VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

LONDRES OFFICIEL ♦ Sujet pour les londoniens
ϟ you belong to the world, and when it screams your name back, don't pretend you don't hear it.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 19 Oct - 13:36.



Tremble losers, London is in da place
and won't get outta here without a win

★ noms des participants: réservé aux londoniens non VIP et participants
★ statut du sujet: Libre & groupe
★ date: 15 octobre, lors de la cérémonie d'ouverture
★ heure: en même temps que la cérémonie d'ouverture des JOs
★ météo: C'est l'automne et la nuit tombe.
★ saison: saison 2
★ numéro et titre de l'intrigue globale en cours: 2x02
★ numéro et titre de l'intrigue en cours: 2x02
★ intervention de dominus: Il le faut
★ récompenses: Nope





avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 27 Oct - 13:57.



J'étais peut-être plus marqué par la Troisième Tâche que je ne voulais le croire. Encore une fois, j'allais voir Enora évoluer dans un concours, des spectateurs autour d'elle. La situation était trop similaire avec celle que l'on avait déjà connu pour ne pas que je fasse de rapprochement. Revenir à Beauxbâtons après tout ce qu'il s'était déjà produit me touchait plus que prévu. Je pensais que je serais détaché, que j'avais assez grandi ces derniers mois pour avoir oublié. Mais non. Je voyais encore les lumières des sortilèges fuser devant moi, l'expression apeurée des élèves de Poudlard, la peur d'Enora. C'était dur. Assis sur mon siège, je ne tenais plus en place. Je n'avais qu'une hâte : que cette cérémonie se termine. Mais elle n'avait toujours pas commencé. Pourquoi est-ce que j'étais venu, bordel ? J'aurais pu rester tranquillement à Londres, à glander dans mon appartement minuscule. J'aurais été aussi bien. Il avait fallu que je suive ma meilleure amie jusqu'ici pour la soutenir et aussi pour voir Kendall. Elle y participait également. Deux personnes que je connaissais dans cette arène. Bon sang, je n'allais pas tenir.

Allez, respire. Il ne se passerait rien. Les gens étaient trop sur le qui-vive pour qu'un sorcier tente quelque chose. Tout irait bien. J'essayais de me détendre, de profiter du moment. Nous étions réunis pour voir le début des Jeux Olympiques, ce n'était qu'une petite cérémonie avec du sport, de la danse, de la musique et des sportifs. Rien de plus. Je gigotai de nouveau sur mon siège. Juste à ce moment-là, je vis des chevaux chevauchés par des sorcières et sorciers, entrer dans le stade, s’avançant doucement. Un instant plus tard, ce fut le chant des cavalières qui résonna dans tout le stade. Il avait réussi à faire taire toutes les conversations. Des danseuses se mêlèrent au spectacle, rendant encore plus magique le moment. Les spectateurs n’avaient d’yeux que pour la scène qui se déroulait devant nous. Et moi, je ne me détendais toujours pas même si j’étais en train de me dire que personne n’oserait briser un moment aussi beau et délicat.

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 27 Oct - 21:36.
Il y a du monde partout autour de moi. Des gens qui parlent fort, des gens qui sentent fort, des enfants qui braillent, des femmes qui rient aux éclats, des hommes qui s'interpellent. Les londoniens sont venus en groupe, en famille, avec des amis, des collègues, des amants. Je dois être la seule spectatrice à être venue seule – avec qui donc aurais-je pu venir, de toute manière ? J'ai même fait un effort vestimentaire : je porte des chaussures. Bon certes, plus pour ne pas me faire écraser les pieds que par réelle envie de les enfermer dans cet instrument de torture auquel je ne me suis jamais vraiment habituée, mais j'ai vraiment pris sur moi pour ce soir. Je m'attendais à une soirée ennuyeuse et monotone, mais j'avais décidé de venir tout de même, pour juger en toute connaissance de cause.

Je ne regrette pas d'être venue.

C'est beau.

Vraiment beau.

Dans ce pays où je suis la sauvage venue de ses forêts primitives, dans cette société où ceux qui m'entourent m'apparaissent comme étant eux-mêmes les sauvages, peu de choses ont su m'émouvoir ou me toucher. Un cœur endurci sûrement d'avoir trop perdu, trop pleuré. Une marionnette sans âme qui ne respire vraiment que lorsque les couloirs étriqués du Ministère pour partir en mission dans quelque coin isolé de ce monde immense... Mais ce soir, je suis émue. Parce que ces gens-là, finalement, ne sont pas que des destructeurs sans scrupule. Ce soir, je vois qu'ils créent quelque chose, et c'est magnifique. J'étais curieuse, je l'avoue : pleine de préjugés, aussi. Je pensais assister à une cérémonie faite de discours creux et de belles paroles aussi futiles que vaines, vides de sens et déclamées simplement pour le bénéfice de la presse, mais je me trompais. Oh, j'imagine que des discours, il y en aura – mais pour le moment, je me concentre sur la musique, les chants, les danses. C'est lumineux, c'est coloré – ça vit, ça résonne, ça s'envole. Je suis émerveillée.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 2 Nov - 13:08.
Les JO... À la base, je ne devais pas y aller. De toute façon, à la base, j'étais immobilisé. Depuis l'incident de l'enterrement, j'étais coincé à l'hosto. Ils avaient peiné à me garder sur place et la seule chose qui m'avait obligé à rester, c'était que même respirer posait problème. Marcher aussi d'ailleurs. Je n'étais toujours pas en bon état alors à la base, je n'aurais pas dû quitter mon lit d'hôpital mais je haïssais Sainte Mangouste à peu près autant que mon père. Oui, j'avais une peur bleu des hôpitaux, qu'ils soient sorciers ou moldus. Les JO, c'était tout simplement un moyen de sortir de là avec un vague bon prétexte. Sortie contre avis médical bien entendu. J'étais... un éclopé. J'avais toujours du mal à respirer et à marcher. Je respirais parce que je devais rester droit comme un i, ce qui était déjà douloureux en soi. Donc avec un peu d'aide, d'anti douleur magique et d'une canne... Oui, d'une canne. Comme si ça n'était pas déjà suffisamment frustrant comme ça et rageant, on voyait que j'étais mal en point. De quoi être franchement énervé moi qui détestais avoir l'air faible.

Dans les gradins, assis, en train de peiner comme un malade, je regardais les gens, le défilé. Parfaitement ridicule. Qu'est-ce que je foutais là ? Je n'en avais vraiment rien à cirer. Et le dernier endroit où j'avais été sans en avoir rien à cirer, c'était l'enterrement de la vieille. Et voilà le résultat. J'étais bon pour être dans un état pitoyable pendant encore un sacré bout de temps. Je ne savais pas bien comment le sortilège renvoyé avait pu causer autant de dégâts mais ils étaient bien là.
Mais bon, avec un peu de chance, il ne risquait pas de m'arriver grand chose ici même si je devenais franchement méfiant pour le coup, voire même parano. J'avais des difficultés à me concentrer sur cette cérémonie. Je luttais pour respirer ce qui était franchement désagréable et puis ça me rendait franchement de mauvais poil. Je m'allumais une cigarette, ce qui n'était fatalement pas l'idée du siècle mais une cigarette valait mieux que tout ce à quoi j'aspirais dans l'immédiat. Je réfléchissais trop ces temps-ci et c'était franchement désagréable.
avatar
Boromir K. Andropov
this is the wizzarding world of
Je viens de Londres pour visiter
informations
Je viens de Londres pour visiter

star : Andrew Garfield
crédit : Alles
date d'entrée : 24/10/2012
épîtres postées : 13
gallions : 21



Message Posté Sam 17 Nov - 19:42.
C'était la cohue. Partout autour de moi, les gens criaient à en perdre la voix, dansaient, parlaient, chantaient, mangeaient.... Tout ce qui, en temps normal était supportable, mais le devenait moins lorsqu'une de ses choses s'ajoutaient à toutes les autres. En plus, le défilé n'avait même pas commencé ! Il fallait imaginer l'état dans lequel seraient les gens en voyant leur équipe passer ! A peine assis pour regarder le cérémonie d'ouverture des gradins londoniens, je commençais à me demander si cette idée de vacances avait été un bon choix. Après tout, regarder les jeux de mon petit appartement aurait sûrement été plus simple, j'aurais au moins été débarrassé des autres spectateurs tous plus bruyants les uns que les autres. Alors que je regardais derrière moi, je remarquais un homme aux airs stressés. J'haussais un sourcil. Qu'est-ce qu'il avait, celui-là ? Il inspirait et respirait profondément (me faisant d'ailleurs penser à moi-même lorsque je tentais de me calmer avant de faire une crise de colère). J'espérais vraiment qu'il n'allait pas tomber dans les pommes, car je n'avais aucune envie de bosser ce soir. Je me détournais et faisait comme si de rien n'était. En regardant autour de moi, je voyais bien que cet homme n'était pas le seul à sembler inquiet. Et les raisons sautaient aux yeux. La dernière fois qu'un événement de la sorte avait eu lieu, cela s'était terminé en bataille ou je-ne-sais-trop-quoi. Pas très étonnant d'avoir peur ! Cependant, ce n'était pas mon cas. J'étais en vacances et rien ne viendrait perturber ça. Mis à part les bruits des autres...

Quelques minutes plus tard, la cérémonie commença enfin. De la musique, des chars, et des tas d'autres choses magnifiques. C'était bleffant. Si Beauxbatons avait pu rendre tout ça un peu moins cute (je hais tout ce qui est mignon depuis mon plus jeune âge), cela aurait été pas mal, mais le spectacle était grandiose, je devais l’avouer. Cela faisait plaisir de regarder ce magnifique spectacle en se reposant. Je poussais un long soupir et me laisser glisser sur mon siège. Je fermais les yeux quelques instants. Oui, c'était agréable....

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 30 Nov - 16:30.
Je suis là. Un peu solitaire, un peu perdue dans cette tribune où je ne connais personne maintenant que William est parti défiler. J'ai aperçu Lily tout à l'heure, sans oser aller lui parler. Il y a bien trop à faire pour une Oubliator lors d'un évènement d'une telle importance pour que je me permette de lui faire perdre du temps en bavardages. Et là bas, cette silhouette droite au maintien impeccable, qui trône parmi les élèves de Beauxbâtons, n'est autre que Pénélope. Mais là encore, je n'ai rien fait. Quel geste aurais-je pu esquisser, quels mots aurais-je pu prononcer au vu de notre dernière rencontre ? Je ne suis même pas sure que l'on puisse parler de rencontre et non de dispute...

Alors pour passer le temps, attendant que commence le défilé des équipes olympiques, je laisse mon regard se perdre alentour, sur cette France que j'aime tant et qui me manque tant, là bas, de l'autre côté de la Manche. Et ce n'est qu'à l'entente de la musique que je ramène mon attention sur le stade. Là, en bas, sur le sol battu, défilent les musiciens dont les mélodies m'imprègnent et me transportent, faites de cordes qui vibrent, de cuivres qui résonne. Partition d'amitié, portées de solidarité, notes de souvenirs.
Puis s'en viennent les délégations. Beauxbâtons tout d'abord avec son inénarrable Pascal et cette douceur dans la prestation. Puis Durmstrang, élèves venus de ces lointaines terres russes qui m'intriguent, de ces terres glaciales qui les forge plus durement que le roc. Londres enfin et ce lion ailé dont la vue fait tressauter mon coeur d'amour. Londres qui fait honneur à l'Angleterre par toute la grandiose technicité de ses réalisations. Et Poudlard, enfin, dont le phénix m'arracha un hoquet de stupeur avant que je n'applaudisse à tout rompre.

Et soudain, une licorne. Mais pas une créature enchanteresse, lumineuse et immaculée. Non... Celle-là est ténébreuse, effrayante de noirceur. Et son regard ardent dardé sur nous me met profondément mal à l'aise. Jamais je n'avais entendu dire que pareille apparition pouvait exister. Le contraste avec nos si chères licornes françaises me fait frissonner. J'ai froid brusquement, malgré l'épaisseur de ma cape et la douceur de cette journée automnale.

Un cri déchire l'atmosphère. Une flamme s'élève de l'autre côté du stade. Et brusquement, ce sont par milliers que chutent les chandelles magiques allumées en ce jour de célébrations, répandant leur feu autour de nous. Et sous ce déluge enflammé, je n'ai pas même le réflexe de sortir ma baguette pour invoquer le charme de Bouclier. Je demeure là, figée, stupéfaite, observant le chaos qui s'est emparé des gradins sans savoir comment réagir. Les hurlements résonnent et la chaleur du brasier qui peu à peu se propage s'amplifie d'instant en instant. Je sors de ma torpeur, enfin, pour voir une étincelle se déposer en douceur, presque délicatement, sur l'ourlet de ma robe, y mettant immédiatement le feu. Et sous la brûlure qui monte le long de ma jambe, je réagis enfin, m'efforçant d'étouffer la flamme en la recouvrant de ma cape.

Et soudain je panique. Je panique pour William, Lily et Pénélope qui sont là, quelque part, certainement en proie au danger. Je panique pour ces enfants pris au piège qui n'ont que trop souffert l'année passée. Je panique pour nous tous, pour nos vies qui peuvent à tout moment être fauchées par une poutre effondrée, par cet incendie grandissant. La foule m'emporte en son sein, saisie de ce même accès de frénétique hystérie et je me laisse guider par cette folie collective dont je ne saurais me défaire, moi qui suis aussi tremblante et effrayée qu'eux tous, aussi tremblante et effrayée qu'une brebis nouvelle-née.

J'ai peur.
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

LONDRES OFFICIEL ♦ Sujet pour les londoniens

T H E . H A I R . O F . A . U N I C O R N  :: reliques pré jean-paul :: Jeux Olympiques :: stade & co :: les gradins

Sujets similaires

-
» LONDRES OFFICIEL ♦ Sujet pour les londoniens
» Budget: Plaidoirie pour l'augmentation du budget national
» de la lecture pour tous !
» Idée pour manga?
» Un ptit PNJ pour le requin ivre

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: