toutes les manières, la seule qui pouvait comprendre, c'était Kathaleen, et elle était à Poudlard. Et Rosa venait de rentrer, et je n'avais pas abordé le sujet avec elle non plus, ne sachant pas trop, au fond, comment l'amener sur la table. Si ça se trouve, j'allais foirer mon année parce que je ne suis plus capable de travailler correctement. Et si ça se trouve, je ne serai même plus là à la fin de l'année, d'ailleurs... Et si ma confusion n'était qu'une première étape ? Si à la fin, ça donnait... Quelque chose comme pour le joueur de Quidditch animagus ? Un frisson me parcourut l'échine, et je m'invectivais moralement. Il valait mieux que j'arrête de penser au pire, parce que de toutes les manières, je n'avais pas vraiment de moyen de l'empêcher si ça devait arriver et...

« J'ai peur en fait... »
Wade J. Winchester
Frère d'armes
BeauxBâtons - Université - 1ère année
Micaëla T. Delibes
This is me
BeauxBâtons - Hébé - 9ème année
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Adam Brody
crédit : tearsflight
date d'entrée : 04/12/2012
âge du personnage : 19 ans
épîtres postées : 998
gallions : 3373

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une cape d'Invisibilité * Balai encore unique en son genre produit dans un bois encore inconnu qu'on ne connait pas (forcément si il est inconnu) et fait en poils de fesse de troll !



Message Posté Lun 17 Déc - 3:39.
La nuit commençait à tomber petit à petit sur le jardin de l'école française... avec les nouvelles règles de M. Rubens il était sûrement temps de rentrer ou ils allaient tous les deux avoir des problèmes...
Et pourtant Wade ne voulait pas quitter ce lieu ou du moins il ne voulait pas quitter Micaëla. Elle venait à peine de s'ouvrir à lui et apparemment ce n'était pas quelque chose qu'elle faisait souvent et avec toutes les personnes qui croisaient sa route.
Lorsqu'il avait pris ses mains, la jeune fiche avait rougit, de surprise probablement et Wade avait hésité à les retirer. Mais, quand elle retira une de ses mains pour la mettre sur les siennes, Wade compris que c'était peut-être une façon pour elle de lui répondre, comme pour lui dire merci. Merci d'être là et de l'écouter. Ce qu'il espérait qu'elle comprenne bien c'est qu'il serait toujours là pour l'écouter et que quoi qu'il arrive, que les autres disent, elle pourrait toujours compter sur lui pour être là et la protéger.
En d'autres circonstances, Wade était plutôt quelqu'un de bavard mais il savait que quelquefois, les gestes valent mieux que tous les mots. Sûrement parce qu'il avait du mal à trouver les bonnes choses à dire... A chaque fois, il se demandait ce que lui aurait aimé entendre et la plupart du temps il préférait un geste qui en dit long plutôt que des banalités sans aucun sens ou des mots de pitié ou hypocrites.

M i c a ë l a – « Je sais que c'est pas la fin du monde, tu vois... Qu'en ce moment, il y a des tas de choses plus graves... C'est juste... Je me sens seule souvent... »

Wade ne connaissait rien d'elle à part peut-être le plus important mais il ne voulait pas s'aventurer sur le terrain glissant qu'est la famille, surtout sachant ce qui était arrivé à sa maman... Et surtout plus égoïstement, parce qu'il ne voulait pas avoir à aborder sa propre famille et toutes ses histoires. Lui aussi se sentait la plupart du temps seul mais il n'avait ni cousin, ni frère ou sœur à qui parler, aucune famille, aucunes personnes qui le connaissent vraiment et qu'il était sûr de côtoyer toute sa vie. Personne qui l'aime et qui se soucie de savoir s'il était en vie ou pas...
Il chassa rapidement ces pensées de sa tête pour se concentrer sur la jeune fille. Il réfléchissait assez à ses histoires toutes la journées sans en plus le parasiter pendant qu'il était avec Mica.
Elle lui expliqua que les dérèglements magiques touchaient aussi son don et qu'elle avait du mal à vivre normalement ses derniers temps. Elle n'arrivait pas à distinguer clairement ses rêves de la réalité et outre que l'empêcher d'avoir les idées claires, lui faisait accumuler un travail considérable.
Pendant un court instant, la jeune fille s'arrêta de parler, perdu dans ses pensées. Elle frissonna et ne sachant pas si c'était de froid ou d'autre chose, Wade enleva son manteau et lui mis sur les épaules.

M i c a – « J'ai peur en fait... »


Le garçon se leva et aida la beauxbâtonienne à en faire de même. Ils restèrent un assez long moment sans parler... Tout en la regardant, Wade essayait de trouver les mots parfaits pour la réconforter mais rien ne lui vint à l'esprit. Les dernières paroles de Micaëla l'avait glacé. Il ne pouvait pas rester les bras croisés à attendre que ça se passe. Il fallait que tous les événements du moment prennent enfin fin. Wade se souvenu d'une annonce que la professeur de métamorphose de l'Académie avait affiché. Elle recherchait des volontaires pour prendre part à une chasse, une chasse de la Licorne Noire. Il se décida donc à se rendre au rendez-vous mais n'en informa pas Mica. Il ne voulait pas qu'elle vienne, sûrement parce qu'il ne voulait pas la voir en danger et avoir l'esprit ailleurs à se demander si elle était encore en sécurité.
La nuit était maintenant presque complètement tombée.

W a d e – « Ne t'inquiète pas... Il ne t'arrivera rien... En tous cas pas pendant que je serai dans les parages. Tu... Tu peux compter sur moi. N'importe quand, pour n'importe quoi... Je pourrai même t'aider pour tes cours si tu veux... Tu ne vas quand même pas laisser ces dérèglements te gâcher la vie ! »

Tout en disant ses mots, Wade lui fit un petit sourire et rajusta son manteau un peu trop grand pour Micaëla qui tombait un peu sur le côté. Le garçon regarda autours de lui... Il ne savait même plus par où il fallait aller pour rentrer et était rassuré de savoir que la jeune fille habitait ici depuis des années.
Elle devait sûrement connaître le domaine sur le bout des doigts... Il l’espérait en tout cas car ce n'était pas lui qui réussirait à les ramener à l'Académie...

W a d e – « On devrait sûrement rentrer avant que le directeur nous voit traîner... »



Dernière édition par Wade J. Winchester le Lun 21 Jan - 23:53, édité 2 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Lun 17 Déc - 19:07.


Are you alive ?

...ou est-ce encore un rêve ?
parce qu'on s'est quittés en plein combat et que tout peut être arrivé...

A cet instant, malgré la nuit tombante, je devais bien avouer que je ne pensais pas le moins du monde aux nouvelles règles de Rubens... Et puis... Personnellement, j'avais une certaine immunité pour appartenir aux Hébé quant au couvre-feu, alors ça aidait sans doute à ne pas m'affoler outre mesure. A vrai dire, je ne pensais plus à grand chose d'autre en dehors de ce qu'on se disait, enfin surtout moi. A ce que je révélais, aux questions qui restaient posées, à savoir notamment si tout ça n'était pas encore qu'un rêve... Et à ses mains sur les miennes qui me perturbaient autant qu'elles m'apaisaient. C'était étrange d'ailleurs, parce que d'un côté, elles me mettaient mal à l'aise, et d'un autre côté, je n'avais aucune envie qu'il les retire.

Et à vrai dire, je n'avais aucune envie de partir, de m'éloigner de lui. J'avais un tas de questions que je pourrai lui retourner, mais qui ne passaient pas la barrière de mes lèvres, parce que ça n'était d'une pas mon style de me montrer intrusive, et de deux, parce que nous venions juste de nous rencontrer en quelque sorte. Que même si j'étais clairement un très mauvais exemple aujourd'hui, parce que sans trop bien savoir pourquoi, il avait fallu que je parle, en général, ce n'était pas vraiment lors de la première conversation avec quelqu'un qu'on se laissait aller aux confidences, encore moins sous la pression d'ailleurs. Alors les questions que je pouvais avoir envie de lui poser attendraient, un jour, peut-être, plus tard...

J'esquissai un sourire de remerciement lorsqu'il déposa sa veste sur mes épaules. Ce n'était pas le froid qui m'avait faite frissonner, mais l'attention me touchait.

« Ne t'inquiète pas... Il ne t'arrivera rien... En tous cas pas pendant que je serai dans les parages. Tu... Tu peux compter sur moi. N'importe quand, pour n'importe quoi... Je pourrai même t'aider pour tes cours si tu veux... Tu ne vas quand même pas laisser ces dérèglements te gâcher la vie !
- Merci Wade... J'ai de la chance que tu sois venu ici alors... »


Je ne savais pas vraiment quoi dire de plus, à vrai dire. Mais je lui rendis son sourire. Je n'étais pas vraiment complètement rassurée pour autant, mais ça faisait indéniablement du bien de se dire qu'il y avait une personne sur qui elle pouvait compter ici. Enfin si, plus tard, je ne réalisais pas que tout ça, ça n'était pas réel, évidemment.

Et puis Wade regarda partout autour de lui, visiblement à la recherche de quelque chose. Du chemin ? Je n'en étais pas certaine, mais je ne voyais pas trop bien ce qu'il pouvait rechercher de plus. Il avait sa guitare, moi mon violon, mais je jetais quand même un regard autour de nous pour m'assurer que nous n'oubliions rien.

« On devrait sûrement rentrer avant que le directeur nous voit traîner...
- Tu as sans doute raison... C'est par là... »


J'amorçai les premiers pas vers les bâtisses, hésitai un instant encore et finis par ajouter.

« Wade ? La prochaine fois, tu pourras jouer pour moi ? »

Je crois que c'était une manière pour moi de m'assurer que ce serait réel, la prochaine fois qu'on se verrait. Que, s'il le faisait, ce moment que nous venions de partager n'était pas un rêve. Et puis... Je crois que j'avais envie de l'entendre jouer à son tour, rien que parce que j'étais bien placée par savoir qu'on laissait passer beaucoup de choses par la musique, parfois plus ou moins volontairement, d'ailleurs. Des choses qu'on n'expliquerait pas forcément par des mots. Et qui m'empêcheraient peut-être de poser des questions que je ferais mieux de continuer à garder pour moi.
Wade J. Winchester
Frère d'armes
BeauxBâtons - Université - 1ère année
Micaëla T. Delibes
This is me
BeauxBâtons - Hébé - 9ème année
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it

star : Adam Brody
crédit : tearsflight
date d'entrée : 04/12/2012
âge du personnage : 19 ans
épîtres postées : 998
gallions : 3373

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une cape d'Invisibilité * Balai encore unique en son genre produit dans un bois encore inconnu qu'on ne connait pas (forcément si il est inconnu) et fait en poils de fesse de troll !



Message Posté Dim 30 Déc - 2:39.
Wade regarda la jeune fille lui indiquer le chemin pour rentrer à l'Académie. Heureusement qu'il était tomber sur elle parce qu'il n'aurait jamais réussi à rentrer tout seul. A vrai dire, il se souvenait à peine de la façon dont il était arrivé en ce lieu donc faire demi-tour n'était vraiment pas des choses les plus évidentes.
Alors qu'il s’apprêtait à suivre Micaëla pour rentrer, la jeune fille l'interrogea :

M i c a ë l a – « Wade ? La prochaine fois, tu pourras jouer pour moi ? »

Wade s'immobilisa. Instinctivement il lui répondit en souriant qu'il n'y avait aucun problème et qu'il serait même ravi de lui jouer quelque chose mais au fond de lui, Wade commença à avoir une boule au ventre. Jouer dans un orchestre : pas de problème. Montrer un rythme, un arpège ou un mouvement à quelqu'un : pas de problème. Mais jouer en tête à tête à quelqu'un... Ça l'avait toujours gêné. Non pas qu'il ait peur de se tromper dans les notes ou musicalement mais plutôt parce qu'il se sentait observé. Il sentait le regard de la personne posé sur lui, attentif, et la plupart du temps, il tournait ces moments en ridicule et faisait des blagues pour éviter de jouer sérieusement et pleinement, de toute son âme face à quelqu'un.
S'il y avait bien une chose qu'il n'aimait pas c'était qu'on s’intéresse à lui, qu'on lui pose des questions... Qu'on apprenne à le connaître. Et en même temps quelquefois il n'avait qu'une envie : pouvoir tout raconter, se lâcher et être franchement lui-même.
Bien sûr là ce serait différent... C'était Micaëla... Il ne savait pas si justement c'était une meilleure ou une pire situation...
Et s'il se ridiculisait ? Et si elle n'aimait pas ? Et si, et si, et si... Il fallait qu'il arrête de réfléchir.
Il continuait à la suivre silencieusement vers l'Académie en faisant attention où il mettait les pieds. Après tout ce qu'elle lui avait raconté ou plutôt confié précédemment, Wade se sentait en quelque sorte en sécurité. Ça prouvait qu'elle lui faisait un minimum confiance et il n'y aurait plus aucunes raisons pour qu'ils soient à nouveaux si éloignés l'un de l'autre. La seule envie de Wade à ce moment précis était d'être « officiellement » plus proche d'elle mais rien qu'en n'y pensant, il se rendit compte de l’imbécillité de son idée et de ses sentiments.
Il ne savait pas très bien s'il croyait au coup de foudre mais il savait que c'était une concept suicidaire. De base le couple c'est suicidaire. Etait-il trop fier pour risquer de se prendre un râteau ? C'était sûrement une des choses principales qui guidaient sa « non-approche ». En même temps il ne serait jamais sûr à cent pour cent et il ne savait pas combien de temps il tiendrait avant de faire un pas en avant...

W a d e – ** Peut-être que ça me passera et que là je suis juste dans le feu de l'action... **

Il avait du mal à s'imaginer avec elle et encore plus de mal à l'imaginer avec un autre garçon. D'après son expérience passé, Wade décida qu'il attendrait au moins trois semaines, un mois peut-être même plus avant de tenter quelque chose afin de s'assurer de ses propres sentiments...

Arrivés à l'Académie, Wade raccompagna Micaëla jusqu'aux appartements des Hébés, en profitant pour repéré les lieux, puis s'en retourna dans son dortoir. Pendant tout le trajet de retour, les deux étudiants ne s'étaient échangés que des regards et Wade savait à quel point un regard peut en dire long. Et si elle se doutait de quelque chose mais qu'elle ne ressentait pas du tout la même chose à son égard ? Chose hautement probable étant donné qu'il ne s'était rencontré que quelques heures auparavant...
Alors qu'il regardait le plafond, allongé en bas de pyjama sur son lit, Wade ne pouvait s'empêcher à la jeune fille et à la prochaine fois qu'il croiserait son chemin...


Dernière édition par Wade J. Winchester le Lun 21 Jan - 23:51, édité 1 fois
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
J'étudie à l'université, deal with it
informations
J'étudie à l'université, deal with it
You are frozen, when your heart is not open...
star : Mischa Barton
crédit : (c) ECK
date d'entrée : 12/04/2012
âge du personnage : 18 ans
épîtres postées : 910
gallions : 2751

♦ Nota Bene
: Mon frère et ma soeur... allez voir dans les familles des membres =)
: † Miss you mom...
: Potion d'aiguise-méninges | 2 fioles d'antidotes | Potion d'obscurité | Potion de sommeil | Potion de régénération forte des PV | 2 potions de régénération forte des PM | Lot de portoloins Quand le Nord se dévoile (1 mois)



Message Posté Mer 2 Jan - 15:24.


Are you alive ?

...ou est-ce encore un rêve ?
parce qu'on s'est quittés en plein combat et que tout peut être arrivé...

J'ai bien vu que ma question, ma requête, avait dû le déranger un peu. Il s'était arrêté, et même s'il avait fini par me répondre de façon positive, j'ai bien compris que ce n'était pas si évident que ça. En résultait que j'étais plutôt ravie qu'il me dise oui, finalement, d'autant plus que ça n'avait pas l'air d'être si facile pour lui que d'accéder à ma demande. Et quelque part, je pouvais le comprendre... parce qu'au final, ça n'avait pas été simple pour moi non plus aujourd'hui, alors que je n'ai, d'habitude, absolument aucun problème pour jouer devant les autres. C'était très étrange, comme si, cette fois, il y avait beaucoup plus que ce que je n'exprime d'ordinaire qui était passé au travers de ma musique. Beaucoup plus que ce que je souhaitais y mettre à l'origine. Alors je pouvais clairement comprendre la gêne que ça pouvait donner, que d'être observé ainsi alors qu'on se mettait à nu. Je crois bien que ça ne m'avait jamais vraiment marquée, parce que d'ordinaire, je crois que je faisais facilement abstraction du public, au fond, et que même si mes émotions transparaissaient et de ma musique, et sur mon visage, je ne prenais jamais la peine de les expliquer. Alors pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi lui ? Je n'en savais absolument rien. Ce que je savais, en revanche, c'était que je n'avais absolument pas l'intention d'en profiter pour me moquer de lui ou quoi que ce soit du genre, ne serait-ce que parce que ce n'était absolument pas dans mes habitudes. Ca ne m'est jamais venu à l'idée, en fait, que de tourner quelqu'un en ridicule, et c'est même plutôt un comportement que je ne comprends pas. Tout ce que je voulais, en lui faisant cette demande, c'était apprendre à le connaître un peu plus. Sans me montrer trop intrusive non plus, parce que ce n'était pas mon genre, même si je crois bien qu'au fond, j'avais une multitude de questions qui ne demandaient qu'à sortir. Pour l'heure, pourtant, rien ne passait la barrière de mes lèvres. Ni des siennes d'ailleurs. Nous marchions vers l'Académie, silencieusement, échangeant simplement quelques regards.

Et à vrai dire, ils ne me mettaient pas plus à l'aise que ça, ces regards, loin de là, même. J'avais le sentiment d'être épiée, et je ne savais pas trop quoi en penser. D'un côté, ça montrait de l'intérêt - ou est-ce que je l'espérais seulement ? - mais d'un autre côté... à vrai dire, quand on m'observait de la sorte en général, ça ne partait pas vraiment d'un bon sentiment. Sauf quand j'étais sur scène, mais c'était un cas de figure tout à fait différent. Et puis si ça se trouvait, je m'imaginais encore tout et n'importe quoi, et je fonçais droit dans le mur. Et puis s'il y avait vraiment de l'intérêt, là, c'était quel genre ? Je devais en attendre quoi ? Je n'en savais absolument rien, et ça avait plus tendance à me terroriser qu'autre chose. Et en même temps, c'était bien là le problème d'ailleurs, je crois que j'espérais réellement que tout ça ne soit pas le fruit de mon imagination. Mais comment le savoir ? Comment en être sûre ? Impossible... Si bien que je me taisais, et détournais le regard à chaque fois que je croisais le sien, sentant bien que mes pommettes gardaient une jolie teinte rosée sans doute pour le moins ridicule... Et quand nous parvînmes à l'Académie et qu'il me raccompagna à la chambre rose, j'esquissais simplement un sourire en le remerciant brièvement. Et je le regardais partir, sans trop bien savoir ce que je devais penser de tout ça. Mon violon et mon archer dans une main, l'autre fourrée dans ma poche comme pour chercher du réconfort dans le contact avec Brontë, j'étais restée un moment, debout devant les portes, à fixer l'endroit où il avait disparu.

Tu craques Mi', ça va pas du tout... songais-je en fermant un instant les yeux.

Et vu ce qu'avaient donné mes deux derniers - et seuls - béguins, je résolus de ne pas en souffler mot, peut-être même pas à Rosa ni Flo, et de, surtout, ne jamais rien laisser transparaître de ce que je pouvais ressentir, quand bien même mon coeur s'affolait légèrement et mes joues prenaient une teinte carmine. A défaut de savoir mentir, j'éluderai les questions...
Wade J. Winchester
Frère d'armes
BeauxBâtons - Université - 1ère année
Micaëla T. Delibes
This is me
BeauxBâtons - Hébé - 9ème année
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

Micaëla & Wade - Are you alive ?

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: jardin naturel

Sujets similaires

-
» David Otunga & Wade Barret & Chris Benoit Vs Justin Gabriel & Cody Rhodes & John cena
» Wade Barrett & Cody Rhodes Vs Randy Orton & The Rock
» Wade Barrett vs Abyss
» Wade Reden
» Wade Barrett et C-A vs Bobby Lashley et Christian

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: